[Légende urbaine] désabonnement d’une newsletter

Par Cobolian | janvier - 22 - 2010 | 15 commentaires  
Auteur de ce billet : Jacques Terrier Ecrit sur ce blog et ailleurs : Tutos performance web et formation e-commerce sur OSEOX Twitter : Twitter consultant e-commerce à ses heures perdues. Client en cours : E-staminet
» Voir tous les articles de Cobolian

Il est une légende qui coure depuis des années : les liens de désabonnement d’une newsletter sont un moyen de valider votre email. Et une fois validé, le spam reprendra de plus bel, transformant ainsi votre boite à courriel en un immense dépotoir numérique.

Attention, si vous êtes adepte des théories du complot, vous allez être déçus. Brut de brut, sans détour, voici le résultat d’une enquête qui dura des mois. Attention, prêt ?

Se désabonner à une newslettre française fonctionne bien !

Et ce n’est pas un moyen de valider votre adresse mail

Ça y est, c’est dit. Ouf. Il fallait que ça sorte, un peu comme un étron après une semaine de constipation.  Certains d’entre vous, je le sait bien, se demandent pourquoi cet article, puisque tout le monde le sait.

Ben non justement, tout le monde ne le sait pas. Et certains croient dur comme fer que le lien ‘se désabonner de cette magnifique lettre de nouvelles‘ est un horrible piège.

En tant que blogueur de l’extrême, j’ai fait le test, fou que je suis. Une fois désabonné, j’avoue avoir eu peur de recevoir des vagues de mails pedo-pornographiques ou d’horribles propositions pour pilules bleues, vertes ou jaunes. Que nenni, rien, nada.

Il faut noter que la désinscription ne prend pas toujours effet immédiatement, et que le flot de mails se tarit lentement.  La méthodologie de test est simple, je me suis inscrit sur pleins de sites (à commencer celui là), puis j’ai attendu, puis je me suis désinscrit. Y a pas plus simple.

Les processus de désinscription sont assez simples pour la plupart, il s’agit d’un lien tout simple (souvent en bas de mail, noyé dans du blabla juridique) qui renvois vers une page également très simple. Souvent vous serez gratifié d’un texte très sec du genre ‘Ayé, vous avez bien été désabonné‘.

D’autres, plus malins il faut le dire, ne s’en contentent pas. Et ils ont bien raison. Pour preuve ces deux exemples :

desabo

desabo2

Voilà quelque chose d’intéressant à plus d’un titre. D’une part, on prend en compte le fait que vous êtes un individu (et non pas une simple pompe à fric). L’air de rien c’est déjà énorme de demander l’avis d’un client. Le vendeur gagne un point. D’autre part cela permet de recueillir un certain nombre d’informations et de s’adapter au client. Bien vu.

Les méthodes de désinscription ne se limitent pas à un lien. J’ai noté 2 autres méthodes, limites s’il en est.

La première consiste à demander le login/mot de passe du compte. Ce dernier ayant été créé automatiquement, le mail de confirmation contenant les informations du compte étant bien entendu passé à la poubelle (je ne me suis pas inscrit boudiou !) ou ayant disparu dans les spams. Du coup il faut faire un ‘j’ai oublié mon mot de passe‘, puis accéder au compte et se désabonner. A noter qu’il n’y a jamais d’option afin de détruire ledit compte.

La seconde est vraiment un truc d’extra terrestre, c’est un reliquat du siècle dernier (les plus vieux s’en souviendront). Il s’agit de renvoyer un mail avec comme titre ‘unsubscribe‘ (en français :  ‘lâchez moi la grappe’)  et dans le corps du message l’adresse mail concernée. Bien sûr ce que je viens de vous expliquer en une phrase est quasiment incompréhensible dans le mail envoyé par le ecommerçant.

Selon une étude de juin 2009,65 % des occidentaux se désabonnent fréquemment des e-mailings (source). Bien sur cela dépend des secteurs, mais le taux de désabonnement reste quand même majoritairement faible : moins de 1% (source).

NB : Le test a été réalisé en s’inscrivant chez des ecommerçants français. Nul doute que si je m’était inscrit sur des sites pornos ou warez le résultat aurait été différent.

NB 2 : Je me suis inscrit sur des sites plus ou moins connus, ayant un minimum de notoriété.

Notre brigade anti spam.

Je partage cet article sur Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInDigg thisPin on PinterestShare on Tumblr

15 commentaires pour l'instant.

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Camille Jourdain, Capitaine Commerce. Capitaine Commerce said: Nouveau sur capitain [Légende urbaine] désabonnement d’une newsletter: Il est une légende qui coure depuis des ann… http://bit.ly/5Avh3z [...]

  2. Narno dit :

    Oui oui oui, il est vrai que la majorité des e-commerçants français sont plutôt sérieux… il n’en reste pas moins que nous sommes nombreux à subir :
    - je m’inscris sur un site, je ne coche pas l’option « mailing partenaires » et pourtant, je me fais pourrir la boite par plusieurs e-mails par semaines, auxquels je dois me désabonner 1 à 1 durant plusieurs semaines.
    - je me désabonne, tout se passe bien, je reçois une confirmation par e-mail, un autre e-mail m’indiquant que j’ai peut-être fait une erreur en me désinscrivant et me propose de me réabonner et 1 semaine plus tard je reçois une nouvelle relance… au cas où… lâchez moi !

    Bref, oui Capitaine ça marche, mais c’est loin d’être tout beau, tout rose.

  3. David dit :

    Je confirme bien qu’en France, on peut faire relativement bien confiance au système de désabonnement des entreprises Françaises (car la loi encadre assez bien le emailing)…

    par contre, concernant l’utilisation des données par un tiers ou la revente, ca dépend de l’entreprise (ou des cgv qu’ils vous ont fait signé) et du pays où se trouve le pays.

  4. Dim dit :

    Pour ma part, je peux dire que chez Dell et Grosbill les liens de désinscription sont bidons.
    Dell dit que l’on est bien désabonné mais on continu de recevoir les newsletters.
    Et Grosbill dit qu’il ne trouve pas notre adresse dans sa base de données …

  5. Christophe dit :

    Capitaine,
    La légende urbaine est vraie, mais concerne les spams.
    Pour un spammeur, le lien désabonnement permet de mieux « qualifier » sa base, en récupérant une information à forte valeur ajoutée, à savoir si l’email est actif ou pas.
    Non seulement il ne désabonnera pas la personne qui l’a demandé, mais il revendra cher l’email au sein d’offres commerciales du genre « bases d’emails certifiés actifs ».

  6. Tanguy dit :

    Ben oui, certains commerçants sont honnêtes et d’autres pas, c’est dingue comme information …

    Sinon, à quand un article sur le piratage des numéros de carte bleu ??? Car, perso je ne connais personnes de vivant ayant subit ce désagrément ou peut être une fois avec un générateur de n° de carte. Après tout le monde ne commande pas en Thaïlande ;-)

  7. Jérémy dit :

    Pour rejoindre Christophe il ne faut pas faire l’amalgame entre tous les sites, aussi bien dans un sens que dans l’autre.
    Il est clair est net que n’importe quel lien (désinscription au autre) contenue dans un email en provenance de ngjet057@viagra.com ou autre site obscure dont on n’a jamais entendu parlé ne fera que valider votre existence.
    De même, on peut avoir confiance (quand le système de désinscription fonctionne) dans les grandes enseignes ou autre blog connus…

  8. Alex Chauvin dit :

    Bonjour,

    J’ajouterai qu’un simple tracker permet de valider l’affichage d’un courriel et donc de valider l’adresse associée. Demander à cliquer sur le lien de désabonnement n’est pas le plus simple _pour un commerçant_, pour un spammer c’est une autre histoire.

    Pour ma part je tente depuis une année de me désabonner d’un e-commerçant (gros, membre Fevad et tout) chez qui je n’ai pas été livré de ma commande donc fâché. Mais la désinscription ne fonctionne pas, donc marquage en spam systématique sur mon compte de courriel, tant pis pour leur deliverability, même si je ne me fais pas trop de soucis pour eux. Je viens de jeter un oeil dans ma boîte SPAM ce matin : 12 courriels depuis le début d’année.

    Bonne journée, Alex.

  9. Atoms dit :

    Fais le même test sur les spams et non les newsletters pour voir :D

  10. Aa dit :

    Je désabonne tous les jours à la mimine des clients qui ont (je ne sais pas pourquoi) préféré envoyer un mail à l’adresse contact du site plutôt que de cliquer sur le lien de désabonnement.

    Il y a peut-être cette peur de confirmation d’e-mail et l’envie de laisser une trace écrite de cette demande, au cas où elle ne serait pas prise en compte.

    Ce qui m’impressionne toujours, c’est l’agressivité de ces demandes de désabonnement. Pour la plupart des gens il semble nécessaire de proférer des menaces (je vais saisir la CNIL, arrêtez de me spaller etc) en même temps qu’ils demandent ce désabonnement, alors qu’il n’y a aucun souci, on demande –> je désabonne directement. D’autant plus qu’on ne refourgue pas les bases mails à des tiers et qu’on ne ré-abonne pas de force.

    Drôle de perception aussi de la fréquence des emailing : une cliente m’écrit ce matin que la fréquence des mails « quasi quotidienne » l’étouffe. Moui, on envoie 1 news par semaine, ça n’est pas énorme non plus…

    En revanche, je prends le temps d’envoyer un petit mot de confirmation de désabonnement à chacun, et j’ai souvent des retours beaucoup plus apaisés et sympathiques des clients. Je pense qu’à tout prendre, ils pourraient revenir chez nous simplement parce que leur demande a été prise en compte de façon humaine.

    Mais cette peur du lien de désabonnement me prend quand même quelques précieuses minutes tous les jours…

  11. Narno dit :

    Ce n’est pas une drôle de perception : je bosse dans le web et donc pas complètement idiot quant à la manière de se désabonner d’une newsletter. Pourtant il m’arrive régulièrement d’envoyer des e-mails agressifs en brandissant la menace de la CNIL. Non pas que je ne sois pas capable de cliquer sur ce fichu lien, mais plutôt qu’une fois cela fait, la machine à newsletter ne s’arrête pas !

    A l’inverse, quand tout se passe bien et que la demande est correctement prise en compte, il m’arrive de me réabonner à cette même newsletter, car je suis de nouveau réceptif au produit vendu ou de nouveau intéressé.

    J’ai tendance à croire que ce problème de spam par les grosses boutiques est quand même fortement lié aux personnes en charge du marketing… qui sont soit sans scrupules, soit ne savent pas se servir de l’interface fourni par le routeur…

  12. Capitaine Capitaine dit :

    @Narno : sans avoir vraiment un retour d’expérience là dessus, certains témoignages aux US laissent à penser que transparence maximum = réabonnement maximum.
    Autrement dit, si il est aussi facile de se désabonner que de s’abonner, on inspire une certaine confiance au client qui se sent une plus grande liberté pour s’abonner sans avoir peur de se faire « spammer » en se désabonnant. Je pense que les ecommerçants ne devraient pas avoir peur de voir des gens se désabonner, d’autant que le web peut offrir d’autres moyens de liaison (et Twitter en est un bon exemple). Il ne faut pas oublier quand même que les internautes sont noyés sous les newsletter : leur offrir une possibilité de gérer ces abonnements dans une certaine transparence peut être une très bonne plus value.

  13. Narno dit :

    @Capitaine Tout à fait, je pense que la gestion est ce qu’il manque : les internautes ont besoin de maitriser les newsletters qu’ils reçoivent, plutôt que de les subir.
    On trouve ainsi sur certains sites des options d’envoi : la newsletter de communication, la newsletter promos et bonnes affaires, la newsletter des partenaires, etc. Ainsi que la fréquence : recevoir chaque newsletter, une version compilée 1x/semaine ou par mois, selon des catégories de produits sélectionnés, etc.

    Bref, tout ça pour dire qu’il y beaucoup de solutions, finalement pas si couteuse à mettre en place afin de (re)transformer la newsletter en un outil de communication, plutôt qu’en machine à casser les *ouilles ! :-)

  14. Da Scritch dit :

    Dis-moi, mon beau Capitaine , comment reconnais-tu une «newsletter Française» ?

    Sais-tu combien de fois par jour je reçois des mails venant de noms de domaines en .fr dont les liens de désabonnement ne marchent JAMAIS ? Oh la belle erreur de scripte fort opportune! Ou sinon, encore plus drôle, on te promet une désinscription d’ici 15 jours «le temps que nos ordinateurs la prennent en compte».

    Sais-tu combien de fois par jour je reçois des mails me vantant une assurance moins cher, avec à chaque fois un nom de domaine différent ? .com ou .fr mais comme par hasard, toutes cachées grâce au service d’obfuscation d’OVH ?

    Sais-tu que nombre d’entreprises achètent des listing pas cher proposés par des boites, et ne se soucient jamais de l’origine ?

    Sais-tu aussi que dès que tu es entré dans certaines newsletters, il y a des accords de revente d’adresses immédiat vers des plateformes offshores, lesquels revendent ces adresses «garanties optin» à des entreprises Françaises qui n’en ont rien à faire du consommateur final, puisque elles sont juridiquement pas responsables. Je connais un certain nombres d’agences de com qui ont monté exprès des structures pour mettre hors des juridictions européennes les listing obtenues. Et tu sais quoi ? Elle ont toutes pignon sur rue en France.

    Il faut pas se leurrer, Françaises ou pas, une bonne partie des inscriptions newsletters sont POURRIES.
    Et le ménage est mal fait parce que suivant le département où est l’entreprise fautive, la DGCCRF peut très bien être vigilante, et d’un autre cas, s’en moquer éperdument.

    Oui, je bosse dans ce domaine, et je connais bien toutes les astuces pour blanchir des listes, car moi-même, j’ai vu comment on fait pour embrouiller les recherches sur le sujet.

    La loi doit être refaite et punir les entreprises qui achètent des listing d’adresses pourries. C’est à cette seule et unique condition qu’on aura peut être une chance que les newsletters ne soient plus systématiquement classées en JUNK.

  15. Cobolian Cobolian dit :

    @Da scritch : c’est dans l’article, à la fin, le NB et NB 2 :)

    Comme j’utilise spam assassin + Thunder Bird je ne me sens pas trop agressé, du coup je n’ai pas testé le spam (je ne suis pas maso ^^)

    Si quelqu’un veut faire le test, pourquoi pas, ca peut être intéressant ! Surtout d’ailleurs pour voir ce qu’il arrive des adresses.

Rédiger un commentaire


Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.



Blogs ecommerce et sites amis à visiter : Ecommerce Squad - Exciting Commerce - I Love Web - Ludovic Passamonti - Pauline Pauline - Rich Commerce - Tablette Tactile - Ziserman.com

Site hébergé par NBS System, spécialiste de l'hébergement ecommerce NBS System

Copyright © 2006 - 2014 Capitaine commerce - Le Blog du Commerce Digital - Ce blog utilise WordPress - Webmaster (et contact PRESSE) Alexis Sauvage aka Robin

[ Capitaine Commerce SARL - RCS Lille B 789 520 046 - SIRET 78952004600010 ]