Le site Facebook vend le profil de ses internautes aux publicitaires

Le Monde.fr : Le site Facebook vend le profil de ses internautes aux publicitaires

Je ne sais pas si, comme moi, vous avez pris depuis deux semaines la vague Facebook en pleine face, mais je peux vous dire que j’ai été autant étonné qu’agacé par son ampleur.

Trop vieux, sans doute, j’avais été épargné par le tsunami Myspace. Je n’avais pas essayé de résister à Twitter, mais le petit oiseau m’a lassé aussi vite qu’il m’avait intrigué. Puis Facebook est arrivé et là, pour la première fois depuis que j’utilise le web, l’impression très nette qu’on était allé trop loin dans le strip-tease des données personnelles m’a sauté à la gorge.

En quelques jours à peine, une flopée d’amis que j’avais perdus de vue émergèrent soudain dans le flot de ma vie, tissant, dans Facebook, des liens que seuls mon cerveau encroûté avait encore en mémoire. Et voilà qu’un simple applicatif Internet mettait en forme ce qui n’étaient encore il y a quelques temps que de vagues connexions neuronales entre mes synapses.

La plupart d’entre nous, geeks ou pas, sommes sûrement abonnés à des réseaux dits sociaux. Le plus ancien auquel j’appartiens, Viadeo fit son apparition dans le cadre de ma vie professionnel et je trouvai, même si je n’étais pas un grand féru de la chose, à ce réseau une utilité fort pratique et peu intrusive.

Avec Facebook, un pas en avant a encore été fait dans notre propension naïve à dévoiler notre vie sur le Réseau. Vous ajoutez un ami à votre liste ? Mais où l’avez vous rencontré, cet ami ? Et quand ? Bien sûr, rien ne vous oblige à vous répondre aux questions très personnelles que vous pose Facebook. Rien… Sauf que, vous finissez, comme tout le monde, peu à peu, par dévoiler les liens qui vous unissent avec des amis proches. Vous partagez vos « connaissances » avec d’autres et, lentement, mais sûrement, Facebook enrichit votre profil d’informations de plus en plus précises et façonne une image calibrée qu’il sera facile de vendre à des annonceurs.

Je n’ai pas l’habitude de m’élever ou de m’indigner contre les Big Brothers en tout genre. Je ne suis pas naïf en pensant qu’avec mon téléphone portable, ma carte bancaire, mes connexions à Internet, je serais à l’abri de toute forme d’espionnage ou d’intrusion dans ma vie privé. Après tout, cela fait partie de notre vie moderne et nous acceptons tous de sacrifier un peu de notre intimité en échange de services bien pratiques. Mais avec Facebook, ne nous jetons pas un peu trop dans la gueule du loup ? En échange de nos petits secrets, que nous est-il offert? Le pouvoir de communiquer avec nos amis, de partager avec eux quelques instants de notre vie ? Ca, nous l’avions déjà. Et je dirais même, pas besoin d’Internet pour le faire.

Alors voilà, c’était mon petit coup de gueule du dimanche soir. J’espère que vous m’enverrez quand même vos invits’ sur Facebook pour qu’on puisse devenir copains. Mais attention : soyez bien tous content que le nouveau Big Brother is watching us et qu’il va bientôt nous inonder de publicité ciblée au poil de c… près.

A lire aussi :

3 commentaires

  1. je m’étais fait la même réflexion au lancement de gmail qd ils ont annoncé qu’ils scannaient les emails pour leur publicité, je m’étais dit qu’ils ne passeraient pas par moi…. c’était il y 3 ans et depuis je vis la gmail dépendance avec tous mes comptes emails qui pointent sur gmail… nous sommes des victimes consentantes..

  2. Dans Facebook, il y a un onglet "Privacy" dnas lequel on peut filtrer le contenu à dévoiler aux amis, aux des amis, et/ou au public et aux moteurs de recherche… Il serait bon que tout le monde jette un oeil avant de tirer des conclusions hatives… 😉

  3. Recevoir des amis, passe encore. Mais…
    Je me suis inscrit. 3 jours après, je recevais des "propositions de rencontre". Un 5 à 7?
    Je me suis retiré tout de suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.