Usabilla.com : tests utilisateurs pas cher

Le temps d'écrire ce billet et j'avais déjà des résultats sans bouger le c... de ma chaise. Etonnant, non ?
Le temps d’écrire ce billet et j’avais déjà des résultats sans bouger le c… de ma chaise. Etonnant, non ?

Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, les tests utilisateurs, c’est bien utile, mais :

  1. ça coûte cher
  2. ça prend du temps
  3. c’est dur de trouver des testeurs (autres que les geeks qui m’entourent la journée au boulot, ma femme/ma copine, ma mère quand je suis en vacances, mon chat (tricheur !))

Bref, les tests utilisateurs, c’est bien, mais c’est pas facile à faire. Pourtant, il existe maintenant de plus en plus de solutions de tests utilisateurs en ligne qui permettent de faire une partie, je dis bien, une partie du boulot. Parmi celles-ci, Usabilla.com mériterait que vous y jetiez un coup d’oeil.

D’abord, parce que la version de base est gratuite et vous permettra de vous familiariser avec.

Ensuite, parce que, pour une fois, les programmeurs du bouzin ont fait l’effort de traduire Usabilla.com en français, ce qui permet de s’adresser aux testeurs visés dans la langue de leur maman (et on sait à quel point les français sont sensibles sur ce sujet).

Enfin, parce que Usabilla est facile à prendre en main et permet de monter rapidement un test. Je l’ai fait moi même pour mon blog et vous pouvez d’ailleurs aller vous faire une idée de ce que voient les testeurs en répondant à mon petit questionnaire.

Pour finir, fini la corvée du recrutement des testeurs, puisqu’il vous suffit de vous servir de votre réseau Facebook ou Twitter pour trouver la poignée de cobayes qui sauront vous dégoter le plus sûrement le moindre petit défaut de votre page.

Voilà un outil qui ne mange pas de pain et que vous pourriez rapidement adopter. Si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à les laisser en commentaire sous ce billet.

12 commentaires

  1. Merci pour ce billet cher Capitain aux collants verts. Promis, je ne me suis pas concerté avec http://www.MissConversion.com mais permets moi de n’être pas du tout d’accord avec ton billet, même si on s’appelle Olivier tous les deux et qu’on est symbole de Paix 😉

    1 – La solution que tu montres est sans doute intéressante mais n’a rien à voir avec des Tests utilisateurs où tu observes et recueille des avis / des comportements d’internautes en situation. Ce qui est important ce sont les comportements et les non dits, la solution que tu proposes est tout l’inverse : c’est du déclaratif (je dis où je clique ce qui ne veut pas dire que je le fais vraiment). Rien à voir donc avec du comportemental recueillis dans les tests utilisateurs.

    2 – les tests sont chers ? Indice 1 : Demande à ton ancien employeur (3 Suisses) lundi prochain 😉 ; Indice 2 : Go there > http://bit.ly/aIUqx4. Indice 3 > d’ici la fin de l’année 😉 un peu de mystère c’est bon non ?

    3 – le recrutement c’est chiant ? Non c’est un métier:) bon, ok, je l’avoue, nous on a MissConversion.com et oui, bon enfiiiin…bref cela aide 😉 j’rigole hein

    Bref comme tu pousses des coups de gueules de temps en temps à mon tour cher confère aux collants verts d’en pousser un. Voilà qui est fait.

    Donc les tests utilisateurs, non ce n’est pas cher, recevoir des e-acheteurs / e-acheteuses oui c’est très intéressant et plus de site e-Commerce français devraient le faire systématiquement (tel Pixmania.com par exemple) & on apprend énormément d’eux et en plus, tu sais koi ?

    Et ben cela augmente les ventes et rend modeste sur tout ce que les gourous de l’ergonomie disent 😉

    Allez, sans rancune mon ami ?

    /Olivier Marx, Fondateur
    Altics

  2. @Olivier : Mais, mais, mais !!??? Oui, tu as tout fait raison, cet outil n’est pas sensé remplacer des tests utilisateurs du tout. Mais je me suis sans doute mal exprimé. Il s’agit d’un outil de complément permettant de valider des éléments de charte graphique, d’architecture d’information… qui peut être bien utile pour obtenir un ressenti sur une maquette, par exemple.

    Juste un point pour ce qui est du coût des tests : il y a « cher » et « cher ». Tu sais comme moi que le budget d’un test en eye-tracking ne pèse pas le même poids selon que l’on s’appelle Pixmania ou tartempion-commerce.com. Autrement dit, j’ai quand même l’impression qu’un bon test ne reste pas à la portée de toutes les bourses et que l’on trouve aujourd’hui pas mal de solution online qui permettent (sans doute avec beaucoup moins de raffinement) d’obtenir un bon retour d’expérience sur un site. C’est une forme de démocratisation des tests (ou appelle cela comme tu voudras) et qui permet enfin aux développeurs de sortir de leur sempiternel cocon qu’on appelle le bon sens et qui a déjà fait tant de dégâts sur les interfaces webs.
    Encore un point : reconnais quand même que recruter n’est pas simple et que c’est même un métier. On ne trouve pas si facilement des quidams à qui demander de passer des commandes bidons devant un écran de eye-tracking. Même au sein d’une grande entreprise, il n’est parfois pas si simple de trouver quelques volontaires pour venir faire un test : des problèmes bêtes viennent empêtrer le désir de bien faire comme les horaires de travail, par exemple, ou l’autorisation de la hiérarchie.

    Au final, loin de moi l’idée de dénigrer les « vrais » tests utilisateurs, bien au contraire… d’ailleurs, nous risquons bientôt d’en reparler ensemble 😉 (moi aussi, j’ai mes petits secrets)

  3. Je suis bien entendu du même avis que Olivier (Marx).
    Ils existent de nombreuses solutions qui permettent aux responsables marketing de se rassurer, mais il suffit de passer 2 jours avec des utilisateurs à mener des scénarios complets pour se rendre compte que rien n’est simple.
    Même lorsque nous menons nos entretiens à distance par VOIP et partage d’écrans, nous n’arrivons pas à la même compréhension de la problématique utilisateur.
    Donc tout dépend des objectifs derrière les tests : pour vraiment comprendre les usages et créer de l’innovation client, rien de tel qu’une bonne journée en salle d’observation suivie d’un atelier de debrief.

    D’ailleurs, nous avons écrit le chapitre « terrain » du premier manuel d’études pour projets globaux (« the handbook of global user research »)

    Bien cdlt
    Frederic Gaillard

  4. @fgail : c’est pas possible, vous vous êtes donnés le mot, ce soir ?!
    Merci de vos commentaires à tout deux (surtout de la part de spécialistes aussi éclairés et éclairants)

  5. « c’est du déclaratif (je dis où je clique ce qui ne veut pas dire que je le fais vraiment). Rien à voir donc avec du comportemental recueillis dans les tests utilisateurs. »

    Cette solution n’enregistre pas simplement les clics des utilisateurs ? C’est pas transparent pour le visiteur?

  6. On peut être d’accord avec Olivier et Olivier !
    Comme c’est du déclaratif puisque les testeurs décident de cliquer à l’endroit où ils auraient cliquer en situation réelle, c’est forcément légèrement différent d’une observation en situation réelle. Les résultats obtenus par ce test « gratuit » seront donc moins pertinents que les résultats d’une véritable étude comportementale.
    Malheureusement, pour un petit e-commerçant qui se lance, une étude comportementale sur son site ou sa maquette reste un lourd investissement qu’il ne peut pas toujours s’offrir (je ne parle bien entendu pas des études proposées par Altics pour 99 €uros HT jusqu’à dimanche) et la solution présentée ici semble donc une bonne alternative pour alimenter la réflexion avant de prendre des décisions.

    Conclusion : Merci Capitaine pour l’info !

Répondre à /Olivier Marx Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.