Le mythe à la vie dure : le ecommerce = richesse facile

Par Cobolian | février - 19 - 2010 | 60 commentaires  
Auteur de ce billet : Jacques Terrier Ecrit sur ce blog et ailleurs : Tutos performance web et formation e-commerce sur OSEOX Twitter : Twitter consultant e-commerce à ses heures perdues. Client en cours : E-staminet
» Voir tous les articles de Cobolian

Billet coup de gueule, à usage curatif.

Après le ‘ecommerce est un moyen de devenir riche facilement et rapidement‘, je vois de ci de là poindre un nouveau mythe : ‘grâce au ecommerce je vais avoir un bon complément de salaire‘. Un peu comme les réunions tupperware avec ses copines autour d’un thé, mais en mieux et moins fatiguant.

Alors on se dit ben tiens, je n’y connais rien, je ne sais pas quoi vendre, mais bon, je me lance, y a du fric à se faire, je vais bien trouver un truc.

slip

Certains croient dur comme fer que l’affiliation va leur rapporter de pleins sacs de billets. Alors hop, ils ouvrent un compte chez Zlio, balancent quelques produits et attendent, attendent, et attendent encore que ça marche. Croyez moi, l’attente sera longue. Les plus aventureux vont faire un blog, avec des liens marchands. Au bout de 6 mois et 10 billets, le constat est le même…

D’autres vont découvrir le drop shipping.  Ils vont donc s’ouvrir un compte sur une plateforme pas cher, claquer un thème et balancer quelques produits qui seront expédiés de Hongkong ou de Pétaouchnock. Pour le paiement pas de problème, y a Paypal. Et on recommence : on attend, on attend. Tiens, une commande. Ahhhhhhh, ça fait plaisir. Sauf que le paquet n’a pas passé la douane, et qu’il va falloir soit rembourser, soit y passer 3 heures pour régler le problème. Et le soir après le boulot c’est pénible.

Pas grave, on va claquer quelques sous pour acheter du stock – des produits petits et pas chers de préférence, parce que des machines outils ça ne rentre pas dans le placard du salon. Et on recommence. On verra après pour les images, les textes, faire de la pub (quoi, faut payer ?) , les taxes, la législation et les clients… OSEF, c’est des trucs de naze, bons pour les autres.

Eh bien sur la découverte du siècle : il y a de la concurrence ! Mince ! Ben tiens, comme c’est bizarre. Ben oui, les chiffres de la FEVAD il faut savoir les lire : beaucoup de ventes, mais aussi beaucoup de concurrents (plein, y en a plein). Et puis on n’y parle pas de ceux qui ferment, ou qui gagnent peau de balle.

Entre temps, on se dit hop, je passe par une agence : ‘faites moi un ebay, j’ai 500€, et après en cadeau vous pouvez m’y ajouter un facebook et amazon. Tenez voila les 2 pages du cahier des charges‘. Il est bien connu que dans les agences, il n’y a que des bénévoles.

Stop le délire, le web c’est pas l’eldorado. Ce n’est pas parce que l’on sait balancer des kikoo lol sur MSN et qu’on a des potes sur Facebook qu’on sait faire du e-commerce.

pills

C’est l’heure de vos cachets Mr Cobolian
Gnnnéééééé

Alors je vais le répéter une fois encore, en grand : vendre sur le web c’est un métier.

Il y a actuellement une création de site marchand (déclaré) toutes les 30 minutes. Par contre on ne sait pas combien ferment, ni combien rapportent à peine de quoi payer les charges (si ils en payent). Et j’aimerai qu’à l’avenir les journaleux TV et autres petits salariés de l’image cessent de diffuser des reportages à 2 balles (soit à peut près 0.30€) sur les winners du ecommerce avec des commentaires du genre  :  ‘avant il était moche, maintenant qu’il a un site, il est toujours moche, mais il a du succès, sans rien faire et pour pas un rond‘. La rolex avant 50 ans quoi. En vérité ça serait plutôt le solex.

Lisez également cet excellent billet de christophe dournaux. Rien ou presque n’a changé.

En finissant l’écriture de ce billet, j’ai vu passer sur twitter ce billet, qui complétera bien ma prose. Egalement celui ci et celui ci (finir un article 3 mois après l’avoir commencé permet de se documenter.   La procastination a du bon). Donc, nous sommes nombreux à le savoir et à le dire, alors pourquoi est ce que le message ne passe pas ?

NB : c’est pas l’envie qui manque d’ajouter des ‘bordel’, ‘merde’, ou le combo à 300 points ‘bordel de merde’. La dessus, je vais boire une camomille.

Je partage cet article sur Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInDigg thisPin on PinterestShare on Tumblr

60 commentaires pour l'instant.

  1. [...] mythe u00e0 la vie dure : le ecommerce = richesse facile http://bit.ly/d7IWsC (via @TiChou)RT @newlifeevent: Have you signed up yet? 30 Webinars in 1 weekend learning SEO, PPC, [...]

  2. Merci pour la citation.
    Ce que je préfère dans cet article, c’est le premier visuel de la Fête du slip. Il résume tout à lui tout seul…

    A+

  3. Christophe Dournaux Christophe dit :

    Hello Jacques,
    Bonne piqure de rappel. Dommage la censure sur les grossièretés ;-)
    Pour mémoire, j’avais publié il y a plus d’un an ici aussi : Mythes et Réalités du e-commerce, que vous pouvez revoir ici http://www.alexiaetcompagnie.fr/mythes-et-realites-e-commerce.html et qui n’a pas pris une ride.

  4. Sam dit :

    Je me bats aussi pour faire rentrer ça dans la caboche de certains de mes clients !!! En plus ceux-ci ne savent parfois même pas configurer leur logiciel mail ou redimensionner une photo et ils veulent faire du e-commerce…pfff
    Ahh ça fait du bien de lire et dire tout ça !
    Allé bon we à tous !

  5. Mathilde dit :

    ça va sans dire mais ça va mieux en le disant, tout ça :-)

    J’ai une anecdote avec une jeune e-commerçante qui avait assisté à une conférence (gratuite) sur le référencement et en avait retenu que plus son url contenait de mots-clefs, mieux ça serait pour son référencement.

    Elle a longuement travaillé ses url, et attendu, attendu, attendu…

    Le souci, c’est que ses URL étaient d’une longueur abominable et donnaient à peu près ça : http://www.mon-site-produits-bios.fr/idee-cadeau-originale-coffret-femme-cosmetiques-cadeau-noel-pas-cher-super-produit-achetez-moi-chez-mon-site-produits-bios-nom-du-produit-belle-idee-cadeau.htm

  6. Tanguy dit :

    Salut,

    Encore une porte ouverte qu’on est obligé d’enfoncer. Mais nous avons beau répéter les choses, même si nous sommes des experts, nos clients sont toujours apte à remettre en cause ce genre de propos. Donc il faut, comme pour les enfants, répéter régulièrement les même choses.
    Actuellement je travail beaucoup avec Prestashop et régulièrement, je suis obligé de rappeler qu’il y a qu’en même un minimum à connaître avant de se lancer sur le web seul surtout si on ne sait pas ce qu’est un client ftp des dns ou même comment contrôler le poids d’une image. Donc oui, lme eCommerce est une belle aventure, oui c’est toujours un endroit où des réussites peuvent naitre, et oui cela demande énormement de travail et d’investissement personnel pour réussir à vivre du eCommerce.

    Le problème, c’est que les gens qui viennent lire tes articles sont déjà convaincu de cela.

    Donc, n’oubliez pas de diffuser l’info …

  7. François dit :

    « Des larmes, du sang et de la sueur… »
    Ahhhh… ça fait du bien, de bon matin, d’entendre l’écho de ce que je me tue à répéter à longueur de journée… on se sent moins seul.
    Je me plais souvent à dire « oui, et alors là, y’a les marmottes de chez Milka, celles qui mettaient le chocolat dans le papier d’alu, hé ben elle viennent, et pis elle te font tes colis… ». Le plus pénible, ce sont les salons, un florilège d’idées reçues, « gagner le l’argent facilement sur Internet, c’est possible » : oui, gagner au loto aussi, c’est possible. Tous les ans, après Noël, c’est Jean-Pierre Pernod qui s’y colle (à lire avec son ton, à JP) : « e-commerce : encore une progression impressionnante des ventes en ligne cette année, un reportage de machin truc ». Les deux semaines qui suivent sont animées de coups de téléphones ponctués de « ah bon ? C’est cher ! » ou « et à votre avis, il faudrait que je vende quel type de produits pour Internet », ou « j’vais quand même pas payer une gonzesse 200 euros pour me faire un graphiZe ! »

    @Mathilde : pour le référencement, j’ai acheté 50 noms de domaine…

    A quand le grand bêtisier du ecommerce chez l’Cap’tain ?

  8. mathias dit :

    Excellent et très réaliste. Noter aussi que dans e-commerce il y a le mot « commerce » et cela signifie qu’il faut être commerçant, en avoir l’esprit, s’intéresser au client et vouloir le bonheur de ce dernier. Une vision e-commerce basée sur le panier moyen est a mon avis vouée à l’échec.

    Pour être e-commercant moi même (en SARL, avec un logisticien, un dév, un comptable, etc..) et passer régulièrement du temps sur un forum dédié à ma solution ecommerce, je suis aussi effaré par l’amateurisme et l’aveuglement de certains « entrepreneurs » : pas de statut légal, aucun numéro de tél sur le site, contrefaçons de licences (hello kitty en page d’accueil, personnages disney…), des cgv en copié collé, des fautes de grammaire partout, des fiches produits incomplètes, c’est vraiment effrayant.

    Côté TVA, tenue des comptes, CNIL et autres « détails » administratifs, je n’ose même pas imaginer à quoi cela ressemble.

    Face à cela, je ne vois qu’une seule solution : que les vrais professionnels du e-commerce le soient encore plus pour bien se démarquer : n° de tél visible et disponible, respect loi chatel, site complet et propre, vraie politique commerciale, etc…

    Je regrette d’ailleurs qu’il n’existe pas de « certification » a l’image de ce qui se fait en angleterre ou US et qui ne coute pas un bras : un sceau officiel affiché en home indiquant que le site respecte la loi chatel, dispose d’un Siret, d’un service clientèle, etc…

  9. François dit :

    Complètement d’accord avec toi, Mathias : à quand un « label » ? Ceci dit le mouvement est enclenché, et ça fait plus d’un an… ça écrème sérieusement chez les webmarchands et ne devrait plus trop tarder à voir les choses se décanter.

  10. Tanguy dit :

    @Mathias, @François : et la FEVAD elle pourrait pas proposer un certificat avec en prime une note du style si tu le n° c’est 1 point, si tu as ton SIRET, c’est encore 1 point et ainsi de suite ?

  11. François dit :

    Déjà il faudrait commencer par différencier un peu la vente à distance de la vente en ligne… ce sont des métiers connexes, mais c’est pas la même chose. La recommandation, les labels, on des services comme Ekomi démontrent à quel point le consommateur Français a besoin d’un peu de sécurité et de confiance. On y viendra, et dans pas si longtemps, je pense

  12. cathy dit :

    j’entends ça tous les jours « oh sur le net ta boutique ? c’est cool, pas trop de boulot, tranquille chez toi en plus ! ça cartonne en plus le commerce sur le web ! » bah voyons… comme si on se tournait les pouces derrière notre écran… c’est une lutte de chaque instant de vendre sur le net ! et encore, perso, ma boutique n’est pas encore ouverte… mais j’imagine déjà ce que ça va être dans qlq semaines… il faut du courage et de la volonté ! et un minimum de connaissance et de savoir faire. On ne s’invente pas e-commerçant c’est clair !
    Développeur web de métier, j’aurai pu me connecter sur le site de l’autoentrepreneur et le devenir en 2 clics, ouvrir un compte sur un site du genre 42stores et hop c’était parti… sauf que derrière, faut assurer… et assumer ! Alors je viens de passer une année entière à me préparer, entourée de professionnels, à réfléchir à la stratégie commerciale, se constituer un réseau, à trouver déjà une clientèle, à trouver comment me démarquer de mes concurrents bien trop nombreux, à faire une véritable étude de marché, un vrai prévi etc… et au bout d’un an mon entreprise est lancée, loin du statut autoentrepreneur d’ailleurs ! la boutique ouvre très prochainement, fin du mois j’espère…et je sais que la bataille va être rude !

  13. Michael dit :

    Je suis d’accord avec le fait de dire que vendre sur le web est un métier mais il faut remettre les choses dans leur contexte : il n’a malgré tout jamais été aussi simple de créer une petite activité commerciale. Certes, pour celui qui démarre et découvre le domaine la route sera longue mais c’est un moyen génial d’apprendre. L’une des conséquences, c’est que la concurrence est rude mais comme vous le dites, l’amateurisme est si présent que quelqu’un de sérieux peu se démarquer.

    Ce n’est jamais aussi simple que le racontent les journalistes mais ce n’est peut être pas aussi compliqué que le pensent la plupart des gens :)

  14. Guillaume dit :

    Je gère mon site de e-commerce en plus de mon travail depuis 6 mois maintenant.

    Les longues journées sont souvent suivies par des soirées referencement, mise a jour de la base de donnée, optimisation, nouvelles commandes, préparation des envois, réponses aux nombreuses questions des clients et gerer sa relation client, etc…

    Donc oui, le e-commerce est un vrai métier, mais oui, il peut être vecu en plus d’une autre activité, a condition d’être passionné…

    Petit rappel, j’ai lu un article il y quelques mois de cela qui avançait que seulement 5% des boutiques en lignes gagnaient de l’argent ..

    Guillaume.

  15. jean-gerard dit :

    Je conseille des auto-entrepreneurs au sein de l’Aide (www.adie.org) et tous veulent faire de la vente par internet, comme si c’était simple.

    Je leur explique que pour que mon site, http://www.repro-tableaux.com, fasse suffisamment de chiffres d’affaires pour payer 4 employés, je fais plus de 4.000 EUR de pub par mois et qu’il m’a fallu près de 5 ans pour arriver à ce résultat. En général, ça leur permet de mieux comprendre.

    Donc, il faut savoir faire de la pub, référencement et promotion sur internet. Ca s’apprend et ça coûte des sous.

    Jean-Gérard

  16. Damien dit :

    … un lien vers le reportage qui a déclenché la l’ire du capitaine ?( sinon 100% d’accord avec le billet)

  17. Ah c’est tellement vrai :)

  18. Alex Chauvin dit :

    Excellent billet et tellement vrai, mais dans le microcosme tout le monde le sais, non ?

    Je ne vois pas vraiment de raison pour que cela change. Les prestataires, les intégrateurs, les médias, tout le monde dit que c’est un bon créneau, facile et pas cher, donc voilà les résultats, on fâche le Capitaine et je crains que cela ne soit pas fini.

    Il ne faut pas non plus dramatiser, avec du savoir faire, de très bons conseils, de très bons partenaires, de bons fournisseurs, des bonnes idées, de l’abnégation, du temps et du cash on peut y arriver.

    Bonne journée, Alex.

  19. Buzzdelirium dit :

    Tout à fait ok avec cet article. Par contre on peut toujours faire du fric avec un site e-commerce si on a une bonne idée. Lancer un énième site de vente de voyages ou de fleurs ne vous rendra pas riche… Par contre, cibler une niche, y ajouter un marketing innovant (sans forcément dépenser une fortune), une relation client nickel et de bons produits => il y a du business possible.
    Bref ce qui compte c’est L’IDEE, LA NOUVEAUTE, LA SURPRISE et tout centrer sur LE CLIENT.
    Avec une nouvelle boutique toutes les 30 minutes, il faut se démarquer.

  20. M; endetta dit :

    tu dis cela juste parce que t’es jaloux ! Moi je suis ecommerçant, j’ai une vie saine, et de belles dents.

    Je suis le meilleur.. et cela tu supportes pas. C’est tout…

  21. ukoo_fred dit :

    Encore un billet d’humeur qui reflète bien la tension ambiante dans les professions du web…

    Il s’agit ici d’une manière encore gentille de voir les choses.
    L’humour face à la tristesse ou le ras-le-bol? Je dirais les deux….

  22. ceelya-web dit :

    J’aime bcp le ton, et, il reflète tellement la dure réalité. Merci Capitaine !

  23. seroussi dit :

    Perso ,jai commencé avec 500 euros sur ebay il y a deux ans et aujour’d'hui mon site marche pas mal
    J’ai pas encore de Rolex , mais je m’en fous car je regarde l’heure sur mon ordi !

  24. ukoo_fred dit :

    Il ne faut pas oublier que certains « golden-boy/girls » sinistrent aussi beaucoup de marchés.
    il est toujours navrant de voir certains domaines d’activités flingués en plein vol par de bêtes guerres des prix, car là aussi c’est souvent le seul moyen que les apprentis e-commercants en herbe trouvent pour se faire une place…

  25. Eeeeeh ben… n’y connaissant rien de rien au départ, je suis devenue e-commerçante, j’ai fait un site seule avec mes p’tites pattes de devant, j’ai même dessiné et fabriqué mes produits sans savoir faire au départ.

    Je pensais commencer à visiter les châteaux à vendre au bout de 2 ans. Finalement, à ce terme j’espère me payer une semaine de smic par mois, et arrêter enfin de cumuler les casquettes de chef d’entreprise + standardiste intérimaire ou chef d’entreprise + femme de ménage chez les autres.

    Et je m’aperçois que c’est bien fait pour moi… heureusement, à défaut de compétence en fabrication de site, j’ai bon sur (je cite Buzzdelire) « une niche, un marketing innovant, une relation client nickel et de bons produits ».

    Quand je serai grande je me paierai un webmaster…

  26. BilliBoy dit :

    ‘faites moi un ebay, j’ai 500€, et après en cadeau vous pouvez m’y ajouter un facebook et amazon. Tenez voila les 2 pages du cahier des charges‘ ça résume bien la mentalité de bcp de clients actuellement WEB=GRATUIT

  27. AnneCap dit :

    les grandes fausses idées du e-commerce :
    - un site Internet ne coûte rien, juste des clopinettes
    - Crée un site e-commerce et tu crouleras sous les commandes
    - Le trafic c’est magique, il ne vient que par enchantement.
    Les médias sortent toujours les infos de leur contexte. Les bonnes questions à se poser c’est pour faire x millions de CA combien de milliards faut-il investir ? Les grands sites e-commerce sont-ils rentables ou vivent-ils sur le dos de leur groupe ?
    Et puis si on arrêtait de faire rêver à quoi nous servirait les médias ? Car entre vous et moi, toute vérité n’est pas toujours bonne à dire. Alors INTERNET = $$$$$$$$$$$$$$$

  28. Tanguy dit :

    Rappelons que Amazon faisait 300 millions de dollars de déficit durant les 3 première années avant de très bien gagner leur vie.

    @BilliBoy : on dirait les annonces sur codeur ;-)

  29. [...] bien sortir un jour ou l’autre ce billet..! Je le prépare depuis quelques temps, mais le capitaine m’a devancé. Pas grave! Je vais aborder ce sujet sous un autre [...]

  30. Mzelle Lulu dit :

    En insistant tous, ça va finir par rentrer, non ?En tous les cas merci pour cet article qui fait du bien alors que je viens de tomber sur un blog qui disait en substance « lancez-vous, y’a de la place pour tout le monde » ! Et bien allez-y, lancez-vous… on suivra tout ça de près !

  31. Peggy dit :

    Quand je pense que j’ai écris un billet sur ce thème le 30 décembre dernier http://www.bagatelles.fr/blog/index.php?post/Le-e-commerce-est-il-rentable et que je me suis fait allumée sur des blogs et des forums comme quoi c’était faux et qu’il suffisait de travailler pour réussir sa vie de cyber-entrepreneur !

    En effet créer son entreprise n’est pas facile sinon tout le monde le ferait et tout le monde serait riche. L’avantage du web c’est de pouvoir limiter les charges externes, mais….de les remplacer par de la pub, de l’achat de mots-clés…

    Travailler pour réussir , c’est quoi d’ailleurs ? 15 heures par jour à emballer des colis ( on en rêve quand on a peu de ventes, mais on déteste quand on emballe 70 colis chaque jour tout seul )ou contacter des bloggeurs influents ou chercher des liens.

    Sans argent, pas de miracle. Un site lancé avec 500€ c’est un mythe, même si l’exception existe.

    La faute aux médias qui présentent le e-commerce avec des chiffres mirobolants, mais il s’agit des plus gros sites du web français. La faute aussi aux web-entrepreneurs qui disent gagner des mille et des cents après quelques mois de lancement de leur site, tout ça sans pub, en travaillant un minimum et en ayant investit leur seule prime de licenciement. Sans compter sur ceux qui se versent un salaire au bout de 2 mois de lancement du site gràce à leur 10 000€ de CA mensuels…J’espère pour eux que c’est vrai, sinon la chute sera dure…

  32. Je pense que vous avez raison de dire que l’on ne sait pas combien de sites marchands ferment toutes les heures …
    Cette donnée permettrait de relativiser ce nouvel eldorado.

    Personnellement je pense qu’il n’y a pas assez de place pour tout le monde car l’e-commerce français est trusté par Google et une poignée de grands sites marchands.

  33. Octave dit :

    Excellent post !
    Je travaille depuis peu pour société de création de site e-commerce.
    Nous recevons continuellement des demandes de devis qui corroborent cette idée selon laquelle : le web c’est magique et ça ne coûte rien.

    Dernièrement, un couple de retraités qui viennent de vendre leur bureau de tabac : « On veut se lancer dans la vente de vêtements de mode à petit prix mais attention on est deux et il faut que le site nous permette de payer deux salaires. » Profil type.

    Le tout pour un investissement total de moins de 1000 euros tout compris.

    Ce que ne souligne pas forcément l’article, c’est qu’au delà de Zlio, beaucoup de sociétés ont proposé des formules de sites e-commerce à très bas prix. L’amalgame est vite fait avec le monde physique de croire qu’avec une boutique en ligne on peut vendre en ligne, un peu comme dans la rue. Résultat, cela ne marche quasiment jamais hormis pour quelques vendeurs de colliers de nouille et plus grave encore, quand cela marche, les outils vendus ne sont pas du tout à même d’aider l’e-commerçant dans le traitement de ses commandes. Commence alors la galère de l’envoi des colissimo à la main dans son garage le dimanche après-midi…
    Vous avez dit Eldorado, c’est bien ça ! Pour 1 qui trouve une pépite, un millier patauge dans la boue…

  34. [...] Le mythe à la vie dure : le ecommerce = richesse facile sur http://www.capitaine-commerce.com [...]

  35. David dit :

    Merci Jack pour cette article. Content de voir cette discussion écrite noir sur blanc!

  36. Patrice dit :

    troll/
    On m’aurait menti alors ? ; )
    /troll

  37. bobby dit :

    Je comprends les raisons de cet article, mais les gens qui pensent que c’est la fête du slip et se plantent en ligne se seraient plantés hors ligne aussi s’ils avaient lancé un commerce. Alors qu’il est possible de gagner pas mal en ligne (disons 60% après impôt d’un salaire correct) alors même que cela aurait été impossible sans internet. Cela ouvre de nouvelles opportunités, si tout est construit de manière à être automatisable. Vendre un ebook bidon en ligne n’a pas d’équivalent physique, l’investissement est presque nul (beaucoup moins d’un mois de loyer pour un magasin physique par an). ou encore faire suivre des commandes à un aetisan local qui fait toyt le boulot en prenant une marge de 40%, proposer des clients internationaux à des magasins francophones qui ne parlent pas un mot d’anglais, …

  38. Frédéric dit :

    Rêver c’est bon! c’est un métier, mais où peut-on l’apprendre? si ce n’est sur le tas! n’y aurait-il que les pros du web et les gens qui ont de l’argent qui aient le droit de se lancer? tout le monde ne peut pas être expert? bien sûr il faut des connaissances mais ne peut-on pas les acquérir justement en posant des questions parfois qui vous semble idiotes! C’est aussi ça le web, un apprentissage de chaque jour… Si on a une idée, du temps…on peut néanmoins arriver à quelque chose…alors on ne gagne pas forcement des millions, oui mais cela ne veut pas dire que l’on ne réussi pas!

  39. fredo0766 dit :

    bonjour , j’ai actuellement un magasin et souhaiterais creer un site de vente en ligne , pour que ma clientelle et peut etre les futurs clients puissent commander sans avoir a ce deplacer . pensez vous que c’est un bon investissement que ce nouveau moyen de vente ?
    merci pour votre aide

  40. Jérémie dit :

    Merci Frédéric et Bobby.

    Je n’aime pas cet article, c’est juste un bouffeur de moral pour ceux qui sont motivés pour se lancer.

    En fait le fond n’est pas faux, il n’est pas plus facile de démarrer une activité sur internet qu’ailleurs, mais je prends le message de ce billet comme « Ne tentez rien, on vous a raconté n’importe qui, seuls quelques rares chanceux y arriveront ». Ce qui n’est pas le cas. Beaucoup de gens y arrivent, et même très très bien. Simplement tout le monde ne le crie pas sur les toits.

    Je sais bien, Jacques, qu’il n’est pas dans vos intentions de blaser les gens, mais s’il vous plait, faites attention à la façon dont vous exprimez vos idées.

  41. François dit :

    Jérémie, tu penses que c’est en ne regardant pas la réalité en face que ça va te donner plus de « chances » de réussir ? La chance n’a rien à voir là dedans, le moral, à la limite, si. Mais ce qui fait réussir ceux qui ont réussi ou ceux qui réussissent, c’est la réflexion, le travail, la préparation et une solide culture générale du commerce et du web.

    Tu préférerais lire « allez y les gars, c’est le gros lot à chaque fois » ? Si ça peut te faire plaisir : vas-y, fonce, surtout ne regarde pas les risques, achète toi une patte de lapin et une médaille de St Christophe et croise les doigts. Mais bon, autant jouer au loto dans ce cas.

    Ce billet ne change rien à la réalité, tu devrais plutôt le prendre comme un bon conseil et non comme quelque chose destiné à te casser le moral.

  42. Devenez riche! dit :

    Enfin un article qui a du sens.

    J’ai moi même dû travailler très dur avant de faire mon premier euro sur internet!

  43. Maxime dit :

    Excellent article! Tout à fait vrai. Il est très difficile dans les débuts de mettre un prix à ses efforts

  44. [...] Oups, j’avais oublié, ne manquez pas non plus cet excellent article du capitaine. [...]

  45. Robin dit :

    Trop bon la vidéo, j’ai l’impression de parler à ma mère…

  46. Très bonne mise au point. Le web, c’est une ruée vers l’or où ce sont les vendeurs de pelles qui gagnent pas ceux qui creusent. C’est un métier, un savoir-faire. Se lancer tête baissée est l’assurance d’un échec au bout de l’aventure. Et ce n’est pas trop de le rappeler

  47. [...] intéressant pour se rendre compte de l’ampleur de la tâche qui attend l’ecommerçant. Le mythe à la vie dure : E-commerce = richesse facile, article de Capitaine Commerce. Combien coûte un site Internet ? : Sur ce site Sur le site de [...]

  48. Excellent article! J’en aurai bien ri (un peu de travers tout de même). Il faudrait passer le message aux investisseurs et aux banquiers, afin qu’ils comprennent qu’on ne peut pas faire de miracles: les compétences se payent et nécessitent un minimum (voire maximum bientôt) d’investissement…

  49. Jus exotiques dit :

    Merci bien pour cet article,
    en tout cas faut que les gens arrêtent de croire que faire des sous ou du « fric » est si facile que ca..
    Il faut avant tout un projet.. une passion !

  50. Bonjour,

    Cet article (très instructif) a au moins le mérite d’ouvrir le débat!

    Cependant je ne suis pas complètement d’accord avec toi.

    Alors oui, je te rejoins sur le faite que certains stéréotypes on la dent dure…

    Mais quel que soit le type de business que l’on créer (online ou offline) la charge de travail sera toujours importante. Et la concurrence toujours présente.

    Le gros avantage avec internet fait qu’il est aujourd’hui possible de créer son entreprise à moindre coût.

    Alors oui, c’est comme tout, on a rien sans rien, mais si vous vous investissez un minimum et qu’en plus vous adoptez une stratégie qui tiens la route alors il n’y a aucune raison pour échouer.

  51. Trop de théory.
    Je travaille très dur et tous les jours pour faire mon premier euro sur internet! Les reprodution tableaux se vendent pas très bien, quand même le prix est toujours imbattable.
    Tiens, mon site,http://www.artreprodafen.com/ vous pouvez le vister et me donner des conseils. Merci bcp!

  52. Aaah ça fait plaisir à lire ça. On sent un petit air d’Olivier Lévy dans la rédaction, j’aime.

    CE discours du fric facile aura la vie dure de toute façon, car il est relayé par :
    - des médias qui n’y connaissent rien (Pernaud…)
    - des boites de création de site qui en font leur fond de commerce
    - des entrepreneurs qui y croient encore (à quand le premier €?)

  53. Robin dit :

    « La rolex avant 50 ans quoi. En vérité ça serait plutôt le solex. »

    cool ;-)

  54. [...] ecommerce : Le mythe a la vie dure : le ecommerce = richesse facile. [...]

  55. Simon dit :

    Un peu virulent mais tellement vrai ! Combien de personnes souhaitant créer le petit business sur la toile ai-je vu se casser la figure quelques mois après…

  56. Super article et malheureusement tellement vrai !

    A un bémol près : le cliché du dropshipping… On peut aussi trouver des partenaires dropshipping sérieux, et pas forcément à Hong-Kong !

    Et certains arrivent même à gagner de l’argent avec le dropshipping, à condition qu’ils sachent que « SEO » n’est pas un gros mot… ;)

  57. François dit :

    Merci d’avance de votre aide et félicitations pour vos bonnes idées de produits.
    A bientot
    François

Rédiger un commentaire




Blogs ecommerce et sites amis à visiter : Ecommerce Squad - Exciting Commerce - I Love Web - Ludovic Passamonti - Pauline Pauline - Rich Commerce - Tablette Tactile - Ziserman.com

Site hébergé par NBS System, spécialiste de l'hébergement ecommerce NBS System

Copyright © 2006 - 2014 Capitaine commerce - Le Blog du Commerce Digital - Ce blog utilise WordPress - Webmaster (et contact PRESSE) Alexis Sauvage aka Robin

[ Capitaine Commerce SARL - RCS Lille B 789 520 046 - SIRET 78952004600010 ]