Le m-commerce dangereux pour le porte-monnaie ?

Ce billet présente l’application iPhone Bazarchic qui permet de passer des commandes directement depuis un iPhone et montre en quoi les ventes privées trouvent leur justification sur les supports mobiles.

bazarchic1
L'application Bazarchic permet d'aller jusqu'au paiement de la commande

Etre l’heureux possesseur d’un iPhone est un défi au quotidien : ne pas succomber à la tentation de télécharger des applis payantes constitue une des épreuves les plus difficiles que j’ai jamais eu à accomplir dans ma vie de geek. Heureusement, à part un petit programme de Todo List, je n’ai pas encore trop cassé ma tirelire et je continue bon an mal an de télécharger et d’installer des applications gratuites.

Mais quand se passe-t-il quand, dans les commentaires de ce blog, un lecteur vous parle d’une application de ecommerce  comme celle de BazarChic.com ?

De la difficulté de surfer sur un catalogue « mobile »

Jusqu’à aujourdhui, je n’étais pas vraiment convaincu par les catalogues sur mobile. Je pensais notamment que surfer sur des produits dont les vignettes ne dépassant pas la taille d’un timbre-poste, où l’info produit se résume à une liste de courses pour célibataire endurci le vendredi soir (« un pack de bière et une pizza ») relevait d’une sorte de masochisme maniaque et qu’il valait mieux attendre d’être tranquillement sur son PC pour découvrir des offres et passer des commandes plutôt que de s’escrimer avec le bout de son pouce sur l’écran de son iPhone.

J’avais peut-être tort.

L’urgence des ventes privées justifie le besoin d’une plateforme mobile

Bazarchic.com est un site de ventes privées. A la dimension classique de l’achat, les ventes privées ajoutent le sentiment d’urgence. Où qu’il soit, l’utilisateur doit se dépêcher de prendre une décision  s’il ne veut pas rater une offre. La rareté crée le besoin. En conséquence, pouvoir disposer d’une interface mobile de consultation et de prise de commande des offres s’avère pertinent et devient même un impératif. Si je ne veux pas rater une occasion exceptionnelle de m’acheter ces incroyables collants verts en thermopropylène de dernière génération que propose mon site de ventes privées favoris à un prix barré défiant toute concurrence, j’ai intérêt à être en alerte. Et comment être plus aux aguets que lorsqu’on a toujours sur soi son instrument préféré de connexion à la webosphère ? C’est évident.

L’appli Bazarchic.com permet tout cela :

  • proposer une offre riche et alléchante de produits de marque
  • permettre de consulter ces offres de manière plutôt agréable
  • d’ajouter des produits au panier et de les payer

Je l’ai essayé et je dois dire que j’ai été plutôt séduit (sinon, je n’aurais pas écrit cet article). Malheureusement, je n’ai pas été jusqu’à réaliser réellement un achat (pour cause de restrictions budgétaires familiales, c’est la rentrée, et les enfants Commerce avaient besoin d’être rhabillés des pieds à la tête dans leur super tenues de supers enfants), mais toute cette application tient bien la route et me convainc qu’il existe une place pour les applications de ecommerce mobiles dans l’attirail déployé par le e-marchand pour vendre plus, toujours plus !

Et vous, vous avez déjà acheté depuis votre mobile ?

12 commentaires

  1. C’est effectivement intéressant. Une question me brule cependant les lèvres : quid du paiement ? Se fait-il par CB ou est-il effectué via le compte iTunes ? Si cela se fait par iTunes, cela risque effectivement d’être très douloureux pour le portefeuille de certain(e)s…

  2. @Julien : le paiement se fait par CB directement depuis l’application. Ce n’est sans doute pas le moyen le plus simple d’encaisser un paiement pour l’internaute qui doit se débrouiller avec ses 2 petites mains pour rentrer son numéro de carte sur son téléphone. Mais ça reste jouable.

  3. Il est clair que c’est jouable. Je pense néanmoins que le frein psychologique à l’achat est moindre lorsqu’on n’a pas l’étape CB… Il n’y a qu’à voir le succès que rencontre l’AppleStore. Je ne pense pas qu’autant d’applications inutiles auraient effectué autant de vente si l’acheteur avait du faire un acte de paiement traditionnel.

  4. @Julien nous nous étions renseignés sur l’opportunité d’utiliser Itunes pour le paiement (grâce à l’In App Purchase). Cela aurait été en effet le moyen le plus intuitif de payer, à l’image de Paypal.
    Mais vue la comm’ que prenait Apple (30% de mémoire), cela n’était vraiment pas jouable.
    Mais en effet, la place pour une solution de paiement mobile (en attendant le NFC) reste vacante pour le moment.

  5. Je suis étonné par les 30% de commission d’Apple. Autant pour le paiement d’une application sur l’Itunes store c’est jouable (ça s’applique sur tout bien qui n’a pas de frais variable en fait. ex: film, musique, logiciel, ect.).
    Autant sur pour des articles physique c’est à la limite du foutage de guele (je dis pas si Apple gère l’envoi, le stockage, le paiement et les retours, mais juste les paiements….).

  6. Apple n’a le droit que de vendre légalement des biens « dématérialisés » et s’occroit bien 30% à chaque vente …. il n’est donc pas possible de vendre des biens physique pour la pomme sauf de la musique, des vidéos, des sonneries, des applications …

    super bazarchic quand même

    A suivre !!

  7. salut

    Orléans, 22h, jin restaurant. Le belge veut commander une housse « plastique transparente » pour son son iphone flambant neuf… Pas le temps d’avaler une brochette de boeuf au fromage, la batterie est morte !!! un soucis de « province », nous sommes toujours en vadrouille et le iphone ne supporte pas de vadrouille supèrieure à 3 heures online, à voir! Par contre, nous sommes déçus , l’écran n’a toujours pas explosé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.