Interview Bruno Lévêque de Prestashop

Vous le savez, l’open source, le e-commerce, c’est mon dada. Il y a quelques temps de cela, j’ai eu l’occasion de rencontrer Bruno Lévêque, gérant et fondateur de Prestashop, la solution de ecommerce Open Source française la plus prometteuse du moment. Comme il n’avait rien à faire et moi non plus, on a fait une interview que je retranscris là. Bon, je suis un peu à la bourre sur ce coup et j’aurais du publier ça il ya quelques semaines, mais les courses de Noël m’ayant fort occupé, la publication de cette rencontre historique s’est un peu perdue dans le temps. Mais, comme dit le diction, mieux vaut tard que jamais.

«  Capitaine : hello bruno, t’es là ?
Bruno Lévêque : hello, oui.
Capitaine: on peut parler ?
Bruno : yes dans 2min je fini au téléphone
Capitaine : ok »

En attendant que Bruno veuille bien me répondre, je file mettre un nouveau collant, puis :
« Bruno : voila 😉
Capitaine : ok, bon, je commence : tout d’abord, tu peux me parler un peu de ton parcours ?
Bruno : Passionné d’informatique depuis mon plus jeune âge, j’ai démarré la programmation en QBASIC en 1992. Très rapidement le milieu de l’Internet me fascine et je créé mon premier site Internet en 1996. Je rejoins quelques années plus tard (2002) l’école Epita-Epitech qui me permettra de créer PrestaShop en tant que projet de fin d’études avec cinq autres ingénieurs.
Sur le plan purement professionnel, j’ai travaillé pour LeGuide.com de 2000 à 2005, et également pour la société Unlost (2005 à 2007) éditrice du site 24h00.fr
(Patrick Robin), début 2007 je monte PrestaShop avec mon associé Igor Schlumberger.

(NDCC : Igor Schlumberger est aussi le fondateur de LeGuide.com)

Capitaine : et pourquoi une solution de e-commerce ?
Bruno : L’e-commerce était pour moi la voie toute tracée permettant de lier le milieu de la vente et informatique, qui sont les deux domaines par lesquels j’étais attirés après le bac.
Capitaine : d’accord, et pourquoi l’open source ? (je sais, c’est plus facile et plus court de poser les questions)
Bruno : L’Open-Source reste encore de nos jours un modèle atypique, cependant de mieux en mieux perçu par les internautes. Pour ma part l’Open-Source permettait un meilleur partage de l’information, une réactivité supérieure aux logiciels propriétaires ainsi qu’une force d’innovation permanente, ce qui est essentiel dans notre secteur. Ces trois critères permettent aux logiciels Open-source de se démarquer en crééant un véritable cercle vertueux.
Capitaine : Comment s’est passé le développement de Prestashop ? Avez-vous démarré from scratch ou bien avez-vous rémployé des briques d’une autre application ? Combien de personnes ont travaillé sur le projet et pendant combien de temps ?
Bruno : Plusieurs profils sont à l’origine de PrestaShop : Cinq développeurs de l’école Epitech (M. Morel, M. Saintot, M. Da-Silva, M. Borde et moi-même), deux marchands (Vert-tiges.com, Bonsai-ka.com ainsi qu’Igor Schlumberger (ex CEO LeGuide.com). Nous avons dans un premier préparé un état des lieux sur la base des 15 applications les plus utilisées dans le secteur (propriétaires ou libres) dont OsCommerce. Par la suite les marchands nous ont aidé à co-rédiger un cahier des charges le plus complet possible. Nous nous sommes essentiellement appuyé sur les points faibles d’OsCommerce pour nous démarquer. On peut toutefois citer l’application Drupal, soutenue par Igor Schlumberger, qui nous a beaucoup aidé dans la réalisation de notre système de modules.
Le projet a nécessité sur les deux premières années environ 3000 heures de travail
Capitaine : Impressionnant ! Pour l’instant, Prestashop en est à sa première version (la 1.1 si j’ai bien compris). Comment se différencie-t-elle de ses concurrents les plus proche (le vieux osCommerce et le tout neuf Magento) ?
Bruno : Parmi les éléments différenciants avec OsCommerce on peut notamment citer : un système de module (fini l’installation des contributions à la main !, une gestion des thèmes graphiques, un outil d’installation et de mise à jour simplifié, un travail significatif sur l’aspect SEO ou encore un back-office multi-utilisateurs avec gestion des droits). Par rapport à notre confrère (il n’y a pas de véritable concurrence dans l’Open-Source) américain Magento, nous avons pris parti de ne pas délocaliser notre activité à l’étranger. Nous estimons qu’il est nécessaire d’offrir à la communauté Open-source, aux agences et utilisateurs une réactivité en limitant les intermédiaires. PrestaShop a moins communiqué que Magento sur le plan marketing mais a fait ses preuves avec d’ores et déjà 15 000 boutiques en production  et gère très bien les problématiques de montée en charge.
(le chiffre qui m’a été donné par un partner Magento est de 700 boutiques en prod au 25 septembre 2008, à vérifier)
Capitaine : Justement, à propos de boutiques. Peux-tu me citer quelques grands noms (ou moins grands) du e-commerce qui ont utilisé Prestashop ?
Bruno : Parmi les boutiques les boutiques bien établies utilisant le logiciel PrestaShop, on peut notamment citer 4-Pieds, Azzaro, Smallable ou encore la place de marché Madeleine Market (Fauchon, Prunier, Veuve Clicquot…)
Capitaine : Si j’étais e-commerçant (heureusement, je ne le suis pas), mais qu’est-ce qui pourrait me pousser à utiliser Prestashop plutôt qu’un Magento ? Est-ce que c’est plus cher ? Moins cher ? Cher comment ?
Bruno : De nombreux e-commerçants se sont lancés avec PrestaShop à coût zéro, ce n’est pas un mythe. Les points clés sont la facilité de prise en main, la communauté très active (avec notamment un peu plus de 25% d’e-commerçants PrestaShop en France) ou encore quelques killers feature que nous dévoilons et dévoilerons dans les semaines à venir. En terme de « chereté », la société PrestaShop propose (à ceux qui le désirent) un accompagnement sur le graphisme, le développement ou la formation à partir de 50 euros.
Capitaine : Ok. Je sais aussi que Prestashop travaille avec des web agencies comme partenaires. Combien sont « agréés » Prestashop aujourd’hui ? Et en trouve-t-on ailleurs qu’en Région Parisienne ?
Bruno : Nous travaillons en collaboration avec des agences, petites ou grandes, en île de France, dans les autres régions, mais également à l’étranger. Parmi les agences s’intéressant au logiciel PrestaShop ou peut par exemple citer Altima (région Nord), Smile (Ile de France) ou encore Quadra Informatique (Région Est). L’objectif est de s’appuyer sur des agences ayant de solides compétences autour du logiciel, contribuant à ce dernier et également ayant la notion du « travail bien fait ».
Capitaine : Qu’est-ce qui nous attend dans la prochaine version ?
Bruno : Quelques bonnes surprises sont à prévoir dans la prochaine version 1.2 de PrestaShop : une amélioration significative concernant l’échange de données avec les autres applications, des performances accrues, un moteur de recherche multi-critères dynamique et également quelques killer features.
Capitaine : A ce propos, avec quelles autres applications Prestashop peut ou a déjà été interfacé ? Je pense à des ERP comme SAGE ou Tiny ERP ?
Bruno : Actuellement nous avons développé de façon spécifique est import/export pour certaines boutiques. Parmi les logiciels s’interfaçant correctement avec PrestaShop il y a CEGID, Orliweb, EBP (en cours) et tous les logiciels acceptant l’échanges de données par fichier CSV (la majorité d’entre eux)
Par ailleurs, nous travaillons avec la communauté sur un module TinyERP, qui est très répandue et à déjà fait ses preuves auprès de nombreux utilisateurs.
Capitaine : Un point que j’avais oublié. En terme de référencement, comment est-ce géré ?
Bruno : PrestaShop met en avant plusieurs fonctionnalités essentielles liées aux SEO : la réécriture d’URL (avec possibilité de la personnaliser), le respect scrupuleux des normes W3C, une mise en oeuvre efficace de la sémantique XHTML (balises <h1>, listes à puces…etc) ou encore un système de nuages de tag comme sur les blogs. Du néophyte à l’utilisateur averti, PrestaShop permet une prise en main rapide de l’aspect référencement sous toutes ses coutures
Capitaine : ok, bon, je pense qu’on a déjà fait un premier tour assez complet. Tu aurais quelque chose à rajouter ? Une killer feature ?
Bruno : Nous venons de finaliser avec l’aide la communauté un outil de suivi des apporteurs d’affaires. Force est de constater que de nos jours les marchands investissent sur plusieurs tableaux (Google Adwords, l’affiliation, les blogs…) mais maîtrisent très peu l’impact réel sur leur business.
C’est pourquoi nous avons développé un outil qui « apprend » au fur et à mesure d’où vient le trafic, les comptes clients, les ventes, et qui fourni des informations très précises à ce sujet.
Bruno : Concrètement un marchand sera capable de connaître en quelques clics le taux de transformation d’une opération marketing, produit par produit au jour le jour. Dans un second temps, il pourra même désactiver par un simple clic les produits peu performants chez certains partenaires !
Capitaine : oh là là là ! C’est trop fou, je vais me télécharger Prestashop tout de suite et me mettre à faire du e-commerce.
Bruno : ;-))))
Capitaine : bon, ok, merci, c’était très sympa de m’accorder un peu de ton temps
Bruno : Ce fut un plaisir, je suis un fervent lecteur du blog depuis ses tous débuts !
Bruno : ++ bonne soirée Olivier
Capitaine : Nooooooon, il ne faut pas dire mon vrai nom !! »

>> Télécharger Prestashop

35 commentaires

  1. « PrestaShop a moins communiqué que Magento sur le plan marketing mais a fait ses preuves avec d’ores et déjà 15 000 boutiques en production  »

    Capitaine Commerce aurait il dérapé sur son clavier avec un gros doigt laissé un peu trop longtemps sur la touche zéro… ??
    15000 boutiques en production, j’ai du mal à y croire.

    Par ailleurs, et personnellement , j’ai du mal avec Prestashop car je trouve que la solution surf sur les frontières floues aux yeux de beaucoup entre Open Source et gratuité. On peut être les 2, comme Joomla (Magento ??) ou alors on peut être Open Source mais jouer sur les Prestas pour gagner sa croute. Pas de problème, faut bien vivre, mais je trouve que dans le cas de Prestashop, cette information est trop volontairement cachée.

    J’ai déjà eu le cas de collègues sur le web qui mettaient sur le même plan Joomla et Prestashop (concernant leur modèle économique).
    Hors:
    – L’intégration du module ReceiveAndPay est facturée 100€ par Oxatis (solution payante) mais est annoncé à 400€ par Prestashop (Price List distribuée sur un salon Ecommerce).
    – l’intégration de l’exportation de la boutique vers Leguide.com est gratuit avec Joomla (même si j’avais galéré pour trouver la solution technique, il faut dire que je suis une bille), gratuit chez Oxatis… et est en « module Premium » (donc payant) chez Prestashop.
    Quand on lit sur ce post de Capitaine Commerce qu’un des fondateurs et ex-CEO de Leguide.com, cela laisse rêveur.

    En résumé, si la solution m’a personnellement très impressionné, j’ai été refroidi car je pense qu’il y a un certain nombre de coût cachés trop nombreux pour un petit E-commerçant comme moi.

    Vu que ce message est un peu polémique (tapez pas trop fort avec la réponse SVP), ci-joint les sites que j’ai réalisé(comme ça, vous connaitrez mon – faible – niveau):
    – site en joomla : trampofun.fr
    – site en Oxatis: mon-trampoline.com
    – site (bou pas beau) en Joomla + virtuemart: jeu-pour-enfant.fr

    et enfin, lien vers un forum:
    http://forums.web4all.fr/index.php?showtopic=1381

    Bon E-commerce à tous

  2. héhé sympa l’interview !
    Prestashop apparait pour moi être la meilleure solution e-commerce du marché (par rapport à ma position), si je ne fais pas un dev maison pour ce genre de contrat, je pense bien utiliser cette magnifique application 🙂

  3. Bonjour,

    Intéressante interview.
    Ma femme a créé sa propre boutique en ligne, sur la base de Prestashop (http://www.tetineperso.com/).
    Seulement, si PS est globalement une bonne solution, je pense que le suivi devrait être plus performant.

    Un exemple : avec PS, on a une solution e-commerce sans module d’achat par CB… donc, si l’on en veut un, soit on leur demande, et on peut attendre longtemps avant d’avoir une réponse, soit on développe soi-même ou via un dév autre que l’équipe Prestashop (notre cas) qui nous fait ça vite fait bien fait.

    2e exemple : quand on veut faire évoluer la version installée de Prestashop et qu’on a créé un thème spécifique, selon la personne de PS qu’on a en ligne ou par mail, on nous conseille une chose et son contraire… ne surtout pas faire de mise à jour pour le 1er, aucun pb pour faire la mise à jour pour le 2nd… Qui croire ? Cela nécessite un peu plus de professionnalisme, sur ces aspects.

    Mais globalement, c’est un très bon outil, et simple d’accès, d’install et d’utilisation : donc merci à Bruno et son équipe !

  4. J’ai rapidement testé Prestashop que je souhaitais utiliser pour des besoins particuliers… et j’ai vite abandonné car la v1 est peu adaptée à la vente de produits dématérialisés et à la vente hors Europe (avec TVA en toute fin de transaction)

    Côté SEO, il est effectivement très bon, hormis quelques points gênants : référencement multilingues impossible (gestion des langues par cookie et cloaking), en tête 200 au lieu de 404 pour les pages de la boutique et quelques autres trucs… Concernant la balise H1, elle est placée autour du logo dans les templates par défaut, ce qui n’est pas conforme à l’usage prôné sur w3.org.

    Je surveille toutefois les choses de près car l’appli est prometteuse, surtout vu les ajouts qui ont été faits sur la 1.1 (le CMS notamment).

  5. La comparaison Prestashop/Magento n’est a mon avis pas possible. Prestashop est une bonne solution bas de gammes pour des choses simples sur le marché français avec un ecosysteme de partenaires pas tres repandu. Magento est une solution internationale avec un nombre d’intégrateurs important.
    En demandant des devis pour un site marchand a certaines agences web, j’ai reçu 10 réponses Magento pour 2 réponses prestashop. A chaque fois la justification de l’agence est la même : magento est bien supérieur sur tous les plans pour le moment.
    Encore pas mal de boulot pour prestashop en perspective.

  6. Chacun a son propre avis, mais pour moi Magento était trop lourd (surtout les premières versions) et rien que cela a été un argument majeur pour le choix de Prestashop pour ma société. Après cette solution répond très bien à la plupart des besoins que peux avoir un ecommercant, la création des modules pour les développeurs est très simple, l’évolution du script est soutenue … A mon avis Magento conviendra plus à certains projets, Prestashop à d’autres, mais on ne peux pas dire que l’un est meilleur que l’autre.

  7. Je suis d’accord avec JLU Tennis. Il me semble que Magento et Prestashop ne s’adressent pas aux mêmes porteurs de projets. Magento est bien plus long à prendre en main. Son code est compliqué, la structure de sa base de données inhabituelle et surtout, ses besoins en ressources machines beaucoup plus gourmands. Magento ne devrait donc être envisagé que pour des projets « plus lourds », tout dépend évidemment de ce qu’on entend par lourd. En fait, il est certain que Magento soit plus puissant que Prestashop, mais les temps de « setup » sont aussi beaucoup plus longs induisant également des coûts de mise en oeuvre plus élevés. Je me trompe sans doute, mais si vous comptez mettre 20,000 euros (et c’est déjà pas mal) sur votre site, investissez dans du Prestashop (je sais que Bruno n’est pas forcément d’accord avec ça, mais c’est mon avis).
    Par delà ces questions techniques, il me semble aussi important de souligner que Prestashop est français et que c’est aussi une raison suffisante pour le choisir, d’autant plus que Bruno Lévêque et son équipe sont plus facile à rencontrer que celle de Roy (qui est à Los Angeles) 😉

  8. Bonjour à tous…

    Je n’ai pas vraiment d’a priori sur Prestashop (que je n’ai jamais testé). Je suis resté sur une très belle impression de MAGENTO.
    Il me semble que c’est un outil qui offre énormément de possibilité en terme d’import export, notamment en terme de facturation, commande, client. Dites moi si je me trompe ? Mais ce qui m’a bluffé c’est bien sûr la gestion multiboutique avec la possibilité d’affecter un design spécifique sur chaque magasin. Top !

    J’appellerai Prestashop prochainement pour en discuter et comparer… 😉

  9. La solution semble à la fois pas trop usine à gaz et évolutive. Une sorte de bon compromis!
    Chaque solution a ses + et ses -, un des moins ici c’est la gestion de TVA ou du moins l’affichage HT/TTC pour la vente suivant les modalités différentes!
    C’est un peu une lacune à mon avis et ça n’a pas l’air d’être une priorité… Mais sinon, c’est la solution qui promet…

  10. Bonjour

    Fraîchement arrivé sur le marché des agences web, je suis utilisateur (ou plutôt « intégrateur ») de Prestashop depuis trois mois maintenant, pour le compte de quelques clients.

    J’ai au lancement de mon entreprise testé diverses solutions e-commerce, j’en suis au final revenu à Prestashop, pour diverses raisons :
    – la facilité de prise en main en terme de développement (une fois saisi le principe des templates et de la syntaxe Smarty, c’est du gâteau, littéralement)
    – la rapidité en exploitation (peut sans problème tourner sur du mutualisé, ce qui est loin d’être le cas de Magento qui est d’une lourdeur exaspérante quand la boutique commence à taper les 70/80 catégories et sous-catégories de produits et les centaines de références)
    – la qualité et l’ergonomie du back-office avec gestion précise des droits (un énorme plus pour le client final !)
    – la qualité du code
    – la disponibilité de l’équipe Prestashop (et ça, je tiens à le mettre en haut du panier !)

    Certes, certains modules sont payants, mais je préfère personnellement faire sous-traiter par exemple les modules de paiement et avoir un interlocuteur en cas de soucis : chacun ses priorités 😉

    Enfin, si je devais faire une « critique » concernant cette solution, elle toucherait simplement à la tronche du template par défaut (tout simplement hideux ^_^) et par la faiblesse des templates de boutiques actuellement disponibles (ceci devrait évoluer rapidement étant donné la taille de la communauté)… (mais bon, en quelques heures on peut arriver à des choses très sympathiques et très professionnelles !)

  11. A mon avis prestashop porte vraiment bien son nom. Le soft est fait et développé pour vendre de la prestation mais surtout pas pour constituer une communauté open source, qui est là utiliser comme prétexte.

    Il est facile d’annoncer que l’on va mettre à dispo des modules pour faire une jointure avec orliweb, ebp, cela fait du buzz mais derrière, je suis certain que l’on ne verra JAMAIS le module téléchargeable gratuitement

    Ce qui est étrange d’ailleurs, c’est que personne ne semble mentionné qu’il n’y a AUCUN module disponible sur le site de prestashop et que les couts d’installation proposés par prestashop sont prohibitifs (250 € H.T. le module de paiement CB alors qu’il faut glisser déposer par FTP 5 fichiers en 5 minutes !!!)

    Oscommerce, Thelia ou Magento sont de vraies communautés OPEN SOURCE avec mise à disposition et partage des modules.

    ce n’est que mon avis mais venir raconter que ce n’est pas une usine à gaz, c’est que vous n’avez vraiment pas mis le nez dedans

  12. Sylvain,

    Quand on paye 250 € HT pour un module de paiement, c’est installation, paramétrage et tests compris avec la banque (on parle donc bien effectivement de PRESTATION à valeur ajoutée, pas de vente de module). Parce que sinon des modules de paiement on en trouve déjà des gratuits (personnellement je préfère acheter et avoir des garanties en matière de sécurité derrière…)

    D’ailleurs une fois acheté, rien n’empêche de réinstaller le module sur d’autres boutiques (j’ai eu la confirmation du technicien de Prestashop qui me l’a installé : ce que l’on paye, c’est la prestation, pas le module) ; je rappellerai tout de même que la société Prestashop n’est pas philanthrope, et donc vu la qualité du produit la moindre des choses est de les faire travailler.

    C’est sûr que pour les pimpins qui vendent des boutiques à 500€ (généralement du brut de dézippage où ils n’auront changé que quelques couleurs), ça peut paraître cher ^_^

  13. J’aimerai dissiper un malentendu commun : open source ne signifie pas gratuité. Et si un produit open source est gratuit, le service qui l’entoure ainsi que les diverses options ne le sont pas forcément.

    Le fait qu’une entreprise soit derrière la solution est plutôt un facteur rassurant à mon avis.

  14. « J’aimerai dissiper un malentendu commun : open source ne signifie pas gratuité. »

    Je suis bien entendu d’accord…
    Seulement la homepage de Prestashop http://www.prestashop.com/fr comporte un lien nommé donation mais aucun lien nommé tarif…

    La meta title de cette même homepage est « PrestaShop Free Open-Source e-Commerce Software for Web 2.0 »

    Qui ici joue sur le malentendu?

  15. C’est vraiment de la quadricapillectomie que vous nous faites là…

    À la base, Prestashop est open source, point barre. Qu’il y ait des options payantes et des services autour, je ne vois vraiment pas qui ça dérange ! Et d’ailleurs, d’autres entreprises ne se gênent pas pour proposer dès à présent de telles prestations.

    Sauf erreur de ma part, le script open source e-commerce Prestashop est GRA-TUIT (« free » en anglais). Prouvez-moi le contraire 😉

  16. Perso j’ai essayé d’installer prestashop, je n’y suis jamais arrivé, alors j’ai pris une boutique chez l’hébergeur 1and1 et malgré le cout mensuel, je ne suis pas déçu.
    Un tutoriel mieux faut m’aiderait peut-être à changer de crèmerie !?

  17. Inutile de comparer Prestashop et Magento.
    Prestashop est une solution relativement complète, propre, facile à prendre en main et à mettre en place.
    Mais ce n’est pas la solution idéale pour un gros E-Commerce car ses fonctionnalités restent limitées et on se doit rapidement de développer du spécifique.
    Magento est beaucoup plus complet, costaud et armé.
    Question intégration, les références Prestashop sont de qualité moyenne mais cela dépend peut etre de l’entreprise qui réalise le job.

  18. Prestashop est une bonne solution pour les PME. Facile et relativement rapide à mettre en place.

    Par contre, pour les gros sites, je pencherai plus volontier pour un Magento. La communauté est mondiale et les modules seront dans l’avenir beaucoup plus étendus. D’ailleurs, j’ai cru lire que la communauté de la firme US avait déjà développé un module pour WordPress…

    Pour ma part, je mise donc volontier pour un Magento ! 🙂

  19. Bonjour,

    Nous sommes une société indépendante spécialisée dans l’hébergement d’infrastructure web.
    Nous travaillons avec prestashop depuis plus d’un an.
    Nous les avons accompagné sur leur première boutique, et nous avons maintenant de nombreuses références communes.

    En tant qu’hébergeur, nous sommes plutôt bien placés pour juger de la qualité, tout du moins technique, des solutions de e-commerce. Tant sur leur capacité à monter en charge que leur stabilité ou leur niveau de sécurité.
    Evidemment nous ne faisons pas des audits de code, mais nous avons un retour d’exploitation assez intéressant.

    Le code de Prestashop est propre. C’est une tres grosse différence par rapport à OSC. Pour les « marketeux » ca ne veut peut-être pas dire grand-chose, mais le jour ou vous perdez la moitié de vos commandes parce que la solution logiciel ne monte pas en charge vous comprenez pourquoi la qualité du code est importante.
    Aussi, sa conception modulaire permet de faire intervenir différents presta sur la boutique sans tout foutre en l’air (contrairement à OSC).

    Prestashop est une société française, réactive et experte dans son domaine aussi bien sur les sujets techniques (EPITA powa !) que marketing et métier
    (Leguide.com, …etc).
    Nous avons pu à plusieurs reprises tester cette réactivité, notamment au tout début quand il y avait encore des optimisations à apporter sur les perf ou la stabilité.
    Prestashop est une société pérenne (financièrement) et heureusement qu’ils facturent leur prestation, parce que sinon il n’y aurait pas cette pérennité.
    Par ailleurs, rien ne vous empêche de télécharger la solution gratuitement et de l’intégrer vous-même.
    Prestatshop (comme Oxalide) est un prestataire
    de service. Nous délivrons un conseil qui permet à nos clients d’aller plus vite et plus loin.

    Nous avons récemment fait un petit article sur le e-commerce: http://www.oxalide.com/expertises/billets-d-expert/hebergement-e-commerce/


    Maxime Kurkdjian – Directeur associé
    Tél. : +33 (0)1 44 78 63 66 – Mél. : mku@oxalide.com – Fax : +33 (0)1 44 78 63 65

    Oxalide
    Conseil, Infogérance, Hébergement
    13 rue Greneta
    75003 Paris

  20. A ma connaissance TOUS LES PROJETS OPEN SOURCE CONTIENNENT UN LIEN CONTRIBUTION OU L ON PEUT PARTAGER CE QUE FONT LES UTILISATEURS
    > WordPress
    > Thelia
    > Joomla
    > Dotclear
    > Magento

    Je maintiens que prestashop est TOUT SAUF un projet OPEN SOURCE. Son nom est d’ailleurs parfaitement trouvé et je peux vous dire que ce qui pend au nez de prestashop ce sont des fork mieux foutu et vraiment gratuit

    Quand à dire que 250 € on peut le réutiliser, il faut tt de même être sérieux ou doit on mettre les liens de sourceforge ou on les trouve gratuitement

    Prestashop n’est pas une solution pour les PME, c’est une solution pour les web agency qui veulent vendre de la prestation SHOP

    Donc je vous le dis pour les petits projets
    Thelia et ses contributions

    Pour les projet moyens JOOMLA + Virtuemart

    Pour les usines à gaz : Magento

    Mais Os commerce reste à mon sens pour le moment le projet e-commerce OPEN SOURCE le plus riche et ce n’est pas parce qu’il y a 3 fonctions AJAX que l’on peut facilement mettre sur OS

  21. *******************************************
    ATTENTION – MERCI DE LIRE CE QUI SUIT !!!!
    *******************************************

    Je vais m’adresser maintenant à quelques personnes qui se reconnaitrons aisément.

    Les lecteurs sont des INVITéS ici. Vous avez le droit de vous exprimer librement via les commentaires, MAIS, et j’y tiens, vous DEVEZ avoir un minimum de tenue, et éviter de vous exprimer avec la bave aux lèvres.

    Ce blog est tenu par des bénévoles qui passent beaucoup de temps pour vous DONNER de l’information. Ayant déjà du virer quelques commentaires il serait bon de passer à autre chose, par exemple a ecrire de nouveaux billets.

    Pour résumer, merci de ne pas polluer les commentaires, mais d’argumenter intelligemment et sans haine.

    Merci.

  22. Bonsoir

    Je suis simplement surpris de voir comment la solution est critiquée sur le simple terme « open source ».

    Or, il me semble que la solution Prestashop offre bel et bien la possibilité de libre redistribution, un accès total et intégral au code source, et la possibilité de réaliser des travaux dérivés et de les diffuser : on est donc parfaitement dans la définition même de l’open source. Nul part n’est précisé que le créateur de l’outil open source doit gérer les contributions des tiers, quels qu’ils soient, pour prétendre à l’appellation (ps : sauf erreur de ma part, cela devrait prochainement venir chez Prestashop… N’oubliez pas que le produit est encore très jeune !)

    En tout cas pour le moment, Prestashop est la solution la plus adaptée aux besoins de beaucoup de gens, notamment ceux (dont je ne fais pas parti) qui se lancent seuls dans l’aventure du e-commerce. L’intérêt principal est qu’ils peuvent être justement accompagnés par l’entreprise Prestashop, à des coûts somme toute raisonnables.

    Pour les projets de plus grande envergure, oui il faut faire le cas échéant du développement spécifique, mais c’est aussi le cas avec n’importe quelle solution et même n’importe quel CMS de manière générale (même si ceux disposant d’une très forte communauté et bibliothèque de composants et addons divers et variés permettent de limiter grandement les efforts à fournir)

    Tout le monde ne monte pas un Materiel.net ou un RueDuCommerce. Et d’ailleurs, qu’est-ce qu’un « grand projet » ? De quoi parle-t-on ? Du nombre de références ? Du chiffre d’affaire ?

    Pour moi il n’y a pas une solution idéale, il y a des réponses à des besoins précis. Et le fait est que Prestashop répond justement précisément à certains besoins, celui des TPE et PME avec lesquelles je travaille, bien mieux que les autres solutions qui ont aussi été évaluées, sur les mêmes critères (qui ne sont d’ailleurs pas les mêmes pour tout le monde : chacun a ses propres affinités !)

  23. Le débat me parait bien tiré par les cheveux : le code de prestashop est public, donc opensource. Par ailleurs Magento propose aussi de nombreux modules dont une grande partie sont payants, par le biais de magentoconnect

  24. CQFD 😉

    Au passage, l’une des plus grosses boutiques en production tournant sous Prestashop abrite 40 000 références (des livres)… Ce qui est loin d’être le cas d’une très grande majorité de boutiques !

  25. Voilà une belle discussion qui offre des retours d’experience intéressants, notamment sur la montée en charge. Ceci dit le débat entre Magento et Prestashop est loin d’être résolu. Pour ma part j’ai choisi prestashop pour des sites assez atypiques : l’un avec 2000 références, l’autre avec .. 1 référence ! La raison de ce choix ? connaissant Smarty, il m’a fallu quelques minutes seulement pour rentrer dans le système de templates. Je déplore toutefois le manque de flexibilité apparente du système de plugin et de positionnement : difficile par exemple d’afficher la panier dynamique ailleurs qu’en marge gauche, ou alors j’ai loupé quelquechose. Les variables et objets smarty devraient être disponibles à tous les niveaux de templates, pas seulement dans les HOOKS auquels ils appartiennent. Par ailleurs la référence à Drupal m’inquiète quelque peu j’ai jamais rien compris à la logique de ce truc, j’y préfère WordPress et ses plugins, pas plus logique mais plus facile à comprendre.

    Bref voici le site à 2000 références (transition Oscommerce)
    http://www.groupetournon.com/vpc

    et le site à 1 référence
    http://www.prayandcomfort.co.uk

    A l’heure actuelle je me tourne vers Magento, dont l’aprentissage est un peu plus difficile sans être sorcier, et qui a surtout l’énorme avantage, outre ses fonctionnalités très développées, d’être implémenté à base de Zend Framework.

    Je reste malgré tout un fervent partisan de Prestashop car c’est l’une des grandes réussites françaises en matière d’opensource comme quelqu’un l’a déjà signalé. Mais pour les clients .. ce sera surement Magento systématique d’ici quelques semaines

  26. Le problème de mag*nto est maintenant connu, c’est qu’il est lourd…dingue! Même en local ça rame… et le seul fait de devoir avoir un serveur dédié pour que ça tourne bien(avec tout ce que cela comporte), fait que ça n’intéresse pas les mêmes personnes! PS permet de se lancer sérieusement mais aussi « en bricolant », même si bricoler n’est pas forcément une bonne approche du ecommerce, il y a beaucoup de gens qui y viennent quand même de cette façon!!
    Pas sûr qu’il faille donc les comparer!

  27. Interview intéressante.

    Je suis un peu abasourdi pas certains commentaires qui affirment que Prestashop n’est pas open source….

    Je viens de l’installer (assez facilement) pour des tests et il me semble qu’il y a pas mal de modules fournis en standard et qu’on en trouve également des gratuits sur le web.

    Que des sociétés vendent du service autour d’une solution gratuite, c’est autre chose et je ne vois pas où se situe le problème. Beaucoup de produits open source (e-commerce et autres) bénéficient du support d’un éditeur et cela ne semble pas être une obstacle à leur développement, bien au contraire.

    Ensuite le débat sans fin Magento c’est mieux que machin…ça me fait penser aux trolls des forums « mac ou pc »et ça n’est pas forcément très constructif.

    Si l’on sort un peu des sempiternels débats techniques, il ne faut pas perdre de vue que ce qui intéresse un vendeur, c’est vendre..si possible vite et simplement, sans investir des fortunes dans une plateforme. (en fait le commerçant ne pense pas tout de suite ajax, php ou CSS aussi bizarre que cela puisse paraitre).

    En cela Prestashop me semble être une solution plutôt extrêmement bien positionnée sur la marché.

    Je lui souhaite bonne chance et espère trouver plus de templates gratuits dans un avenir proche 😉

  28. Je pense que Prestashop et Magento peuvent cohabité sur le marché du e-commerce, Magento ne saura convaincre les «  » » »petits » » » » » » e-commerçants , par sa complexité d’utilisation (pour un utilisateur lambda) et il faut un hébergement déjà performant pour une utilisation optimale (donc plus cher).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.