Site du jour osCommerce : GalerieLafayette.com

Bienvenue aux Galeries Lafayette !
GalerieLafayette.com : que de Flash, que de Flash

Un petit buzz courait deci delà sur le nouveau site ecommerce des galeries Lafayette et, ça y est, depuis lundi, il est en ligne, provoquant, il faut le dire, des réactions plus ou moins ravies chez les afficionados de la « plus que centenaire » galerie marchande parisienne.
En tout cas, une bonne surprise nous attendait : galerielafayette.com est un osCommerce, ce qui me permet de réactiver une rubrique restée longtemps morte sur ce site : les sites osCommerce du jour.

A quoi reconnait-on un osCommerce ? Un indice certain est lorsque les urls contiennent un paramètre cPath, typique d’osCommerce, ce qui vaut d’ailleurs un petit coup de réglette sur les doigts des concepteurs de galerielafayette.com, car c’est parce que l’url rewriting* n’est pas activé que je le sais.


7 points remarquables de GalerieLafayette.com


1 mise en page à l’horizontal
Foin de deux ou trois colonnes, le format horizontal adopté a le mérite d’être agréable à l’oeil et évite à l’internaute les terribles ennemies de l’utilisabilité que sont les barres d’ascenseurs

Point trop de produits pour ne pas fatiguer le cerveau
Une offre visible à l’oeil nu sur la page d’accueil suffit à nous faire pénétrer dans le site. Un petit paginateur en Flash permet de passer de l’une à l’autre : ici, c’est la découverte et la déambulation qui sont favorisées, pas le matraquage d’offres (c’est normal, c’est les Galeries Lafayette, pas la foire aux bestiaux).

Vive les marques !
C’est devenu un incontournable : mettre les marques en avant. Un onglet spécial tout à gauche leur est reservé (notez également la réglette alphabétique en bas de page, qui est un outil de recherche vieux comme le monde, mais ô combien efficace) Le shopping par marque est évidemment devenu depuis longtemps une habitude préférée des internautes.

Du Flash partout
Les concepteurs du site ont eu la main lourde en ce qui concerne le Flash. Tous les contenus ou presque sont en Flash : page d’accueil, page Marques, page de catégorie. Et le référencement, les gars, vous y avez pensé au référencement ?

Navigation « Fisheye »
Ah, le navigateur « oeil de poisson ». Les connaisseurs de Mac connaissent bien. Depuis, ce système dont l’efficacité a été prouvé par les plus grands fabricants de sites a essaimé sur le web. On en retrouve un pour naviguer entre les produits d’une catégorie : c’est très joli, très agréable à utiliser, mais est-ce efficace quand il y a beaucoup de produits ? Oui, si on y ajoute un filtre multicritères comme ici (malheureusement, pas toujours efficace)

Des descriptifs pour les hypervoyants
C’est un défaut en général : l’ergonomie du site a sans doute été pensée pour des hypervoyants (ceux qui arrivent très bien à lire des polices de 8px) et des hyperpointeurs (ceux qui aiment bien cliquer sur des liens plus petits que la flèche de la souris). Dommage pour les autres : hommes et femmes de plus de cinquante ans, constituant sans doute une très grande part de la clientèle des Galeries. Le descriptif de la fiche produit, en tout cas, avec ses barres d’ascenseur microscopiques tombe tout droit dans ce travers « classique » des designers de site.

Le designer : « Merde, on a pas la place pour les descriptifs produits ! »
Le chef de projet : « Boh ?! Pas grave ! On va écrire en plus petit et mettre des barres d’ascenseur »
Le designer « Ah ? Ouais. Bonne idée. Génial ! Vous être trop fort, chef ! »

(nb : en réalité, les designers n’appellent jamais leur chef de projet « chef ». Ils sont trop cool pour ça et d’ailleurs ils se feraient même virer s’ils utilisaient cette terminologie propre à un dialecte militaire fin années 70 type Gendarme à St-Tropez)

Une barre de loading de page
Petite curiosité technique que cette barre de loading. Sert-elle à dire : « Mes pages sont un peu lourdes, alors je vous demande de patienter en regardant ma barre s’allonger (oh oh oh) » ? Ou bien : « Si ça rame, c’est normal, c’est de la faute de votre connexion ou de votre FAI. En tout cas, nous, on est honnête, on vous indique ce qu’il reste à télécharger, comme ça, il n’y a pas de triche ».

Pas d’url rewriting, pas de référencement
Ca ressemble à une erreur de débutant et pourtant, ça n’en est pas une. A moins qu’on me dise que l’url rewriting ne serve plus à rien de nos jours ???


Conclusion
GalerieLafayette.com ne révolutionne pas le ecommerce, mais offre une interface originale et de qualité à l’internaute. L’avoir mis en bêta ressemble à une « joke » (blague, en anglais) de la part de ses concepteurs ou alors comme une excuse pour ne pas avoir corrigé tous les bugs la veille du lancement.
Et vous, vous en pensez quoi de GalerieLafayette.com ?

*url rewriting : technique qui consiste à réécrire à la volée des urls « pas belles » comme www.monsite.com?pageId+27 en www.monsite.com/les-bonnes-affaires. L’url rewriting favorise la lisibilité des adresses web et, surtout, le référencement par Google.


A voir sur le Ouaibe :


A voir sur le Capitaine Commerce


Et rappelez-vous : si vous souhaitez que l’on parle de votre agence et que vous avez fait un beau site en osCommerce (ou Magento), écrivez-moi à capitaine-commerce(at)capitaine-commerce.com

21 commentaires

  1. Bonjour,

    J’ai déjà travaillé sur un frontal flash sur un site oscommerce et j’ai regardé le code des galerieslafayette.com.

    Quand tu regarde le source de la page, tu te rends compte que tout le codage html est fait et qu’un flash est chargé à la fin.
    Est-ce flash que "encapsule" le HTML ?

    En tout cas le référencement sera correct et le flash à l’air de gérer les liens profond.

    Pour les URL, ce n’est qu’une beta….

  2. Il y a plusieurs éléments intéressants, comme l’usage du click droit pour la navigation, l’usage d’une largeur flottante.. etc. Par contre ce ne sont pas des éléments vendeurs, et n’ont aucun interet sur un site de e-commerce (au contraire).

    A regretter l’usage systématique du flash, partout et tout le temps (même pour certains formulaires).

    Comme c’est une pré-version, l’absence d’url rewriting ne me choque qu’a moitié, ainsi que le référencement inexistant (voir l’html).

    Certaines galeries sont vides (il manque des photos par exemple, ou il y a peu de produits), l’ergonomie peche reellement par moment (voir est completement nulle).

    Il y a quand meme des points positifs : présence de filtres, l’ensemble est assez joli je trouve, le zoom produit est bien fichu…

  3. Bonjour,
    Je travail dans l’univers du web, et plus spécifiquement dans l’univers de site full flash… et pourtant, je trouve que l’usage de Flash ici est mal dosé. Je trouve qu’il y en a trop, que ça apporte des lourdeurs là où nous n’avons pas l’habitude d’en avoir sur un site e-commerce (détail produit, navigation, formulaire). De plus, je ne sais pas les contraintes que cela impose en back-office, mais bon, je suis sceptique.
    A bientôt !

  4. @Claire-M : Ah ! Y’en a toujours que pour les parigos ! Quid de la livraison en 3h à Bergues ??? Hein ?

  5. Everdose de flash … même pour la création du compte.
    Ils ne sont pas seul dans leur tête ces gens!
    En regardant le code je me pose pas mal de questions:
    pourquoi ont-ils conservé les menus d’oscommerce (touts les < li>) vu qu’ils ne sont pas affichés ? ils veulent se retrouver ilico dans la sandbox de google ?

  6. hey Capitaine , tu parles de moi mais t’es quand même plus que mitigé dans tes propos 😉

    Effectivement ce n’est pas le meilleur site e-commerce fullflash que j’ai vu, mais vu le nombre d’interlocuteurs (internes et externes) qui ont participé au projet, la complexité technique et l’élongation du projet, piloter un projet d’une telle ampleur a dû être une épreuve de force pour l’agence (je cherche pas d’excuses pour eMazarine, je connais personne de chez eux 😉

  7. C’est clair qu’on balance souvent la pierre a l’agence. Et pourtant si un projet part souvent en sucette c’est parceque le client qui n’y connait que puick se la joue ‘je paie, donc c’est moi qui décide’.

    Et plus il y a d’interlocuteurs plus c’est le boxon.

  8. J’ai pour habitude de reprendre en main le travail des agences, et j’avoue que j’ai pas mal évolué sur la question de la responsabilité. Le client est souvent la principale source de problèmes. Mais une agence doit être modeste, et si elle ne parvient pas à imposer sa vision, il convient de faire appel à des experts, des vrais, qui eux d’habitude ont plus d’impact sur le client et lui explique les rondins qu’il met en place pour faire trébucher tout le monde dans le projet et ensuite sur le site…

    Je pense aussi, que les agences ont pris les clients pour des enfants trop longtemps, résultat ils font leur crise d’adolescence, ils ont en marre de se faire avoir par des agences qui sont spécialistes de tout et donc de rien. Une fois cette période passée, les relations devraient redevenir plus saines et les mauvaises agences auront disparu…

  9. @tonio : euh, oui, c’est ça…. @raphael : un bon chef de projet sait qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais client.
    1) le client n’a pas toujours raison même s’il paye. Il faut simplement prendre le temps de lui expliquer quand il fait une connerie
    2) les webs agency n’ont pas non plus la science infuse et devraient apprendre à être à l’écoute des clients qui ne disent parfois que des choses pleines de bon sens mais dans le langage commun et pas dans le jargon 2.0 3) la relation agence-client est comme une valse avec des partenaires qui ne se connaissent pas et c’est pas facile de danser avec un ou une inconnu(e)

  10. Beau boulot de CYO et eMazarine. Ca a dû être un cauchemar à intégrer, tout ça… Le panier "ticket de caisse" est très pratique. Le zoom plein écran fluide et efficace. On a aussi de très jolis univers de vente, les boutiques de luxe. Bonne mise en avant de la livraison 3 heures. Malgré tout, je suis frustré par la navigation, la moitié des photos manque, on a une drôle de pseudo-pagination qui fait peur, impossible de croiser les filtres (ex : prix + couleur), l’admin et les ports visibles, aucune info sur les stocks, le bouton de validation du panier invisible dès qu’on a deux lignes, quelques "undefined" classiques du Flash… C’est clairement une beta mais ça devrait vite être propre car les bases sont plutôt saines.

  11. Je viens de remarquer aussi que la création de compte et le checkout ne sont pas https et le paiement Ogone non fonctionnel, snifff 🙁 Je reviendrai dans qq semaines.

  12. Ceci dit, vu les critiques et conseils qui apparaissent de ci de là sur les blogs, je dirait qu’une agence maligne vient de se faire une étude gratuite 🙂

  13. Effectivement le compte client n’est pas en https…
    Pour Ogone c’est bizarre j’ai réussi à payer…qu’as tu vu de ton côté ??
    Sinon le site est quand même pas mal !

  14. Il n’y a pas trop d’intérêt à avoir un site parfaitement référençable pour les galeries lafayette. Ils n’ont pas de contenu et ne peuvent qu’espérer se positionner sur des mots génériques comme "robes". Des mots que tous les petits commerçants qui n’ont pas la chance d’avoir des visites directes se battent. Bref, gros budget de référencement en perspective pour pas grand chose même si la boutique avait été conçue intelligement.

    Mais c’est la seule excuse que je leur trouve, pour le reste ce n’est vraiment pas terrible…

  15. Je suis très déçu par ce site.
    Le design a de bonnes idées, c’est vrai, mais le temps de les apprécier, une internaute lambda est déjà partie parce que les pages sont trop lentes à charger.
    Ce n’est pas un site d’e-commerce, mais un site-vitrine victime d’une sur-utilisation de Flash.
    C’est une bêta sensée rester en place pendant 6 mois. Pardon, mais si je suis prêt à mettre 700 euros dans une robe Christian Lacroix, j’attends un site qui marche un peu mieux dès ses débuts, même en bêta.
    La navigation est loin d’être intuitive pour des gens non-graphistes et non habitués à un Mac.
    Côté utilisation par un acheteur, il y a des manques. Par exemple, pas possible de trier par marques les produits au sein d’une catégorie.
    Les sites US de luxe sont plus efficace là-dessus. Pourquoi ne pas piquer les idées de sites qui vendent bien en ligne (ex: Neiman Marcus) ?
    Enfin, cette bêta n’est pas très bien conçue pour recueillir l’avis des utilisateurs (c’est pourtant l’un des buts d’une bêta, non ?) : on nous donne juste le numéro du service client à 0,34€ la minute ou un micro-formulaire de contact. L’agence aurait du mettre un place un système plus évolué de recueil et de dépouillement des avis des clients.
    Je suis vraiment déçu, car suis acheteur de produits de luxe sur internet. Attendre 10 ans après la naissance de l’e-commerce en France pour livrer un tel site, ce n’est pas terrible. Espérons que cela va s’améliorer (cela ne peut pas trop se dégrader).
    Je me permets de faire un lien vers un article sur mon site de Chaussures pour Femmes où j’ai développé mon opinion sur ce site : chaussure-femmes.com/nouv…

    Je suis un peu dur, mais je suis exigeant avec un site qui vend des produits chers et de qualité. (et à nouveau, le numéro de service client ne doit pas être surtaxé, on n’est pas chez Cdiscount ! )

  16. Je viens de lire l’article du JDN, et c’est consternant.

    1 an de travail avec 60 personnes en interne et 25 prestataires techniques…

    L’ergonomie est à revoir, le graphisme n’est pas transcendantal, les fiches produits sont incomplètes… C’est du luxe, et pourtant le niveau de finition est digne d’une Lada en cours de production. Il faudra qu’on m’explique comment on peut accepter de dépenser tant d’argent pour un résultat si médiocre. En tant qu’ingénieur, cela me rappelle vaguement des des projets ERP à 200 millions d’euros, avec 3 ans de dérapage dans les délais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.