De l’éditorial dans votre e-commerce

Du contenu, encore du contenu, toujours plus de contenu: internet est une mine de contenus, dont la croissance phénoménale est largement encouragée par … Google bien sûr !
Car le grand manitou de la visibilité en ligne aime par dessus tout le contenu : frais, autant que possible, bien structuré, c’est un minimum, et intéressant, quoique là, quand on voit ce qu’on voit …

Arguant qu’il ne s’intéresse qu’à ce qui est bon pour l’utilisateur, Google distribue donc une prime au contenu, ne serait-ce que par la simple corrélation entre le nombre de mots clés des contenus en question et la visibilité ainsi procurée par toutes les occurrences et variantes susceptibles de correspondre aux nombreuses et diverses requêtes formulées sur le moteur.
En outre, Google accorde une prime supplémentaire à la fraîcheur de ce contenu : ce n’est pas un mystère qu’en rafraîchissant fréquemment vos contenus, vous obligez le robot d’indexation à revenir plus souvent visiter vos pages et ainsi à les valoriser d’avantage par rapport à des contenus plus anciens. C’est ainsi que des blogs, particulièrement les plus prolifiques, peuvent remonter rapidement et haut sur des requêtes habituellement trustées par d’autres, mais dont les contenus sont plus statiques.

Ainsi, la production de contenus pour l’e-commerçant est une opportunité pour accroître sa zone d’e-chalandise avec pleins de mots ne correspondant pas forcément directement aux plus évidents déjà amplement travaillés en référencement naturel, et plein de fraîcheur pour que les robots viennent, reviennent et reviennent encore.

Cet avantage, non négligeable n’est pas le seul. En effet, internet est une source d’informations à laquelle recourt tout un chacun. Apporter des réponses à des problématiques sur lesquelles ont est un spécialiste ou un acteur clé est donc un service apprécié pour les utilisateurs, et appréciable pour les e-commerçants puisque c’est l’opportunité de prescrire habilement ses propres produits dans un contexte idéal car maîtrisé.
Ainsi, l’e-commerçant n’est plus un simple afficheur de catalogue et pourvoyeur de fiches produits, c’est aussi un vrai commerçant, soucieux de mieux servir ses clients en leur apportant moult réponses, conseils et bonnes idées depuis sa situation de professionnel éclairé. Croyez bien que ce service est largement apprécié et saura également faire la différence par rapport à un concurrent moins avenant.

Enfin, les contenus ont également de vrais vertus pédagogiques et à ce titre jouer un rôle important d’évangélisation pour de nouveaux produits et usages pour ensuite engendrer des actes d’achats qui n’auraient pas eu lieu sans ce préambule.

Prenons un exemple pour illustrer ce billet. Je suis un passionné de quad de fraîche date. En arpentant le web, et particulièrement les forums, j’essaye de me faire une petite culture générale et technique sur le sujet. Cela prend du temps. On ne sait pas toujours quoi acheter dans telle ou telle circonstance. Ainsi, ce commerçant qui m’a inspiré ce billet : Boutiquad .

Boutiquad
Boutiquad

Je suis persuadé qu’il gagnerait beaucoup à produire ses propres contenus éditoriaux dont l’absence brille superbement. Il pourrait par exemple expliquer comment choisir son train de pneus, pourquoi « 6 plis » c’est mieux que moins ou plus de plis. En commençant par expliquer d’ailleurs ce qu’est un pli.
Pareil: un petit article en page d’accueil sur l’importance de porter une coque dorsale, avec des statistiques, un descriptif des risques et traumatisme en cas d’absence de protection,… et bien, à l’issue: hop, j’achète une coque dorsale de peur de me retrouver dans un fauteuil pour le reste de mes jours !

Bien sur, les bons contenus coutent cher : même passionné, ce n’est pas évident d’écrire un bon article bien structuré que les visiteurs auront envie de lire jusqu’au bout, mais pour augmenter sa visibilité, mieux servir ses clients, transformer le visiteur en client, améliorer ses ventes et gonfler le panier, le jeu n’en vaut il pas la chandelle ? Allez, essayez de prendre un peu sur votre budget Adwords pour faire travailler un bon pigiste (ou un consultant pour vous guider dans la stratégie éditoriale) et vous verrez que ce que vous avez perdu à court terme avec moins d’annonces est largement compensé plus tard. Le contenu est un véritable investissement pour l’e-commerce.

19 commentaires

  1. Et le contenu peut aussi très facilement être pompé par la concurrence

    C’est peut etre efficace mais force est de constater que c’est aussi un biais introduit par Google.Donc une stratégie opportuniste

  2. Il est intéressant de noter que Google France, dans son tout nouveau centre pour les agences, vient de sortir un PDF actualisant sensiblement ses recommandations en matière de référencement naturel et de contenus.

    Le lien du document s’appelle « Conseils Google en référencement naturel » et le titre de la page de couverture c’est « Optimiser vos contenus ».
    http://www.google.fr/intl/fr/landing/agences/pdfs/agence/pdfs/conseils_google_en_referencement_naturel.pdf

    La chose qui est également remarquable dans ce doc c’est la recommandation concernant les usages communautaires : « Impliquez les internautes : vous pouvez peut-être ajouter une section Commentaires ou un blog à votre site. Créer une communauté contribuera à drainer des passages plus fréquents vers votre site. Impliquer vos visiteurs est une façon d’accroître leur fidélité et d’améliorer la visibilité de votre site. »

    Google aurait presque pu conclure par « choisissez un outil qui regroupe les fonctionnalités de gestion de contenu, de blog et de vente en ligne »…

  3. @Daniel

    je ne suis pas forcément d’accord avec ton analyse.
    Rien ne t’empêche d’interdire ce genre de pratique de copiage de contenu de ton site par un concurrent

    Il suffit d’ajouter une ligne type ‘Reproduction intégrale interdite sans autorisation préalable’

    Si jamais tu découvres un cas de copiage, tu peux légalement te retourner contre le copieur et tu peux (à terme il est vrai) faire payer très cher cette pratique à tes concurrents…

  4. Les contenus sont un peu la « tchatche » du marchand. Devant la concurrence de plus en plus grande du web, les contenus sont un avantage certain : ils peuvent permettre de se démarquer en montrant une expertise, en donnant du conseil et en se positionnant plus en référencement naturel.
    Cela a un coût qu’il faut pouvoir comparer à des moyens plus classique de recrutement ou de fidélisation, même s’il tient lieu de promotion publicitaire et que son ROI et plus difficile à calculer, je reste persuadé que c’est un investissement nécessaire.

  5. Bonjour

    Je ne suis pas forcément pour le mélange des genres entre boutique et blog. Cela ne veux pas dire que je ne conseille pas d’avoir les deux.

    La boutique doit être conçue pour être efficace en terme de vente. L’internaute qui recherche un produit doit le trouver et l’acheter rapidement. Ajouter un contenu éditorial intégré peu générer une certaine confusion dans l’esprit du visiteur qui ne sait plus si il a affaire à une boutique avec des articles d’actualité ou à un site d’actualité qui vend des produits.

    Vous allez me rétorquer que cela améliore la possibilité de léche vitrine (pour ceux qui aiment ça) mais je n’ai pas dit qu’il fallait supprimer cet aspect. Je pense qu’il est plus judicieux de séparer la lèche des internautes qui savent ce qu’ils veulent acheter.

    Bref le blog Oui, mais dans un site conjoint et non pas mélangé à la boutique.

    Par contre Capitaine, (je peut vous appeler capitaine ?) je pense que vous avez oublié dans votre article de mentionner la place des sites événementiels dans l’ajout de contenu dédié au e-commerce.

    Le bon vieux site créé pour une promotion spéciale, une clientèle cible, un événement, un salon pro ou un événement saisonnier est un fort support de promotion de votre offre qu’il ne faut pas oublier.

    Le contenu de ces sites sont plus axés sur la vente que le blog (qui est axé en général sur l’actualité) mais il peuvent compléter de la même façon le contenu de la boutique en terme de référencement ou de présentation d’offre ciblée.

    Bref on agrandi le diamètre supérieur de l’entonnoir qui doit mener l’internaute à l’acte d’achat dans la boutique. C’est toujours bon !

  6. ma modeste contribution sur le sujet. ce n’est qu’un exemple mais cela amène de l’eau au moulin du capitaine.

    Ce poste m’a rappelé une expérience récente:
    je veux commencer la guitare mais je n’y connais rien. je cherche des infos et un magasin à dunkerque. Google me renvoie sur le site:
    http://www.musicleader-dunkerque-calais.fr/

    et là oh excellente surprise il y a des pages de conseils sur ‘Comment choisir sa guitare’ : http://tinyurl.com/dez9eo

    Ces pages sont en fait mutualisées avec le site ‘parent’ réunissant tous les magasins de la chaîne en France.

    Bref pour conclure: grâce au contenu j’ai eu le sentiment d’avoir affaire à des professionnels, des passionnés, des gens qui s’y connaissent et non pas de vulgaires vendeurs.

    Me voilà convaincue et bientôt cliente.

  7. Je crois que le fond de l’article c’est déjà d’être trouvé par les internautes.
    L’écrasante hégémonie de Google empêche le tout petite site e-commerce de se faire voir dans la première page de Google, c’est-à-dire les 10 liens de cette page.
    Google référence mal les passionnés, pas le vendeur façon super marché qui lui vise la masse, mais le petit vendeur, le e-artisan quoi.

    Donc effectivement des contenus très pertinents, parlant des produits en des termes autres que la sempiternelle fiche technique ou le descriptif à 3 lignes va amener l’internaute passionné.

    Mais pourquoi oublier dans les contenus éditoriaux les autres pays de l’EU ?
    C’est-à-dire publier des contenus dans les différentes langues de l’EU.

    Je pense que sur cet aspect il y vraiment moyen d’amener plus de passionné, c’est simplement mathématique:
    La population est beaucoup plus importantes.

  8. Salut Mammouth

    Pour rebondir sur ton message je dirais deux choses :

    1 – Non le blog ce n’est pas en priorité pour faire plaisir a google, pour la bonne raison que google ne vous achètera jamais quoi que ce soit. On ne doit jamais créer du contenu que pour google. On crée du contenu pour les humains et Google éventuellement apprécie celui-ci pour distribuer ses bon points. Cela ne veut pas dire que je ne doit pas faire attention à la référençabilité de mon contenu, mais que mon premier objectif est l’homme.

    Le blog c’est pour les prospects (ou clients) qui peuvent y trouver les infos intéressantes et ensuite acheter des produits chez-vous dans la foulée (a vous de ls convaincre de le faire

    2 – Les E-commerce dont la fiche produit se compose de trois lignes de texte descriptifs n’ont en général rien compris à la valorisation de leur offre en e-commerce (hors produits de réassort).

    Je sait que la plupart des boutiques en ligne se contentent de reprendre le descriptif du fabricant mais ce n’est pas une raison pour faire pareil. Vos efforts rédactionnels sur les fiches produit devraient rapidement ce chiffrer en augmentation du CA.

    Bref si vos fiches produit sont bien faites, vous n’avez pas besoin de contenu supplémentaire pour référencer votre catalogue produit.

  9. Bonjour,
    je pense aussi qu’un blogue, en parallèle d’un e-commerce, peut être une arme redoutable. Par exemple, écrire des articles dans lesquelles vous pouvez faire une subtile promotion des items en vente dans votre commerce. Au Québec, c’est un peu comme le magazine « Qu’est-ce qui mijote » de Kraft. C’est joli, bien fait, et c’est des recettes qui se font avec des produits Kraft. Cependant rien n’empêche d’acheter d’autre produits pour les faire, c’est donc une source d’information intéressante pour un consommateur (et non une source tarie par la pub, tout en ayant un impact commercial important). Par contre je pense qu’il faut séparer le blog du e-commerce, en sous-domaine par exemple, ça me semble être une bonne avenue (blog.votresiteecommerce.com)

  10. Je suis d’accord avec vous, mais à la base sans visiteurs de vos boutiques (e-commerce ou pas d’ailleurs), pas de vente.

    Donc sans bon référencement dans Google pas de visiteurs et donc pas de vente.

    Un blog peut aider au référencement car le contenu n’est pas vu pareil par les robots butineurs du web.

  11. Ha non,je ne suis pas d’accord : Sans un référencement Google MOINS DE VENTE.

    A moins que vous n’ayez fait l’erreur énorme de compter uniquement sur google pour vous fournir du trafic.

    C’est un peu comme en commerce traditionnel compter uniquement sur la présence de son activité dans les pages jaunes pour assurer des visiteurs dans sa boutique.

  12. Excellent article. Le contenu généré par des e-commercants sur des sites extérieurs à leur boutique est une excellente manière de générer du trafic mais aussi de qualifier ses visiteurs.

    Les blogs au contenu thématique servent ainsi de « filtre » et préparent le tunnel de conversion.

Répondre à Guy Labbé Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Article de : Christophe Dournaux

Christophe Dournaux : Après avoir été Responsable OnLine d'un gros site de voyages (14 millions d'euros de CA en ligne) entièrement développé en interne, il met aujourd'hui son expérience au service des entreprises en tant que consultant en performance e-business pour Alexia Et Compagnie et propose des services d'audit et de conseils.