De l’ergonomie et de l’efficacité des moteurs voyages

Pour compléter l’analyse de la semaine dernière sur la séduction dans le e-tourisme, intéressons-nous aux moteurs de recherche de séjours proposés sur les sites des principales agences de voyages en ligne.

Sans trop revenir sur les faiblesses déjà pointées dans le précédent billet et utilement confirmées par certains commentaires, on constate que pour cette fonctionnalité clé, autant pour l’utilisateur qui recherche que pour le vendeur qui souhaite valoriser son offre, les pratiques sont très inégales et les résultats très disparates.

Définitivement, le mauvais élève de cette classe reste Voyages-SNCF/Expédia. Le bon point revenant à Promovacances, talonné par le challenger Marmara.

Si certains de ces « grands » voyagistes sont si médiocres, pourquoi réussissent ils ?

Effectivement, aux vues des résultats, en terme de chiffre d’affaires ou de visiteurs, Voyages SNCF est très loin devant. Alors à quoi attribuer ce succès si tout est si médiocre que les critiques de ce billet et du précédent le disent ?

D’abord, Voyages SNCF a su profiter de la notoriété évidente de sa marque pour se placer sur le marché du voyages autre que ferroviaire. Quand on veut un billet de train ou un renseignement sur un train, on est fatalement conduit sur son site pour y découvrir toute la largeur de sa gamme de produits, une gamme qui d’ailleurs couvre un large spectre de besoins pour donc satisfaire une large clientèle.
Forte de son image de marque et de sa notoriété, Voyages SNCF inspire confiance, un ressort essentiel pour une transaction en ligne, surtout quand il s’agit de montants conséquents comme ceux des vacances!
Ensuite, Voyages SNCF représentant un gros volume d’affaires, c’est aussi un avantage pour négocier et proposer de bons tarifs.
Enfin, ils sont omni-présents et occupent la place : sur Google avec des budgets adwords pharaoniques qui les placent dans les premiers résultats, sur les agrégateurs/comparateurs de voyages, et dans nos boites mails avec leurs newsletters envoyées en nombre. Aussi, on ne peut que rester songeur à ce que pourrait être Voyages SNCF avec une interface sexy et de bons outils !

Et demain ?

Si Voyages SNCF ne sera sans doute jamais trop inquiété comme on l’a vu, les autres devraient bien se préoccuper d’augmenter un peu le niveau, car la concurrence arrive. Le phénomène de concentration/élimination des généralistes ouvre le champs aux spécialistes et producteurs qui pointent leurs ambitions, dont certains comme Marmara se sont haussés dans le top 5 des agences en ligne alors qu’il n’y figurait pas un an encore auparavant ! D’autres campent en embuscade, réalisant déjà des chiffres d’affaires très conséquents avec des outils récents, puissants, et efficaces et une vraie stratégie de conquête.
Pour réussir en ligne, il faut repenser le métier dans le contexte numérique et non pas en transposant du mortar au clic.

Le numérique est l’avenir du voyagiste

La révolution numérique est enfin en route chez les voyagistes, et l’avenir appartient aux producteurs et de moins en moins aux distributeurs depuis l’avènement d’internet.

Pour « produire » du voyage dans les meilleures conditions et gagner la guerre qui s’annonce, il faut numériser la chaîne de production : collecter les datas, optimiser, rationaliser, éliminer les risques d’erreurs et multiplier les rapprochements automatiques, dé-matérialiser au maximum, démultiplier les combinaisons avec le dynamique packaging, passer au temps réel et au yield dynamique, exporter/importer dans différents formats XML, … L’avenir du voyagiste est dans le « tout numérique » !

Seuls ceux qui auront su réussir cette mutation tiendront le coup dans un champs de bataille qui tend à se refermer chaque jour d’avantage sur la seule arène du net.

A lire aussi :
>> De la séduction dans le e-tourisme

A propos de l’auteur de ce billet

Christophe Dournaux, Consultant
Après avoir été Responsable OnLine d’un gros site de voyages (14 millions d’euros de CA en ligne) entièrement développé en interne, je met aujourd’hui mon expérience au service des entreprises en tant que consultant en performance e-business pour Alexia Et Compagnie et propose mes services d’audit et de conseils.

20 commentaires

  1. Quote : « D’autres campent en embuscade, réalisant déjà des chiffres d’affaires très conséquents avec des outils récents, puissants, et efficaces et une vraie stratégie de conquête. »

    Vous pensez à qui exactement ?

  2. Ping : Twitted by tsps
  3. Je pense particulièrement à Nouvelles Antilles, un TO spécialisé, qui a numérisé toute sa chaîne de prod et dispose, via sa filiale techno, d’outils très avancés qui vont de la centrale de résa hôtelière temps réel jusqu’au back-office, en passant par le CMS, le dynamique packaging ou le moteur aérien. Que des outils développés récemment, from scratch, utilisés avec succès sur le site de Nouvelles Antilles et qui boostent la productivité.

  4. Rien à voir avec l’article. Je tenais juste à signaler que j’ai un bug avec le compteur de commentaire sur certains article (dont celui la^^). Il m’indique 7 commentaires alors qu’il y en a que 2.
    C’est intéressant de voir que le développement de la marque est en réalité beaucoup plus efficace que toutes les magouilles d’optimisation de fond de tiroir qu’on discute ici. Bon c’est souvent un tout autre budget…

  5. @Marco Guignard : « le développement de la marque est en réalité beaucoup plus efficace que toutes les magouilles d’optimisation de fond de tiroir »
    Effectivement, un bon concept, une bonne image de marque, des fondamentaux forts feront toujours beaucoup plus qu’une bonne ergonomie, un bon moteur de recherche, des prix bas ou des promos à tire-larrigo

  6. @Marco Guignard : le bug viens du fait que les tracksbacks sont inclus dans le compte, et apparaissent tout en bas de la page.
    Ce n’est pas grand chose a regler, c’est une question de temps ^^

  7. @Alex « des outils récents, puissants, et efficaces et une vraie stratégie de conquête. »
    L’agence Ecotour.com est entièrement connecté en temps réel avec les tour-opérateurs et vient de vendre sa technologie à Go Voyages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Article de : Christophe Dournaux

Christophe Dournaux : Après avoir été Responsable OnLine d'un gros site de voyages (14 millions d'euros de CA en ligne) entièrement développé en interne, il met aujourd'hui son expérience au service des entreprises en tant que consultant en performance e-business pour Alexia Et Compagnie et propose des services d'audit et de conseils.