Les fondamentaux du e-marketing

Vendre sur internet n’est pas simple (Relire : Mythes et réalités du e-commerce ). Le e-commerce requière de nombreuses compétences car il englobe plusieurs disciplines, dont le e-marketing. Pour beaucoup d’entre vous parmi les fidèles de l’homme aux collants verts, le e-marketing fait parti de votre quotidien d’e-commerçant, et même ceux qui l’ignorent font sans doute du e-marketing sans le savoir comme monsieur Jourdain faisait de la prose.

Alors pour rafraîchir les connaissances, soutenir les débutants et affranchir les autres, voici une petite présentation pour tâcher de brosser les fondamentaux du e-marketing. Même si cette présentation est assez écrite, elle n’est pas accompagnée de la version orale qui apporte des compléments d’information utiles, je le regrette.

ATTENTION : Ce document n’est pas exhaustif, bien au contraire ! Dans un souci de pédagogie, j’ai choisi une vision très simplificatrice, une sorte de digest du e-marketing pour les nuls. Inutile donc de pointer dans les commentaires toutes les lacunes de ce document qui passe aussi volontairement sous silence beaucoup de nouveautés comme le behavioral targeting (mais est-ce vraiment nouveau ????) et autres concepts en vogue qui font les beaux jours des théoriciens …

Pour conclure au delà de cette présentation, j’appuierai sur l’importance d’une démarche pragmatique.

Le e-marketing, c’est des techniques, des pratiques et des dogmes qui n’existent que le temps que d’autres viennent les remettre en cause.

Imaginer, innover, tester, mesurer, évaluer les retours sur investissement, modifier ou abandonner, et recommencer encore : c’est le quotidien du e-marketeur dont la devise doit être « Pragmatisme, efficacité et ROI », et pour qui, dans un cadre néanmoins respectueux, tous les coups sont permis tant que cela sert les objectifs dans le délai et les budgets impartis.

8 commentaires

  1. Bonjour

    Ces fondamentaux ne sont pas seulement réducteurs (en effet on survole le sujet) il font l’impasse sur un certain nombre de concept de base tout bonnement oubliés.

    Par exemple, prenons la première diapo qui défini bel et bien le marketing de la demande mais oublie totalement le marketing de l’offre (merci Wikipedia).

    En fait on oublie complètement de parler du produit, de sa valorisation du marketing mix,…

    Un autre exemple on oublie tout bonnement de parler de la chose la plus importante en e-marketing qui est bel est bien le client. Il va falloir m’expliquer comment vous arrivez a définir une sémantique pour votre référencement (ou votre contenu) sans avoir profilé vos prospect qualifiés.

    Qu’un mot clef ou une phrase clef me rapporte du trafic, je m’en moque, que cela me rapporte des prospects vraiment qualifiés, voila le véritable objectif.

    Nos amis nous parlent de visibilité à tous va (c’est normal pour des référenceurs voulant faire du marketing) mais en fait ils oublient de nous parler des 4 (ou 5) étapes de la démarche marketing qui sont attraction, intéret, désir, action,…fidélisation.

    Quitte à parler uniquement de référencement ils oublient (et c’est habituel chez les prestataires en référencement) de parler de la concurrence. Pourtant c’est indispensable à étudier pour travailler la différenciation de sa sémantique et l’efficacité de son référencement naturel face aux leaders du marché (au moins les leader du référencement pour le lexique recherché).

    Bref c’est sympa de proposer aux béotiens un « digest » des bonnes pratiques du e-marketing il est malheureusement regrettable qu’il soit aussi incomplet.

  2. Cher Baron, je retiens principalement de votre commentaire que l’on ne prend jamais assez de précaution pour positionner son sujet et que quelles que soient les intentions, les préventions et autres précautions, on en prête pas moins le flanc à la critique …

    Puisque vous m’y obligez, je vais préciser d’avantage mes intentions initiales pour justifier du laconisme que vous pointez : cette présentation était dédiée à une présentation orale de 1h30 destinée à un public de non-professionnels. Comprenez bien que ce contexte ne permet pas de faire « complet » ou plus détaillé.

    Ensuite, j’ai volontairement écarté du spectre ce qui relève de l’analyse marketing pure qui est fondamentale quelle que soit la nature du projet, pour me concentrer sur les ressorts spécifiquement liés aux médias électroniques, le « e » de e-marketing 😉

    Néanmoins, j’admets qu’une présentation exhaustive aurait gagner à préciser que le média internet n’affranchit pas du respect des fondamentaux du marketing traditionnel …

    Alors, pour compléter, pour celles et ceux qui souhaiteraient une présentation plus complète, voire exhaustive, il existe beaucoup d’ouvrages de référence pour en savoir plus comme le Mercator pour appréhender les richesses du marketing en général, et des blogs de professionnels consciencieux comme celui du cher Baron pour embrasser largement la complexité du marketing appliqué à l’internet.

  3. Re

    Tout d’abord merci de placer mes modestes écrits au même niveau de référence que la bible qu’est le MERCATOR mais j’ai bien peur de ne pas être à la hauteur du modèle.

    Mais je l’avoue si Mercator est bel est bien un de mes livres de chevet je ne sais que peu de chose du Marketing en fait.

    Mon propos n’était pas de casser le travail réalisé qui me parait en fait bien supérieur à la plupart des explications donnée sur les tenant et aboutissant du E-marketing mais simplement de compléter ici la vision donnée par cette présentation.

    En effet a force de travailler sur , son référencement, sa communication, sa visibilité, ses statistiques, on oublie souvent de remettre son projet en perspective avec le reste du monde.

    J’ai rencontré beaucoup trop d’entreprenautes ne sachant plus quoi faire de leur business qui ne décolle pas simplement parce qu’ils ont oublié (ou n’ont jamais appris) les fondamentaux de leur métier, la loi de la concurrence ou celle de leur marché.

    Par exemple combien d’entrepreneurs arrivant avec un concept novateur sur internet n’avaient pas prévu que leur concurrents seraient prompt à mettre en face une offre équivalente. La visibilité de l’offre classique étant meilleure que celle de leur challenger cette nouvelle entreprise se retrouve « out » alors qu’elle avait pourtant les meilleurs atouts sur le papier.

    Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres de la difficulté à appréhender le monde qui entoure son projet.

    C’est parce que je ne retrouvais pas de trace de ce monde dans cette présentation que je me suis permis de compléter le tableau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Article de : Christophe Dournaux

Christophe Dournaux : Après avoir été Responsable OnLine d'un gros site de voyages (14 millions d'euros de CA en ligne) entièrement développé en interne, il met aujourd'hui son expérience au service des entreprises en tant que consultant en performance e-business pour Alexia Et Compagnie et propose des services d'audit et de conseils.