Choisir sa solution e-commerce

Décidément, le blog du Capitaine Commerce n’aura jamais si bien justifié de son nom que ces derniers jours : après le billet de Cobolian : « Comment choisir la bonne solution ecommerce ? Faut-il tirer sur OSCommerce ? »  et dernièrement le billet de Julien : « Services e-commerce : la concurrence s’intensifie« , tout ceci sur fond de BarCamp Magento et BarCamp e-commerce : ouf !

Pour celles et ceux qui ont encore un peu d’appétit, mais surtout pour les débutants qui s’interrogent sur les solutions pour se lancer dans le e-commerce, je vous propose donc une petite présentation  qui tâche modestement de brosser le tableau des options et solutions techniques qui s’offrent aux newbies.

Il est fortement recommandé de revoir la présentation Mythe et Réalités du e-commerce avant de commencer, histoire de remettre quelques points sur les i, et insister à nouveau sur l’implication et l’engagement requis pour mener à bien un projet e-commerce : il n’y a pas de place pour les petits joueurs, les tièdes qui veulent voir si en jetant 2 ou 3 bricoles sur le net « ça va le faire », et autres opportunistes de la dernière heure qui croient toujours au père Noël du web et compte sur lui pour leur garnir leu petit soulier …

Donc, pour les irréductibles tentés par l’aventure voici quelques pistes pour vous orienter dans vos premières prises de décisions d’e-commerçant.

View more presentations from Diagnosite.

Mais n’oubliez pas non plus que rien ne remplace un bon business plan, appuyé sur une bonne étude de marché. Même la meilleure plate-forme e-commerce ne fait vendre qu’à l’aune de ce qu’on met dedans, à quel prix, selon quelles modalités logistiques, …

Bonne chance donc à tous les courageux aspirants et n’hésitez pas à vous faire accompagner, comme le rappelle Mathilde de Bagatelles ( boutique de cadeaux originaux ) dans son interview à Cobolian, qui à la question « si c’était à refaire , que changeriez-vous ?  » répond : « me faire conseiller par de vrais professionnels (mieux vaut un bon conseil payant qu’un mauvais bricolage gratuit)« .

10 commentaires

  1. Très bonne présentation, j’aime bien le coup des curseurs qui permet de bien positionner les choses.

    J’aurai un complément à apporter à propos de son budget « temps & argent » : il toujours bien veiller à partager son budget et son temps disponible en 3 : 1/3 pour la gestion du site (mise en ligne contenu,..), 1/3 pour la gestion des clients (animation commerciale, comm & pub, support…), 1/3 pour la gestion de l’entreprise (achat, compta).

    A mon avis, l’erreur la plus courante est de tout mettre dans le site, et de ne plus avoir ni budget, ni temps pour le reste. Cette erreur est d’autant plus courante quand on possède des compétences techniques.

    Une autre erreur courante, est : « j’ai un copain/cousin/connaissance qui va me monter le site » => dans 3 mois il ne sera plus là pour faire avancer votre boutique !

    Bonne reflexion sur les équilibres de l’entreprise de ecommerce !

  2. Excellente présentation (comme d’habitude oserais-je dire, sans aucune flagornerie).

    Quelques petites remarques :

    S’agissant des réalisations « tout faire », la barre des budgets pourrait être rallongée. Les ressources dédiées ont un coût que chaque responsable de projet se doit d’inclure dans son budget. De même, si la réalisation est personnelle, la charge doit être comptabilisé dans le cout du projet, car pendant ce temps, on ne développe pas son offre commercial, on n’organise pas son business.

    D’une manière générale, chaque charge devrait être prise en compte, interne ou externe.

    S’agissant de la réalisation « faire faire », la remarque sur l’inflation des coûts est judicieuse. Un moyen de limiter cette dérive est une meilleure préparation et formalisation des besoins (cahier des charges + spécifications fonctionnelles) en amont. On met un peu plus avant, pour payer au final moins après. L’implicite est le pire ennemi du projet.

    S’agissant de Boutique Builder, je confirme la recommandation de Christophe, appuyée par une vue complémentaire: leur back office est vraiment complet, leur architecture technique est bien faite (véritable séparation soft/BDD entre le front et le back, automatisation poussée et bien pensée de la communication avec les serveurs bancaire, …).
    De plus, Boutique Builder a dans son capital un logisticien, Morin, un e-logisticien avéré. BB fournit donc une prestation complète.
    En revanche, gros budget à prévoir en réalisation tout de même (plutôt 40 k€ que 5k€ + cout des interfaces (souvent plusieurs 10k€ de développement) + le cout de traitement de la commande). Leur client sont de « gros clients » en général.

    Non, je n’ai pas d’actions Boutique Builder …

    Daniel

  3. Présentation très complète, d’une grande aide pour tous les porteurs de projets qui n’arrivent pas toujours à déterminer quelle est la solution la plus adaptée à leur projet.
    Pour rebondir sur le commentaire de Wizeoo, l’étape de l’élaboration du cahier des charges et des spécifications fonctionnelles est en effet essentielle, même si cela prend souvent du temps… pourtant prendre le temps en amont permet de ne pas en perdre plus tard (et perdre des clients par la même occasion!).

  4. Une super présentation très complète ! Et puis l’exemple du mariage est vraiment pertinent.

    Néanmoins et le slide 33 le précise bien, la présentation des plateformes (slide 31) me paraît en décalage avec la réalité du marché.

    (Magento pour les catalogues de + de 100.000 références, ah bon ?)

  5. Présentation complète !

    Cependant, il manque aussi les autres plateformes, autre que l’open source et le saas, c’est à dire les plateformes éditeurs qui font du quasi sur mesure.
    « Mieux vaut un bon conseil payant… », le meilleur des conseils en fin de compte…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Article de : Christophe Dournaux

Christophe Dournaux : Après avoir été Responsable OnLine d'un gros site de voyages (14 millions d'euros de CA en ligne) entièrement développé en interne, il met aujourd'hui son expérience au service des entreprises en tant que consultant en performance e-business pour Alexia Et Compagnie et propose des services d'audit et de conseils.