Polyvore.com enfin en France !

Polyvore est un des sites que j’affectionne tout particulièrement et bien que Cobolian m’ait déconseillé de vous en parler : « Tu vas pas faire ch… nos lecteurs avec ce site de lectrices de Jeune et Jolie ! »

Je lui ai répondu que :

  1. Polyvore n’était pas que un site de midinettes et qu’on pouvait y trouver même des costumes de super-héros,
  2. qu’en matière de web social, d’UGC* et de mashup**, Polyvore se posait comme un parangon du genre,
  3. et pour finir, que sa remarque frôlait le carton-rouge politiquement incorrect

* UGC : user generated contents, contenus générés par les utilisateurs
** Mashup : service mêlant plusieurs technologies pour offrir un nouveau service

Mais à quoi donc sert Polyvore ?

  1. A agréger des contenus déjà existant sur le web : tous les produits que des partenaires marchands veulent bien exporter sur la plateforme (c’est gratuit, vite, vite, allez-y !)
  2. A créer de nouveaux contenus à partir des contenus déjà existant : là, ce sont les utilisateurs qui interviennent. Grâce à un outil simple de mise en forme, ils peuvent créer des compositions visuelles (des sets), sortes de patchworks de produits
  3. A diffuser ces sets via le web : bien sûr, Polyvore dispose de tous les outils qu’il faut pour cela :
  • bouton « Envoyer à un ami »
  • code javascript pour insertion dans son blog
  • discussion avec les autres membres de la plateforme sur le set
tweet

Polyvore exploite donc à fond les mécaniques sociales du web et compte sur la créativité débridée de ses lectrices pour générer à l’infini de nouveaux contenus, faire parler de ces contenus et, cerise sur le gâteau, les faire vendre. Car, oui, souvenez-vous, tous les sets qui y sont créés sont composés entièrement de produits achetables chez les différents marchands affiliés.

Un exemple de mix parfaitement réussi entre e-commerce et réseaux sociaux. Qui plus est, est gratuit (pour l’instant).


all of the other reindeer used to laugh and call him names par FASHIONABLY KATE

3 commentaires

  1. Je m’inscrit en faux. J’avais élégamment suggéré qu’à force de parler de sites intéressants plutôt la gente féminine ton image de masculinité extrême allait en prendre un coup.

    Jamais on ne parle de tunning, de grosses bagnoles ou encore de combats de chien.

    De plus, dans les stats, j’ai remarqué que certaines personnes arrivent ici via la requete ‘jeunes hommes beaux et nus’.

    Cher Capitaine, il va falloir rajouter de la poitrine opulente, de la testostérone, du bling bling sur ce blog.

    Oui, il te faut maintenant bruler ta collection de livres harlequins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.