iPad, bon pour le ecommerce ?

Browsegoods.com + iPad : une préfiguration du futur du ecommerce ?
Browsegoods.com + iPad : une préfiguration du futur du ecommerce ?

On peut quand même s’interroger sur une chose : quid des applications ecommerce regardées sur un iPad, le dernier joujou en date de Steve Jobs, présenté hier soir à la dernière keynote d’Apple ?

Après tout, le voilà-t-y pas enfin notre catalogue électronique qui va nous débarrasser une fois pour toute de la position avachie du vieux poulpe devant notre antédiluvien écran d’ordinateur ? Le pied : pouvoir surfer sur 3suisses.fr ou sur cdiscount.com allongé sur le canapé ou même commander le dernier bouquin de Paulo Coello depuis le petit coin ? Le rêve : ça va enfin être possible ! J’en ai déjà le bout de l’index qui s’échauffe !

Plus sérieusement, l’iPad offre très certainement un nouveau support convivial de surf et donc de prise de commande sur le web. Sa configuration invite à une nouvelle forme d’expérience utilisateur qui fera sûrement des émules dans les années à venir. Même si une généralisation de ce genre de terminal n’est pas à prévoir d’ici deux ou trois ans, il faut s’attendre à ce que  cette forme d’accessoire vienne compléter la panoplie des geeks en puissance qui se cachent en chacun de nous.

Un revival du catalogue ?

Lecteur vidéo, baladeur*, browser, je vois surtout le iPad, et ses suiveurs potentiels, comme le nouveau eBook, le livre électronique dont tout le monde rêve, ce que le Kindle d’Amazon n’est pas encore parvenu à être, sans doute à cause d’une trop grande rusticité technologique. Et qui dit « livre », dans le monde du ecommerce, dit « catalogue ». Ce catalogue qu’on a annoncé maintes fois moribond, mais qui pourrait subir un véritable revival grâce à des appareils comme le iPad et à son ergonomie/usabilité révolutionnaire. L’expérience de surf en serait totalement renouvelée. Il est fort à parier, par exemple, que les temps de navigation pourraient fortement s’allonger, notamment par l’emploi d’applis de type iPhone, dont les règles d’ergonomie, très strictement encadrées par Apple, viendraient offrir un confort et un plaisir inaccessibles aujourd’hui à partir d’un site web classique.

La question des interfaces multi-supports

Et cette perspective entraîne déjà une interrogation majeure sur la manière dont sont construites les interfaces de sites ecommerce. Les ecommerçants vont-ils devoir démultiplier les applications pour s’adapter aux différents supports qui s’annoncent : mobile + web + tablette ??? Ou bien, trouveront-ils des moyens de pouvoir gérer différentes IHM** à travers un seul applicatif ? Des prestataires existent déjà, comme Mobshop, qui permettent de pusher du contenu sur différents supports, mais cette solution ne peut-être qu’un pis-aller valable pour des petits ecommerçants où l’enjeu ergonomique n’est pas aussi pregnant que pour des sites à forte volumétrie de trafic.

Je le rappelle, une solution comme Magento, qui sépare parfaitement la couche présentation de la couche métier de l’application, répond, d’après ce que je sais, plutôt pas mal à cette exigence, mais une telle caractéristique technique est-elle présente sur les plus gros systèmes des acteurs majeurs du ecommerce ? J’en doute et je pense qu’il faut certainement dès aujourd’hui, si ce n’est pas déjà fait, s’interroger sur les voies à prendre pour faire évoluer dans le bon sens son application de ecommerce.

PS : à propos, il n’y aura apparemment pas de possibilité de lire du Flash sur le iPad. Je trouve que c’est franchement du foutage de g… de la part d’Apple.

* définition original du français pour dire lecteur de MP3 😉

**Interfaces homme machine

20 commentaires

  1. iPad : révolution ou déception ?

    C’est la question de l’un des premiers sondages en ligne, trouvé sur Pnyx: http://www.pnyx.com/fr_fr/poll/512

    Steve nous a habitués aux révolutions: le Mac qui invente la convivialité dans l’informatique, l’iPod et son iTunes Store qui inventent le marché de la musique numérique, l’iPhone et son App Store qui réinventent le smartphone !

    Les résultats des votes sont à l’instant de ce post plutôt à la grosse déception !

    Mais, est-ce que la ‘Révolution’ de l’iPad n’est pas encore marketing: de le coupler à un iBook Store, et d’essayer de refaire avec la Presse et le Livre le coup de génie qui a fait d’Apple le premier vendeur de musique sur la planète ? Mais cette fois-ci Amazon n’a-t’il pas pris trop d’avance ?

    Et puis, un écran rétroéclairé pour la lecture de textes a-t’il du sens face à l’encre électronique ? D’autant qu’elle sera très bientôt partout en couleur !

    Alors ? Les paris sont ouverts !

  2. le terme « déception » est très fort, c’est vraiment de l’ordre de l’affectif.
    En prenant un peu de recul j’y vois un objet qui lance de nouveaux usages pour l’avenir.
    Aujourd’hui l’Iphone et l’Ipod nous semble « révolutionnaires » mais le jour de leurs sorties avez-vous vraiment dit ça ?

  3. « La question des interfaces multi-supports ».
    Pourquoi refaire un site spécialement pour l’iPad ?
    Sa fonction première est la lecture nomade d’internet, la taille de son écran permet une lecture facile des sites existants non ? (a part Flash bien sur, et quid des PDF ?)

  4. @Franck : pas de souris, pas de clavier (enfin, bof, comme clavier), navigation au doigt, support mobile (vertical/horizontal). A mon avis, il y a beaucoup de choses à faire et à inventer pour profiter au mieux de la tablette.

  5. L’iPad est attirant mais j’attends encore un peu pour avoir un avis sur son aspect « révolutionnaire ». Le livre électronique est LE grand sujet de l’année 2010. Tout va se jouer dans les 10 prochains mois, y compris la révolution des usages qui est la grande inconnue. Entre les smartphones, les netbooks, les mini-tablettes tactiles, les PC tactiles Windows 7, les objets MtoM, l’offre est abondante, mais le consommateur aura son mot à dire.

    Par contre, ce qui est sûr, c’est qu’il va y avoir (et qu’il y a déjà) un énorme travail de conception d’interfaces pour prendre en compte cette mobilité naissante dans le e-commerce. Quel que soit le support, la demande est très forte. C’est un canal de vente à part entière, avec des règles très différentes (merchandising, géolocalisation, paiements, partage, etc.). Maîtriser ces technologies est un bon atout pour passer une année 2010 avec le sourire !

  6. bah… faudrait avoir la bestiole entre les mains pour en juger… mais je pense que la navigation sur un site « classique » doit pouvoir se gérer avec ce nouveau support non ? Et puis pour ceux qui veulent une version adaptée, avec une solution comme Magento (j’en connais d’autres, et qui ne bouffent pas de ressources serveur comme Magento, suivez mon regard…), il suffit de pondre une version conçue pour, ça ne peut pas être plus compliqué que pour générer un site adapté à l’iPhone.

  7. « PS : à propos, il n’y aura apparemment pas de possibilité de lire du Flash sur le iPad. Je trouve que c’est franchement du foutage de g… de la part d’Apple. »

    Tu penses que si le plugin propriétaire Flash était par défaut sur iPad, on pourrait avoir 10 heures d’autonomies ? … personnellement je pense que la solution de facilité aurait été de mettre le flash (ce qui vont rapidement faire les concurrents )mais il suffit de faire joujou avec archos et autres pour se rendre compte qu’Adobe à un sérieux problème d’optimisation de ressource. (et je ne parle pas de dev flash 😉 )

    cordialement

    laurent

  8. Pas de Flash ! Comment est-ce possible ? Cependant, comme le souligne ci-dessus Laurent, Flash bouffe beaucoup de ressources… Je sais de quoi je parle : Utilisateur d’une vieille box sous Linux, une seule petite animation Flash, et voilà mon PC qui rame… J’ai même essayé les plugins Flash en Open Source, rien à faire, ça rame.

    Une solution intermédiaire pourrait-être celle proposée par le navigateur Opera avec lequel on peut bloquer le Flash ou tout autre plugin :

    http://help.opera.com/Windows/9.20/fr/contentblock.html

  9. Le simple fait de présenter la photo de l’outil au format à la française (portrait) par opposition au format à l’italienne (paysage) est révélateur.

    Même si l’écran est orientable (à voir) il y aura sans doute des personnes qui vont surfer à la française.

    Donc le fameux pli du bas de l’écran va être repoussé vers le bas selon la loi du nombre d’or.

  10. Pusher ? vous parlez du long métrage dano suedois sortie en 1996 ou vous vouliez dire ‘pousser’ et votre cortex a induit vos doigts en erreur ?

  11. A voir la vidéo sur le blog de Ziserman, très sympa l’appli e-commerce sur iPad.
    Pour le Flash, Apple veut à tout prix éviter les applis hors AppStore, et se retranche derrière 2 arguments (valables également): les ressources consommées et les vulnérabilités (Merci Adobe).

    Si au final ca pouvait faire évoluer vers autres chose, TB. En attendant, ca va faire des sous dans les caisses de Steve, et plein d’user décus de pas pouvoir naviguer sur tel ou tel site.

  12. « … Tu penses que si le plugin propriétaire Flash était par défaut sur iPad, on pourrait avoir 10 heures d’autonomies ? … »

    > Sûr qu’on pourra jouer pendant 10 heures à des jeux vidéo 3D avec l’iPad, d’ailleurs l’iphone conserve toute son autonomie quand on joue à un jeu 3D ou si on mate des films, y’a pas, flash est vraiment trop gourmand

    « … Utilisateur d’une vieille box sous Linux, une seule petite animation Flash … »
    c’est dingue, pourtant je suis sûr que t’as tous les effets 3D de beryl sur ton linux … y’a pas, flash prend vraiment trop de ressources et devrait permettre de voir de la vidéo en HD, de jouer à des jeux avec animations vectorielles sur un amstrad CPC 6128

    Et pour finir, je dirais que si on avait attendu le W3C et l’HTML5 et bien je doute qu’on aurait vu autant de vidéo et écouté autant de musique en ligne c’est dernières années … ah si, avec quicktime … ou un autre plugin …

    Vivement qu’on retourne aux écrans passifs sur 80 colonnes en 3270, en plus y’avait même pas besoin de souris

  13. @Gargarrel:
    Hola la la… fais attention à ce que tu dis là… on est au delà de la logique : on parle de Mac ! C’est un truc quasi religieux… le jour ou Mac sort un truc qui ne sert absolument à rien (mais quand je dis rien, c’est rien), les adeptes crieront au génie quand même. Perso je bosse sur Mac parce que c’est du bon matos, point barre… mais je trouve que la passion autour de cette marque (comme autour de toutes les marques, d’ailleurs), a quelque chose de carrément malsain.

    Voilà, c’est dit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.