Agence web ou Freelance pour créer son site e-commerce ?

Pour la plupart des grosses entreprises qui se lancent dans la création d’un site d’e-commerce, il n’y a pas de débat sur le profil du prestataire à choisir : ce sera une agence web. Point barre.
Mais pour toutes les autres entreprises, TPE, PME, ou créateurs, qui représentent la grande majorité des nouveaux e-commerçants ?

Ces dernières ont des budgets souvent restreints pour se lancer (bye bye Fullsix, Duke ou Groupe Reflect, pour ne citer qu’elles…) et le débat prend une autre tournure, bien plus complexe : est-il préférable de confier son projet à une agence web ou à un freelance (voire à plusieurs freelances) ?

Les 2 possibilités ont des avantages et des inconvénients. Comment choisir ?

Travailler avec une agence web ?

Prendre une agence web, c’est le réflexe immédiat. Elle s’occupe de tout, et livre le site clé main. Mais il y a un gros inconvénient pour la majorité des TPE/PME françaises.

Je précise que je parle ici de vraies agences web, celles avec des vrais morceaux de chefs de projets dedans, mais aussi des webdesigners, des développeurs, des intégrateurs. Des agences qui font du conseil en conception, savent ce qu’est l’ergonomie d’un site, qui parlent « CSS Design »… Je ne parle pas de celles qui ne sont que des structures commerciales pour vendre des sites internet à la chaine, sous-traités en Roumanie ou en Afrique du nord…

Les avantages

Un guichet unique pour toutes les compétences nécessaires à la création d’un site web. Le choix de l’agence permet de disposer d’une équipe pluridisciplinaire qui pourra vous accompagner à toutes les étapes de la création de votre site. Et ça… c’est bon ! Pour le chef d’entreprise qui n’y connaît rien (et s’en fout de toute façon), qui n’a pas le temps, c’est un avantage énorme.

Une organisation et une méthodologie de production éprouvée : à partir du moment ou une équipe, même petite, va travailler sur votre projet, il faut de la méthodologie et des process de production qui visent à s’assurer que le projet va être géré efficacement et se finir dans le temps imparti (sinon ce n’est plus rentable pour l’agence). A vous la joie des réunions avec le chef de projet et des conférences téléphoniques pour faire le point. Vous allez pouvoir suivre étape par étape l’avancée de votre projet en toute transparence.

Un potentiel de travail effectif plus important. L’autre avantage d’avoir une vraie équipe, c’est que le jour où le chef de projet ou le développeur est malade, qu’il croule sous le travail, ou qu’il est en vacance, une autre personne peut potentiellement être affecté à votre projet pour ne pas prendre de retard. Les 2 peuvent aussi travailler en parallèle pour gagner du temps. Bref, avec une agence, le respect du planning est plutôt garanti.
Et si un retard sur la livraison se profile quand même, l’agence peut aussi mettre les bouchées doubles en renforçant l’équipe (mais le plus souvent, elle fait la morte, et lorsque vous rappelez pour savoir ce qu’il se passe, elle vous dira qu’elle attendait une confirmation de votre part sur le point 4 dans son derniers email – que vous n’avez jamais reçu – pour continuer à avancer).

THE inconvénient

Les agences ont TOUJOURS un coût global plus élevé qu’un freelance. Au delà des considérations liées à la politique commerciale de l’agence (notoriété, références clients) et sa situation (Paris ou province), il y a une raison très simple à ce surcoût. Même quand elles sont petites, ce sont des structures qui ont beaucoup de frais fixes (frais de constitution, loyer des locaux, frais administratifs, salaires, …) qui se répercutent automatiquement dans le coût de leurs prestations.

Et sinon, travailler avec un freelance ?

Faire appel à un freelance pour créer son site internet n’est pas une décision aisée car cela revient à mettre le succès d’un projet entre les mains d’une seule personne. Pourtant, le freelance peut s’avérer une excellente solution dans beaucoup de cas.

Les avantages

La satisfaction client est son letmotiv. Aucune agence web ne souhaite se retrouver avec des clients mécontents en fin de prestation, mais le freelance peut encore moins se le permettre. Son activité repose quasi exclusivement sur un bon bouche à oreille qu’il a durement acquis au bout de plusieurs années de travail. Il n’a pas les moyens de faire de la pub payante donc il mise tout sur vous qui avez des amis et un réseau professionnel. Un client mécontent qui peut ruiner sa réputation est une situation qu’il ne peut pas se permettre. Il fera donc son maximum pour vous donner satisfaction.

Une relation directe avec celui qui à les mains dans le cambouis. Votre entreprise est en contact direct avec celui qui façonne votre site et lui donne vie. Il est plus souple et plus réactif pour faire des ajustements. Voire, il est pro-actif car comme il pense « efficacité » pour finir votre projet dans les délais, il n’hésitera pas à vous appeler au moindre problème, ou pour vous proposer des alternatives à vos besoins initiaux.

Un coût très avantageux par rapport à une agence web. Situation inverse de l’agence, le freelance à des charges fixes faibles car il travaille chez lui, sur son matériel personnel, il n’a pas d’employés. Là ou une agence propose un tarif/jour moyen à 500€, le freelance est à 300€/jour. Sur un projet qui nécessite 15 jours de travail, la différence sur le budget global n’est pas anodine.

Le freelance à des horaires très flexibles. Autres conséquence du travail à domicile (et je sais de quoi je parle…) le freelance ne compte pas ses heures. Tous les freelances que je connais personnellement travaillent régulièrement jusqu’à minuit et plus, pour répondre à une demande urgente d’un client, ou pour terminer un projet. La satisfaction client revient sur le devant de la scène !

Les inconvénients

Le freelance ne maitrise souvent qu’une partie de la chaine de production d’un site. Le problème pour réaliser un site, c’est qu’il y a 2 compétences absolument nécessaires : le webdesigner et le développeur/intégrateur.
Certes avec l’apparition des CMS et des templates graphiques, nombreux sont les freelances qui peuvent « gérer » intégralement la réalisation d’un site de petite envergure, mais dès que vous voudrez allez dans de la personnalisation un peu poussée, un beau site e-commerce sous Prestashop ou Magento, ça risque de se compliquer…
La solution consistera donc à faire appel à 2 freelances, chacun spécialisé dans les domaines cités précédemment. D’ailleurs de nombreuses petites agences se créées par la rencontre d’un webdesigner et d’un développeur. Mais se pose alors la question de la gestion de projet pour faire travailler efficacement ces 2 énergumènes.

——————————————————————————————
(Pause humour )
Comment parler aux graphistes ?
Comment parler aux développeurs ?
——————————————————————————————

Son temps de travail à vous consacrer est limité. Le freelance à beau travailler sans relâche, ses journées font 24 heures maximum, et il a probablement d’autres clients à s’occuper. Comme il est seul à travailler sur votre site internet, si un gros projet avant le votre prend du retard, c’est toute la machine qui peut dérailler.

Maintenant que vous savez un peu mieux à quoi vous attendre avec chacun des « profils », il faut faire un choix.

« OK, mais par rapport à mon budget, qu’est-ce qui est le mieux ? »

Et oui … on a beau bien expliquer les choses, c’est toujours le niveau du budget qui dicte l’orientation vers le type de prestataire. Donc, pour faire simple :

Une entreprise qui n’a pas plus de 10 000 € pour réaliser son site d’e-commerce pourra très difficilement faire appel à une agence web digne de ce nom. Elle sera « réduite » à consulter de petites agences qui ne pourront pas toujours réunir tous les avantages décris ci-dessus.
En plus, si le budget dépasse en cours de route l’enveloppe initialement prévue pour une raison X ou Y (si, si je vous assure que c’est possible…), le projet peut être gravement compromis sur le court terme (comment ça il faut taper dans le budget prévu pour la prestation de référencement ???).

En dessous de 10 000 euros, la solution du freelance est à considérer sérieusement car elle permettra d’avoir un beau site personnalisé, complet du point de vue fonctionnel, pour un budget très raisonnable.
La meilleure solution consisterai à travailler avec 2 freelances : 1 webdesigner + 1 développeur/ intégrateur.

Par contre, il convient de prendre quelques précautions dès le départ :

  • en ficelant bien son projet en amont avec un cahier des charges précis, et pour le webdesigner, un brief créatif bien clair (travail qu’aurait fait l’agence web à votre place),
  • en dégageant beaucoup de temps pour gérer le projet.

Si c’est trop complexe à gérer pour vous, faites-vous accompagner par un consultant / chef de projet indépendant, qui va travailler avec vous sur la conception du site, et piloter ses 2 compères.
Cela revient presque à créer votre agence web sur-mesure, avec des personnes spécialisées dans leur domaine, mais avec des coûts très compétitifs. Elle est pas belle la vie ? 😉

Dans tous le cas, n’oubliez pas que sans un minimum de connaissances en web, trouver le prestataire parfait pour votre projet est souvent un jeu de roulette russe. Aussi compliqué que de ne pas se retrouver nez à nez avec un pervers sur Chatroulette au bout de 5 minutes !

91 commentaires

  1. Ben, vous parlez de chef de projet, webdesigner, developpeur ou intégrateur. Beaucoup de freelance ou agence proposent du référencement ou des stratégie de communication on-line pour leur visibilité… Non ?

  2. Bon article.
    Par contre, 500 euros en agence et 300 pour un freelance. C’est le gros minimum tout de même.
    Trouver une freelance dev web compétent, ouvert, capable de conseiller … 300 euros me paraissent faibles. Il faudrait plutôt s’attendre à s’approcher des 400.

    Autre précision : une journée d’agence et une journée de freelance ne compte pas tout le temps les mêmes heures ^^

  3. @georges : oui, c’est le gros minimum …à Paris ! En province, tu trouveras des agences très compétentes pour moins 400 euros/jour, voire moins, idem pour les freelances.
    Je te rejoins sur le principe : la qualité, la réactivité, le conseil se payent forcément plus cher.

  4. @Ludovic; oui, désolé, j’ai fait mon parisien ^^. Je ne connais pas les tarifs en province (« les bouseux » comme dit Capitaine). Merci de l’info

  5. Belle analyse..

    Du coup je me demande si la panacée ne serait pas de travailler avec une agence qui aurait développé son propre logiciel e-commerce histoire de maîtriser la chaîne de bout en bout, qui n’aurait pas de frais de publicité, vu qu’elle travaillerait sur sa réputation et le bouche à oreille, qui n’aurait pas de frais de locaux ou presque, qui serait constituée d’ancien freelance qui auraient gardé l’esprit, qui tiendrait les délais et le tout pour moins de 10 000 euros…

    on peut rêver non ?

  6. Article intéressant et je suis globalement d’accord.

    Dommage que tu ne parles pas un peu plus du référencement, qui est souvent « sorti » du projet de création d’un site alors qu’au contraire il doit en être un élément central dès la genèse. C’est un autre problème, il est vrai.

    J’ajoute deux points à tout cela :
    – passer par une agence web, oui, mais comme tu le précises il faut trouver une bonne agence web. Pas toujours évident pour la population dont tu parles (PME, TPE, créateurs)…
    – passer par un freelance représente un autre inconvénient, et même s’il a peu de chance de se produire, il n’en est pas moins réel : que le freelance te plante. Certes, ce ne serait pas un bon calcul pour lui, mais d’expérience c’est plus facile de planter un client pour un freelance que pour une agence.

  7. @Vincent: Dans quel cas est-il plus facile pour un freelance de « planter » un client ? Ce n’est pas une question piège. Je suis en Agence Web et curieux à ce propos.

    @Francois: Quel objectivité!! 😉

  8. Finalement Ludovic tu réfléchis à voix haute mais ta conclusion laisse pas mal de doute. On peut comparer la création d’un site à la construction d’une maison ou le client remplace l’architecte, ça parait moins cher sur le papier, mais au final les artisans font pleins d’erreurs de coordination, le client ne dort plus, quitte sa femme et coule dans le béton… non je délire.

    Pour la province en tout cas, puisque c’est elle qui vous parle, ce n’ai pas forcément aussi tranché on trouve de petites agences ou des regroupements de freelance qui atténueront un peu les défauts des 2 structures.

  9. Je suis assez d’accord avec @Gaby. (je me fais l’avocat du diable puisque je suis en freelance) En effet, embaucher plusieurs freelance pose le problème de la coordination… On sait combien il est important de travailler le référencement en amont avant ou pendant la création du site…

  10. Mauvais exemple Gaby!
    L’ architecte est la profession que j’ exècre le plus.
    En effet, ces pauvres types doivent apprendre en 5 ans tout tout tout sur la construction. De la théorie à la pratique, de la conception (art, graphisme, inspiration..) à la réalisation (càd connaître TOUTES les contraintes techniques).
    Pas de bol: ça ne marche pas! Là où un électricien pro a 20 ans d’ expérience, l’ architecte ne peut venir qu’ avec des notions supericielles qui sont de toutes façons plus scolaires que vécues.

    Notre architecte, donc, dès l’ apparition du moindre problème pointe le ‘spécialiste’ du doigt! C’ est pas moi c’ est lui!…

    J’ ai assez usé assez de ces charlatants que pour affirmer ce que je dis ici.

    Et l’ agence alors?
    Nous sommes en phase d’ étude de notre v3 et, pour la 1ère fois avons contacté des agences.
    Toutes ont été sélectionnées sur base d’ autres sites ecom qui nous plaisaient.

    Premier avis à chaud?

    Ben comme l’ architecte, on a affaire à des généralistes qui n’ y connaissent que peu! Certes derrière, ils ont les compétences, de bons graphistes et de bons techos.
    Mais toutes les agences avec qui j’ ai parlé m’ ont fortement déçues. Souvent nous, ecommerçants, connaissons notre métier mieux que ces agences, par contre ils ont tous une pointe d’ arrogance qui tentent à nous prouver l’ inverse.
    J’ ai vu 2-3 projets qui m’ ont tous effrayés de stupidité.
    Etant à notre v3, on sait ce qu’ on veut et ce qu’ on veut pas. Pourquoi alors compter x réunions facturées au prix fort afin de ‘discuter’ de nos désidératas? Perte de temps et d’ argent s’ il en est.
    Je conçois que ce soit ‘intéréssant’ pour les newbies, mais je me méfierais.
    Vraiment l’ impression qu’ on facture facilement 2x trop d’ heures sur ce type de projets, juste pour se couvrir et surtout augmenter ses marges…

    En gros il en ressort que selon l’ adresse (Paris) et les références, ont facture quoi qu’ il arrive dans une tranche fixe. 10-15, 20-25, etc… sans considération réelle du travail demandé.
    Plus que les montants en jeu, c’ est l’ attitude qui nous refroidi..
    J’ ai aussi remarqué que les contrats sont bien ficelés … en faveur de l’ agence. Aucune flexibilité en cas de légère modification en cours de route, une fois le contrat signé, préparez-vous aux suppléments ou préparez-vous à faire avec le site qu’ on vous aura fourni..

    Conclusion: pour la 3ème fois nous ferons project manager nous-même, même si ça nous tue de devoir le faire…

  11. @huh : Une agence qui facture les réunions ? Soit c’est une prestation claire de conseil (ergonomique, technique …) pointue et cela peut se justifier. Sinon …

  12. @huh :
    J’aurais moyennement envie de confier ma charpente à un électricien, moi… un bon architecte, ou maître d’oeuvre, il ne doit pas se contenter de théorie, il doit savoir de quoi il parle. Mais son boulot c’est de définir les plans, et de suivre la réalisation du projet. Je pense que tu t’es adressé à de mauvais archis.

  13. @Georges : ce n’est jamais facile de planter un client pour un freelance, mais disons que si ça arrive, les conséquences ne seront pas les même que pour une agence web.
    Par exemple, le freelance qui décide de reprendre une activité salariée (suite à une « belle opportunité ») et t’annonce désolé que les délais ne seront pas respectés…
    Au final, le client ne perd pas forcément de l’argent mais du temps. Et il a peu de moyen de pression.

  14. @huh : je pense que dans ton cas, il vaut peut être mieux tout simplement monter ta propre structure de développement, même temporaire.

    Si tu n’acceptes pas qu’une agence détaille avec toi le projet, échange avec son expérience et joue un rôle de conseil – ce qui est souvent intéressant – alors il te faut de simples exécutants. Je parle de réunion non facturées bien sûr, le contraire serait aberrant.

    Maintenant si tu es tombé sur de mauvaises agences, et bien ça arrive… La méthode de sélection n’est peut être pas bonne ? Le bouche à oreille reste une valeur sûre pour moi, le mieux étant de trouver des gens satisfaits de leurs prestataires.

  15. Un autre inconvénient du freelance, c’est qu’il n’offre pas les mêmes garanties qu’une entreprise, notamment en terme de maintenance sur le long terme.

  16. Ca, ça dépend de ce que vous convenez avec lui. Il n’y a pas forcément de problème… Je dirais même que c’est plus souple avec un freelance, les prestations des agences étant assez rigides sur ce point…

  17. Salut,
    Très bon article, un des meilleurs que j’ai lu sur le blog depuis quelques mois à mon sens car relativement recherché.
    En complément, j’ajouterais

    Les plantages : effectivement, le cas des « plantages » n’est pas suffisamment abordé, tout comme celui des compétences réelles (vendre ce qu’on sait fait Vs vendre ce qu’on devrait pouvoir faire, nuance) et celui du manque de professionnalisme.
    Je pense que ces notions intéressent beaucoup les (futurs) e-commerçants qui souhaitent faire un choix, et pas de bol, elles ne sont ni propres aux freelances ou aux agences mais bien à leur conception profonde de leur métier.
    Il y a des freelance qui peuvent « tout lâcher » en cours de projet (j’ai « repris » 2 projets comme ça) s’il se rendent compte ne pas avoir les compétences qu’ils pensaient développer (je pense principalement à l’aspect technique), ou encore terminer à la rache © (http://www.cafenware.com/la-rache/) le site en disant que « c’est fait, vous avez un site, suivant ».
    Coté agence, l’abandon de projet existe, mais se monnaie plus facilement devant un tribunal (mais cela peut être l’arrêt de mort du projet du client s’il n’a pas le budget pour relancer dans la foulée un autre travail avec un autre presta) qu’avec un freelance qui peut, c’est selon, n’avoir que son ordinateur à mettre en jeu.
    Par contre, une agence qui livre un projet « tada, voilà le site » « hein ? vous rigolez, qu’est-ce-que vous voulez que je vende avec cet escrément ? » « Sisi, c’est un site ecommerce, regardez la définition sur wikipedia, d’ailleurs nous avons rempli toutes les contrainte du cahier des charges, qui fait 3 pages » fin de l’histoire.
    Bref, on en revient à la question plus générale de choisir un prestataire dont le rapport qualité/prix soit fiable plus qu’à une notion de classe de projets.
    Toutes les agences ne sont pas bonnes, malgré les tarifs, tous les freelances ne sont pas fiables, malgré leurs références apparentes.

    Ensuite, dire que le freelance est un hommme ou une femme qui code en slip (vert ?) au levé le matin vu que son ordinateur est dans sa chambre et qu’il n’a donc pas bureau est tiré par les cheveux.
    Je suis freelance, je paie un bureau pour préserver mon cadre de vie personnel, et pire… j’ai des horaires.
    J’avoue même me raser de temps à autre et enfin, il est hors de question que je code en slip, même vert, le matin au levé (mais je l’ai déjà fait, plus jeune, c’est vrai)
    Donc ma railcard monte à cause de ces coûts, d’autant que je consacre une part importante de mon temps à la R&D (devinez… je bosse sur une solution e-commerce qui deviendra open-source, un jour peut-être) et que cela a un impact sur mon temps disponible et donc mon taux journalier : pas d’innovation sans investissement.

    Pour terminer, au niveau des tarifs que tu annonces, je suis étonné, je pense qu’il faudrait présenter des fourchettes.
    Une bonne agence de province à 400 E. jour ? Je n’en ai pas vue à ce jour (province toulousaine).
    J’ai vu des jours homme d’infographie à 400 E./jour, des jours homme d’intégration à 400 E./jour, mais couplé à des JH de gestion de projet, d’ingénierie senior/expert, de DA qui eux volent allègrement au dessus des 600.
    J’ai aussi vu des JH pas cher mais qui avaient une tendance à être plus nombreux que nécessaires.
    Donc attention à ce niveau.
    De toute manière, sur des budgets modestes bien qu’important pour des petites boites, le plus important me semble être la réussite et la mise en ligne du projet plus que nombre ou la valeur des JH.
    Si le projet sort, qu’il sort dans les temps et que le budget est contrôlé, c’est déjà une belle réussite pour le client, car je ne pense pas qu’à ce jour ce soit le cas de tous les clients.
    Sur ce, merci pour l’article
    Loïc

  18. Chouette article.
    Pour avoir quitter ma boite afin de me mettre freelance, je ne peux qu’inciter les TPE, PME ou créateurs à travailler avec un freelance.
    Si celui-ci à une connaissance assez globale sur le métier, c’est même lui qui peut engager le développeur freelance. 1 seul interlocuteur pour le client, qui est certain de travailler avec 2 personnes compétentes…

    Je suis justement entrain de travailler sur mon premier site e-commerce depuis mon passage en freelance. Quelle bonheur de pouvoir choisir la solution e-commerce adéquate et ne pas être obligé d’utiliser la solution interne à l’agence.

    Et puis dans une agence de 40 personnes, la qualité des employés varie… Travailler avec un bon indépendant c’est la certitude de connaitre le boulot et la qualité de la personne qui passera des soirées à mettre votre boutique en place 😉

  19. Je suis d’accord avec @benjamin. Au lieu de travailler avec plusieurs freelance, on peut ne travailler qu’avec 1 seul qui aura la tâche de chercher lui-même d’autres personnes et de la coordonner…
    Gage de qualité, d’efficacité et de responsabilité…

  20. Je connais pas mal de bons freelance, mais gérer une équipe, faire du suivi de projet, c’est un métier (celui du gars en collant verts). Donc la perle rare, c’est à dire le type qui maîtrise à bloc le référencement, l’ergonomie, le marketing, le design, la programmation, les serveurs, la gestion d’équipe, la relation client, qui le fait en français dans le texte, qui tient ses délais, qui sera fiable sur la durée et qui n’est pas super cher, moi j’appelle ça un fantasme…

  21. @Loïc >> tout à fait d’accord !!!
    Je dirais même qu’on peut être dirigeant d’agence et coder en slip (bon peut-être pas vert, n’exagérons pas)… alors les clichés, n’en abusons pas.

    Je pense que derrière tout ces commentaires, que l’on passe par un freelance, des freelances, ou par une agence, ce qui importe in fine, c’est le sérieux et les compétences du prestataire.

    On peut tomber sur un super freelance qui fera à lui seul le boulot d’une agence pour un prix intéressant.
    On peut tomber sur une agence qui n’essaye pas d’arnaquer le client, propose des prix justes et noue une vraie relation de partenariat avec le client.
    Et vice et versa.

    Si on part de l’hypothèse que l’on a affaire à une BONNE agence web et à un BON freelance, alors on peut relire l’article sereinement : )
    Les conclusions restent pertinentes.

  22. @francois pas besoin de tout connaître, juste d’avoir une bonne maîtrise de la gestion de projet et de sa partie. Pour le reste, il est certain qu’il faut avoir des contacts freelance de confiance et être sûr de leurs capacités…

  23. @CWM :
    oui, mais là on parle d’un consultant, pas d’un freelance (ou alors un consultant freelance). Ce que j’ai voulu exprimer, c’est qu’un graphiste freelance, ou un programmeur freelance (voir les billets humoristiques de ce blog), ça ne fera jamais l’affaire. Et si je te dis ça, c’est parce que des migrations de projets ratés par des freelance (et certaines sociétés dont je tairais le nom) et qui ont fini par coûté la peau des bonbons sans rapporter un radis, j’en vois passer des paquets 🙂

  24. Bonjour,
    Je suis avec attention votre blog que je trouve d’ailleurs très intéressant. Cet article ne déroge pas à la règle sur le contenue, sauf que je ne suis pas d’accord avec vous sur un tout petit point.

    les web agency qui sous-traitent en Roumanie ou en Afrique du nord ne sont pas forcement de mauvaises web agency. On peut très bien avoir une structure avec des chefs de projets, des graphistes des développeurs… et délocaliser certaines activités dans un autre pays, d’ailleurs la majorité des SSII actuellement le font. Certes, la gestion d’une équipe de ce genre nécessite plus de rigueur mais si on arrive à imposer des procédures je ne vois pas de problèmes.
    Il faut aussi ne pas se voiler la face, un développeur Tunisien (je prend cet exemple car je connais le marché) très bien qualifié touche au maximum l’équivalent de 800 Euro, alors qu’un développeur Français débutant commence à 1200 Euro, la différence est claire. Reste que certaine boites font un amalgame entre cout et qualité et engagent des techniciens à la pelles sans vraiment se soucier des compétence vue le prix de la main d’œuvre.
    J’ai moi même travaillé sur des projets très importants (je ne citerez pas de nom mais ce sont de de très gros sites qui font des millions d’euro de chiffre d’affaire) avec des équipes Tunisiennes, Françaises, Indiennes et Malgaches.
    Voilà c’était ma toute petite remarque, sur le reste rien à rajouter.

  25. Je suis d’accord avec vincent, mais surtout derrière tout ça DES ETRES HUMAINS!!! avec des compétents en agence, des compétents en freelance, des incompétents en agence, des incompétents en freelance.

    Il n’y a que le résultat qui compte, regardez les précédentes réalisations de l’agence ou du freelance avant de vous engager, ça donnera une idée du travail qui sera obtenu (bon vu que je suis sous-traitant pour une agence, on voit pas grand chose de ce que je fais ;-( )

  26. @ vincent : bien d’accord avec toi, trouver une bonne agence web quand on est une TPE/PME avec peu de budget est vrai challenge. Et je sais de quoi je parle car j’ai le cas de figure sur tous mes clients en ce moment. C’est pour cette raison que j’ai quasiment laissé tombé (sauf si le budget le permet) et que j’opte de plus en plus souvent pour une configuration CP freelance + Webdesigner freelance + Développeur freelance.

    Le cas de figure du freelance qui coule avec le projet de son client est aussi problématique que celui de l’agence qui coule. J’ai connu les 2, et j’ai beaucoup plus galéré à récupérer le site avec l’agence web qu’avec le freelance. Pour une raison simple : le projet chez l’agence était réparti entre plusieurs interlocuteurs qui avait chacun un bout du projet… bon courage pour rassembler les morceaux avec des gens qui n’en n’ont plus rien à foutre….
    Chez le freelance, il avait tout centralisé sur son ordinateur, et m’a fourni toutes les sources sur un CD en 2 heures.
    A méditer… 😉

  27. Bonjour Khaled,
    Merci d’évoquer le travail offshore qui est un principe que les métiers du web découvrent, il me semble, tardivement, si l’on compare avec d’autres secteurs de « l’informatique » qui y sont passé bien plus tôt.
    Moi je suis contre, totalement contre, et résolument contre, en tout cas sous les formes que j’ai vues appliquer jusque là.

    D’un côté, je comprends parfaitement les différents discours qui expliquent, promeuvent, justifient ou légitimisent selon les cas cette organisation de la production.
    Mais je ne les accepte pas, et je trouve que le seul intérêt réel du travail offshore est de permettre à l’agence qui en use de dégager des profits plus important que ses concurrents locaux, ce qui quand c’est mené sur des entreprises « d’envergure » veut dire plus de dividendes pour les actionnaires qui se moquent bien de connaître les impacts locaux et distants que peuvent entrainer ce genre de décision.

    Quand j’entends un pote DA dans une grosse agence parisienne me dire qu’ils sous-traitent à l’est l’infographie (lui crée les premières maquettes, définit les règles de la charte à respecter, et la production est délocalisée), j’ai les boules pour tous les infographistes qui n’auront pas la chance de bosser avec lui pour faire leurs premières armes dans le métier comme lui a pu le faire il y a 10 ans de ça avec un autre DA.

    Je reconnais un caractère positif à la délocalisation de la production : cela permet de faire monter en compétence des entreprises qui ne trouveraient peut-être pas de quoi – en terme de projets et de budgets, parfois d’exigences – progresser aussi rapidement s’ils ne traitaient essentiellement des projets locaux.

    Au final, c’est vraiment le caractère « pour faire une économie de tant d’euros » qui me pose problème : j’adore le modèle open-source si l’on prend l’exemple du développement qui permet de faire bosser sur un pied d’égalité des gens de tous pays avec un transfert de compétences permanent et une recherche de performance commune.

    Réduit à un simple argument financier, la délocalisation ne sert que les entrepreneurs et leurs actionnaires.
    Enfin, je n’ai pas parlé du client, le pauvret.
    Vous avez remarqué que les prix ne baissent pas ? quelque soit le sujet, ils montent, sans cesse.
    Un jour sera ou tout du moins pour les grosses agences qui en usent, les tarifs seront ceux que nous connaissons aujourd’hui, mais avec un « organigramme différent ».

    Bref, nous touchons à l’industrialisation des métiers du web, secteur qui a pour moi beaucoup à voir avec l’artisanat tant ses acteurs, même les plus insignifiants, se sont et se sentent engagés dans leur métier, un secteur ou l’industrie (logicielle) ne dicte justement pas tout et où les individu, professionnels ou utilisateurs, font avancer leur support commun.

    Enfin, je trouve que même s’il est une réalité qu’il ne faut sûrement pas nier, la spécialisation amenée par l’industrialisation et la délocalisation des activités de production ne sera pas profitable pour la plus grande majorité des clients qui n’ont rien demandé à ce niveau.
    Reste à voir dans quelles proportions cette évolution des métiers du web va se poursuivre.
    A ceux qui me diront que « Ce que client veut, Dieu le veut », je dirais non, simplement non.
    Mais ça n’engage que moi bien sûr.
    Loïc

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Offshore_developpement

  28. @Gaby @Huh.

    Très bien l’analogie de la maison, je suis en plein travaux justement (agrandissement cuisine) et peux vous en parler avec désespoir… L’archi était gravement à côté de la plaque et j’ai pris un maitre d’oeuvre qui a bien les mains dans le cambouis pour tout gérer. Ca va mieux depuis…

    Pour revenir au web, mon propos n’est pas de conseiller au client de gérer lui même la conception de son site et les freelances pour économiser de l’argent, houlala surtout pas malheureux !!!! Nous sommes bien d’accord sur le potentiel de la catastrophe finale !! 🙂

    Je conseille clairement dans ce cas de figure de prendre un consultant / chef de projet (et prêche donc pour la paroisse des les consultants) pour piloter le projet. Je le dis à la fin de l’article.

    Bien sûr, comme l’illustre très bien Huh avec son exemple de l’architecte, se pose alors la question de la compétence du consultant. Et là (comme vous peut-être ?), j’hallucine de voir des gars qui après 1 ou 2 ans en agence web comme premier job se prétendent Consultant ou Expert en gestion de projet, en conception de site, en référencement, en webmarketing, ou en Community Management… A partir de combien d’années de travail dans un domaine peut-on se prétendre expert ? Perso, j’en ai 10 au compteur et plus d’une centaine de sites à mon actif… Pas toujours des réussites, mais j’apprends de mes erreurs. Ce n’est pas ce qu’on appelle l’expérience par hasard ?

  29. @Loic. Je te rejoints à 100% sur ton discours sur le offshore. Je n’ai aucun exemple autours de moi de projet « offshore » qui s’est bien terminée. Je ne suis pas contre cette pratique qui parfois reste la seule solution pour que certains projet voient le jour, mais ce que je trouve insupportable, c’est les agences qui cachent à leur client ce « détail » dans leur prestation. A part marger comme des malades sur le dos du freelance offshore, quelle autre motivation possible ?

  30. @Ludovic :
    Euh… participer à l’aide au développement de pays qui en ont vraiment besoin ?
    C’est systématiquement quelque chose qui est présenté comme tel par certains margoulins qui nous contactent régulièrement.

  31. @françois : lol . L’exemple de Khaled est intéressant, et montre une chose. Le Offshore qui fonctionne est réservé à des clients qui ont les moyens de mettre en place une véritable équipe pour manager les gars à distance. Mais le e-commerçant ou l’agence lambda… franchement, hein…

    Sinon, rien à voir, j’ai un client qui s’intéresse à Rentashop, mais gros challenge sur la personnalisation des templates, pour un budget serré. Tu relèves le challenge ? 😉

  32. Chouette article.
    Il peut être aussi intéressant de travailler avec des freelances qui ont déjà l’habitude de bosser ensemble et sont complémentaires (demandez les contacts de vos prestas!).
    Moi j’aime bien bosser avec des gens que je connais, je sais qu’ils font du bon boulot et qu’ils comprendront bien le mien sans le dénaturer.

    > « Je ne parle pas de celles qui ne sont que des structures commerciales pour vendre des sites internet à la chaine, sous-traités en Roumanie ou en Afrique du nord… »

    Parce que tu crois vraiment que les agences que tu cites ne sous-traitent pas leur boulot ? TOUTES les grosses agences pour lesquelles j’ai bossé font de l’offshore.

    > « le freelance est à 300€/jour. »

    Je rejoins ceux qui ont critiqué ce chiffre, ça me paraît plutôt dans la fourchette basse, surtout pour un freelance à la fois designer/intégrateur/développeur/plombier/chauffagiste…

  33. @Ludovic :
    Je dirais que le off shore est réservé à des agences qui veulent avant tout faire du C.A. à court terme sans se préoccuper de l’avenir, si tu vois ou je veux en venir… parce que je te laisse imaginer le boxon le jour ou le client veut une petite refonte : rhan… c’est reparti pour un tour, on pète tout et on reprend le boulot des tunisiens pour le faire refaire par des Thaïlandais, vu qu’entre temps on a changé de prestataire off shore histoire de gagner 2% de marge 😉

    Pour le challenge, c’est notre quotidien, comme dirait notre nouvelle ergo/graphiste : « le possible est déjà fait, l’impossible est en cours, pour les miracles prévoir un délai »… on peut prendre, tout dépend de ce qu’on entend par « budget serré » (on paye les charges sociales en France, nous, Môssieur !) 🙂

    On en parle quand tu veux, bonne fin de journée (il fait un carton, ton billet)

  34. @STPo t’as oublié dans ta liste qu’on fait même les petits dépannage, mise à jour des ordinateurs pour qu’ils ne visualisent plus avec ie6, paramétrage des mails, ajout de barrette de ram, on est presque assimilé aux services à la personne 🙂

  35. @STPo : je sais très bien que toutes les grosses agences le fond à une échelle plus ou moins importante, mais quand c’est tout le modèle économique de l’agence qui repose sur ce principe, ce n’est pas comparable de mon point de vue.

    Il semblerait que j’ai un peu trop tapé dans le bas de la fourchette pour le prix moyen d’un bon freelance. Ou alors, j’ai trouvé de perles, mais je ne m’en rendais pas compte ! Merde, je vais me le prendre dans la tête au prochain coup de fil… je ne vous remercie pas les gars :-)))
    Bon OK.. on peut monter à 400-500 euros/jour, ça les vaut largement pour un très bon freelance 😉

  36. @laurent JEAN >> tu oublies le petit café crème avec carré de chocolat sur le bord de la coupelle, oui monsieur c’est du vrai chocolat, et même du commercer équitable…

    En parlant de commerce équitable… A quand le développement équitable ?

    Bon, plus sérieusement, sur le dev OffShore, je pense qu’il faut distinguer plusieurs choses :
    – les grosses agences qui ont une équipe complète à l’étranger avec manager, chef(s) de projet et développeurs : ne nous voilons pas la face, c’est la même problématique que les délocalisations industrielles, avec leur lot d’avantages, d’inconvénients, de dommages collatéraux et de misère sociale
    – les agences qui passent systématiquement par de l’OffShore sans forcément assumer cela auprès de leur client : je pense que leur but est avant tout de générer du bénéfice. Les projets complexes ne les intéressent pas. Garder un client non plus, car il faut que le projet soit standardisé, rapidement plié, rapidement payé. Pouah !
    – les prestas (agences, créateurs, freelance) qui ont besoin à un instant T d’une production rapide sur un point de la chaîne (mais pas tout le projet) sans forcément se ruiner. Ça peut venir de plusieurs choses : maladie qui réduit la productivité (le freelance qui se casse la main droite doit se pendre ?), petite entreprise qui grossit mais ne peut pas encore embaucher quelqu’un, etc…

    Vous l’aurez compris, je fais partie du troisième cas. Tant que le recours à l’offshore donne une certaine souplesse sans pour autant se systématiser, tant que cela est fait en totale transparence avec le client, tant que ce n’est pas un moyen pour réaliser un bénéfice personnel sans cohérence à long terme… pourquoi pas ?

    Je suis curieux de lire ce que vous en pensez : )

  37. L’article tout comme les commentaires sont très intéressants à lire.
    Maintenant, permettez-moi de rebondir sur un point. Vous pouvez tout à fait conjuguer les avantages d’un freelance et celle d’une agence pour peu que vous ne tapiez pas automatiquement dans une grosse agence.

    Vous trouverez beaucoup de petites structures qui de part leur taille sont toutes aussi réactives et proches du client qu’un freeLance. Outre cet avantage vous n’avez pas à redouter que contrairement à un freelance elle vous lâche du jour au lendemain pour cause de reconversion par exemple.
    Vous m’objecterez qu’une agence peut tout aussi mettre la clé sous la porte, mais là je vous répondrai qu’il est assez facile d’évaluer à travers ses différents bilans sa solidité financière ainsi que sa pérennité. Pour le reste n’oublions pas ses clients et ses réalisations. La démarche la plus sure reste toujours le recueil des témoignages.
    Une agence ayant pignon sur rue sera facile à évaluer.

    Quant au tarif me direz-vous et bien je pense que le fait de pouvoir travailler en dématérialisé, permet tout à fait de faire appel à des agences de province pratiquant des tarifs tout à fait abordables sans pour autant pratiquer de l’offshore ou exploiter de pauvres petits stagiaires.

    L’inconvénient majeur est qu’il faut effectivement trouver la perle rare. Car comme un freelance, ce type de structure fonctionne sur le principe du bouche à oreille. L’autre inconvénient est que ces agences ne peuvent traiter un volume important de projets simultanés (pour peu qu’elles répondent aux critères énoncés) et que le délai de fait peut être long. Quant aux horaires …, leur problématique est très identique à celle d’un Freelance : la satisfaction client avec la garantie d’un bon témoignage vaut toutes les pubs !

    Pour vous en convaincre sans faire pour autant de la pub je vais vous citer quelques éléments ayant la chance de travailler dans l’une des ces p’tites agence « provinciale »
    a- Tous nos clients sont des TPE/PME
    b- Le budget moyen pour la création seule d’un site d’e-commerce courant se situe entre 7 500 et 10 000 € HT
    c- Pour la qualité je vous laisse juger d’après un exemple http://www.delices-viandes.com/

  38. je crois qu’il n’y a même pas de débat possible… Confier son site e-commerce à un free-lance, c’est du suicide ! Un projet e-commerce nécessite de verrouiller avec son partenaire une collaboration sur du très long terme.
    Par contre, entre agence web et agence 100% e-commerce, je vous laisse deviner ce qui est le plus efficace !

  39. @Doudou >> tout dépend de la taille du site non ?

    Vendre les patates de son jardin ne représente peut-être pas les mêmes enjeux qu’un catalogue de 12 000 produits bio livrables en 48h dans toute la France…

    Comparaison futile (je ne partage pas les patates de mon jardin, non mais !) mais utile pour mettre en relief les nuances justifiant un tel débat. A mon sens bien sûr : )

  40. Pour la première version de http://www.noeuf.fr nous disposions de 12 000 €. Puis nous avons fait évoluer cette base au fur et à mesure des idées et des besoins…
    Dés le départ, nous avions choisi Magento dans l’optique de pouvoir faire évoluer la boutique simplement.
    D’ailleurs, nous travaillons déjà sur la prochaine version qui attaque le marché international.
    Pour tout ça, nous avons bossé avec d’excellents experts chez http://www.cocommerce.com

  41. @Doudou : merci pour l’info. Donc si tu relis bien l’article sur la partie budget, tu fais partie des heureux e-commerçants qui ont un budget suffisant pour envisager de faire appel a une agence web et espérer une prestation complète, en toute tranquilité. A ta place, j’aurai peut-être fait le même choix.

    Mais la question et le débat se pose quand on a moins de 10 000 euros… et qui représente le cas de figure de la majorité des e-commerçants qui souhaitent se lancer.

  42. Oops désolé, j’ai lu un peu vite qu’il s’agissait d’une discussion sur le choix entre free et agence pour faire son site e-commerce…

    Par contre, je ne veux décourager personne, mais il ne faut pas se voiler la face, avec 10000 € en budget total, il est quasiment impossible d’émerger sur la plupart des marchés.
    Le ticket d’entrée est maintenant très élevé car la concurrence est rude !

    Bon courage,

  43. et alors pourquoi ce serait du suicide si c’est un freelance qui le fait ?

    http://www.artfloorshop.com

    je crois que mon client n’est pas au bord du suicide, et on est largement en dessous de 5000 € (mais ça c’est parcque je n’ai pas la notion des prix 🙂 )

    Comme je dis, tout dépends des personnes qui sont en face

  44. @Laurent
    Bon Ok, j’y suis allé un peu fort, je te l’accorde !
    Mon point de vue c’est que tu lances un site e-commerce pour les 5 ou 10 prochaines années de ta vie professionnelles. Ça laisse donc au freelance bcp d’occasions de te planter avec ton site.
    Je pense que la relation avec une entreprise dotée d’une équipe présente plus de garanties de pérennité de la relation.
    Bien entendu, je ne parle là que la de la partie Dev / admin, et pas des prestations one-shot type web design ou rédaction…

  45. Bonjour à tous,
    et merci Ludovic pour cet excellent billet. Pour revenir sur les développements off-shore, je suis à 100% d’accord avec françois : « bonjour le boxon pour modifier la petite icône en haut à droite… » ! sans parler de l’évolution du site, ne serait-ce que pour les mises à jour en rapport avec les textes de loi. Pour ce qui est du reste, bien sûr il faut fuir les agences que je qualifierais de « Bling-bling » (bien que ce ne soit plus à la mode dans les hautes sphères) qui traquent la marge supplémentaire.
    Et là question : comment aider le chef d’entreprise, le novice, qui se lance dans l’aventure et se retrouve avec 10 devis, qui vont de 400 euros à 15000 ? Ok il peut se renseigner auprès des autres clients. Mais il a un métier, ce monsieur. Il n’y connait rien. Il n’a pas le temps. il préfère réparer la fuite d’eau avec une magnifique soudure bien fignolée, ou cuire ses confitures en touillant amoureusement avec sa cuillère en bois…
    Moi je rêve pour eux (je les ai chaque jour au téléphone) d’un site qui répertorie toutes les solutions, les agences, les prestataires, tout, qui donne les prix, les conditions de développement, les limites et les tests. Où chacun pourrait donner son avis, sans que ce soit les concurrents « masqués » qui viennent donner de fausses infos pour descendre le concurrent. Et qu’on ai les noms de ceux qui profitent du système pour s’en mettre plein les fouilles en exploitant dans d’autres pays, ou ici.
    Je sais, je vis dans le monde des bisounours. Si quelqu’un a une idée, je prends.

  46. pour le choix entre agence et free lance a mon avis il y a 3 critères essentiels :
    – typologie du client (pret a faire le CP, connaissances du boulot….)
    – typologie du projet (ba oui, s’il y a 500 jours hommes, c’est pas pareil qu’un thême OSCOmmerce)
    – temporalité (disponibilité, durée de presta).

    Petite anecdote corolaire sur les SSII :

    Tiens, y a quelques années j’était dans une SSII. A l’époque il y avait un concept qui tournait : le near shore.

    En gros ce sont des boites parisiennes qui créent des plateaux de dev chez les pécores. L’argument de l’époque c’était que paris c’etait hyper trop cher, qu’a l’etranger ils comprennent rien, alors qu’un type qui habite a poitier est payé pas cher et qu’il capte les us et coutumes des SSII…

  47. @doudou Faut arrêter de croire que les freelances ne suivent pas leurs clients. Comme je dis ça dépends des personnes (j’ai un statut entreprise mais je suis tout seul dedans, et je travaille avec une agence, mais je me considère comme freelance).

    Je suis soumis aux même obligations envers l’agence qui me missionne, qu’elle ne l’est envers ses clients, c’est.

    Quelle est la différence si on fait appel directement à moi et que je délègue la partie graphique, ou si c’est l’agence qui me missionne pour m’occuper de l’intégration ? aucune

    En plus la plupart d’entre nous travaillons sur des solutions open source (magento et joomla pour ma part).

    Il y a une base commune, et n’importe quel développeur, intégrateur, designer, ont cette base commune qui fait que n’importe qui peut repasser derrière. (et la plupart d’entre nous participons à faire évoluer la communauté)

    Lorqu’on monte un site, on espère aussi que le client sera content et qu’il voudra faire des mises à jour, ça nous assure aussi un peu de taf.

    @mary une idée à creuser

  48. @Mary : j’ai aussi rêvé de cet annuaire qui remettrai un peu d’ordre dans la jungle des prestataires web, mais ca me semble culturellement impossible… 🙁
    Si un développeur se sent l’âme d’un justicier et qu’il a du temps à passer pour développer cet annuaire… qu’il me contacte !

  49. @Marie:
    Pour balancer les méchants, je te conseille ce morceau de bravoure du civisme : http://delation-gouv.fr mais c’est pas bien de dénoncer

    Je comprends bien la position du client dans le domaine, c’est un peu comme les offres des banques ou de la téléphonie, c’est pour ça que de faire appel à un consultant pour commencer, c’est pas la mauvaise idée : il sera en mesure de calibrer le projet et de trouver les bons profils : freelance, petite ou grosse agence, et si il est bien tordu : méchante SSII super square.

    @Laurent Jean :
    Aucun doute qu’un freelance puisse suivre le projet pour peu qu’il ait des compétences très large, là n’est pas le problème, le problème c’est le long terme et une agence de une personne, ben ça s’appelle un freelance

    @Jesaisplusquimaisc’estpasgrave:
    Oui, faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, faire appel à du offshore pour un projet bien spécifique qui ne pourrait être géré par une petite équipe sauf à recruter du neuf, ça peut se comprendre… j’y ai déjà réfléchi pour une usine à gaz hors e-commerce et nous tenons à nous focaliser sur cette spécialité

  50. @mary l’idée est intéressant de recenser les professionnels voir de créer un label. Se pose après la problématique de la partialité des informations et quel institution ou regroupement gérerait ce portail.

    Juste une remarque en aparté, un chef d’entreprise ou tout client lambda même s’il ne connait rien n’a rien (ce qui en soit est normal vu que c’est pas son boulot) est tout de même dans la possibilité d’évaluer un jugement, une expérience et encore plus la stabilité et sérieux de son potentiel prestataire.

    un e-commerce c’est pas une aventure qu’on décide sur un coup de tête, une lubie (bien sur je n’évoque pas les doux rêveur qui on rêvait d’un site, ebay l’a fait !).
    On recherche un accompagnement de pro et sur la durée.
    C’est un engagement, et à tout du moins peut-on une fois un premier panel effectué, prendre ce temps.

  51. @Ludovic : pour l’annuaire, c’est un projet qu’on aimerait faire chez Capitaine Commerce. Le problème, c’est qu’on a pas le temps.

  52. @ Ludovic :Rêveurs de tous horizons, unissons-nous.. ;o) Perso j’ai commencé un document regroupant tout ça, mais je n’ai pas encore trouvé de fournisseurs d’armes automatiques pour défendre ma tête si je le diffuse.
    Je suis une faible femme, susceptible qui plus est d’être taxée de partie pris. Eh oui, j’aime, chose aggravante, mon travail dans une petite entreprise bretonne qui regroupe techniciens et graphistes dans un bureau vue sur mer et, payant des taxes foncières honteusement basses par rapport aux agences parisiennes, propose des tarifs bien trop bas pour être honnêtes (dixit des concurrents).
    @François : c’est justement le souci : dans la jungle du e-business, à méchant méchant et demi. Je découvre les coups bas et la mauvaise foi. La délation c’est justement ce que je refuse.
    @Jerome : tout à fait d’accord, et beaucoup m’appellent en me disant « on a fait le tour de x solutions, on vous a finalement choisi ». Mais ça n’est pas la majorité des cas. Beaucoup préfèrent faire des confitures plutôt que de pêcher des infos.

  53. Rahhh capitaine, je pensais justement à vous dans le rôle du pourfendeur, impartial et techniquement au top…

  54. @Tous…
    Il me semble qu’on est sur un consensus : dans ce milieu, il y a de l’abus, du tout et du n’importe quoi, et quand on est un minimum responsable et qu’on aime son boulot, c’est clair qu’il y a des trucs qui ne « passent pas ». Maintenant voilà, le mec qui sort ce site, d’une part, effectivement il faut qu’il ait du temps à y consacrer, et budget pour son service de sécurité, parce que ça ferait beaucoup de dégâts. Personnellement j’ai ma liste aussi, mais bon… je pense que le milieu est arrivé à maturité et que dans les prochaines années le ménage va se faire de lui même… enfin j’espère

  55. Bon je promet rien, mais je vais essayer de m’y coller pour l’annuaire. (la partie technique hein ?)

    Annuaire des prestataires avec possibilité de vote.

  56. @laurent JEAN : enfin un volontaire !! Merci ! Avant de commencer quoique ce soit, ça serai bien qu’on en parle avec ceux que ça intéresse, non ?

    PS : dis mois, la fille qui nous accueille sur le site de ton agence, elle n’est pas un peu dépressive, voire tendance suicidaire ??? 😉

  57. @ludovic Bon bé ça commence par le remplissage d’un cahier des charges 🙂

    Sisi en plus c’est une gothique :

    bon pour parler de mon site, c’est vrai que je fais exactement ce qu’il ne faut pas faire 🙂 il a 2 ans et je l’ai pas trop mis à jour, je vais la virer et engager celle de chez artfloor 🙂

    le principe du chausseur mal chaussé

  58. Salut à tous, j’ai capitulé sur la lecture de tous les commentaires, mais j’aimerais apporter ma toute petite pierre à l’édifice.

    Une agence peut être bien, un freelance aussi, et rien à voire avec la taille du projet, mais simplement de savoir comment on veut le gérer. ainsi, si on veut s’impliquer personnellement sur le projet je conseil le freelance. Si on veut de la sécurité sans jamais s’engager personnellement, c’est l’agence, au risque de ne pas avoir le résultat escompté, car hors contrat.

    Je suis devenu freelance, pour gagner en indépendance et m’investir dans des projets qui m’intéressent et non pas faire du volume juste pour couvrir mes frais. Donc lorsque je prend u site de eCommerce, j’essaye de le suivre durant sa vie, et même intervenir à l’oeil en remarquant une aberration, même si on ne travail plus ensemble. Je deviendrais surement pas riche, mais je crois que je ne participerai pas à la vision capitaliste et mercantile du net. Tout n’est pas gratuit, mais tout n’est pas payant non plus.

    Je m’égare, mais je trouve ce débat assez éculé, et surtout sans réponse, car si les 2 existent c’est qu’il y a un marché pour chacun et je laisse volontiers les clients qui ne jurent que par les agences.

  59. @Tanguy:
    C’est étonnant ce que tu dis… la taille est importante, faut pas croire… blague à part un très gros projet réalisé par un freelance, ça n’est pas possible ; d’ailleurs pourquoi le premier titre de ta homepage est il « agence de communication », si ce n’est pour rassurer tes clients ?
    Et mettre en rapport le « e-commerce » et « l’aspect mercantile du net » est un peu étrange, puisque par définition l’aspect mercantile du net, c’est le e-commerce. La première chose que je dis à un client, dans notre agence, c’est justement que notre concept est de le faire participer, pour qu’il s’investisse, pour qu’il devienne un webmarchand, car sans implication je ne vois pas comment il pourrait rentabiliser son investissement : s’il ne le fait pas, ce sont ses bénéfices qui vont être engloutis par « l’agence ». Une agence spécialisée dans le e-commerce, c’est justement une agence qui, comme toi, note les petites pétouilles tout au long de la vie du site : ça n’est pas totalement innocent, c’est à la fois une manière de pérenniser le business de son client, histoire qu’il soit encore là l’année prochaine, et une manière de vendre des prestations dans l’intérêt commun, c’est mercantile et ça ne l’est pas, puisque ça va dans le sens de l’intérêt commun.
    Finalement tu es un freelance qui agi comme une agence, nous, nous sommes une agence avec un esprit de freelance… si tu veux mon avis, l’idéal est quelque part entre les deux… ça te fait une réponse 🙂

  60. #François, Merci de cette analyse, et là tu mets le doigt sur la cohérence du commentaire à 23h.

    Concernant mon site, il faut que je le refasse, car mon activité ses bien recentrée et définie depuis la création de ce site il y a 2 ans.

    Je crois tout à fait que la perfection sur le traitement d’un projet de ecommerce doit avant tout faire comprendre au client (le propriétaire du site) que le freelance ou l’agence ne vont pas tout faire à sa place, ainsi je me retrouve souvent avec des gens voulant tout donner à une agence sans en devoir payer le coût. Vision féérique du business où l’on fait travailler beaucoup de monde et où l’on gagne beaucoup d’argent, cela existe mais je ne suis pas sûr que le eCommerce en fasse vraiment partie.

  61. Je viens de recevoir cet email … qui m’a fait cette blaque ??? C’est pas beau de se moquer ! (bordel, j’espère VRAIMENT que c’est une blaque….)

    de YYYYYYY
    à contact@ludovicpassamonti.com
    date 27 mars 2010 09:07
    objet Demande de devis.

    Bonjour,

    Je suis en projet de créer une entreprise de vente informatique sur internet en prestashop.

    Je souhaiterai un devis pour la création d’un thème unique et captivant.

    Si vous pouvez prendre comme exemple la présentation materiel.net, ou si vous avez des exemples de présentations uniques.

    Je dispose d’un budget de 100 à 200€

    Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas à me contacter.

    Cordialement,

    David

  62. @Ludovic,

    Je trouve que c’est une vrai perle, tu devrais l’encadrer dans ton bureau à côté de celui que tu as eu sur codeur ou le client demande la création d’un site comme ebay pour un budget de 500€ 😉

    Je ne dit rien, mais j’ai lancé un site dédié à mes prestation avec prestashop et il y a des template pour moins de 100€, mais on est loin, mais alors très loin de ce que fait materiel.net (que j’adore pour leur facilité d’achat). Il faut pas réver non plus.

  63. @Tanguy : avec des messages comme ça, j’ai envie de chopper le mec et de lui mettre un électrochoc dans la tête pour le ramener sur terre…

    Je t’envoi son email et je te propose de le contacter alors ? lol

  64. @ludovic il a du se dire que tu devais être encore moins cher que codeur. D’un autre coté pour ce prix tu peux faire un thème ultraminimaliste en désactivant tout les css, l’internaute sera captivé par l’attente qu’il se passe quelque chose et il sera bien évidemment unique tel le monochrome de whiteman. Délai de livraison moins de 10 minutes

  65. @Ludovic :
    Ca ressemble à une de mes sales blagues, mais promis c’est pas moi

    @Tanguy :
    Je lie ce que tu dis à ce que dit Laurent Jean : 3 balles de budget pour une usine à gaz avec un cahier des charges de 100 pages… tout ça repose sur le fait que du côté « grand public », les gens n’ont aucune, mais alors aucune idée de ce que sont nos métiers. Il faut aussi faire attention aux termes utilisés : lorsqu’on parle d’intégration, par exemple, certains pensent « intégration du contenu texte + images »… et quand tu dis si on doit créer tout le contenu, ça peut monter à XXX €, ils font des bons, tu leur dit « faites le vous même, on vous fourni les outils et l’assistance », là tu entends « j’en ai pour des mois ! »… oui, et c’est pour ça que si on vous le fait, ça vous coûte un bras, parce qu’on a beau être des pros, ça nous prendrait des semaines. Bref, on fait des métiers pointus, mine de rien, et ça les gens n’en ont pas toujours conscience, d’où l’idée qu’avant tout il faut bien définir les prestations, les offres, être pédagogue… mais ça aussi, ça prend du temps.

  66. Il y a sinon une 3 eme possibilité! Que la tpe, pme fasse son site soit même. D’ailleurs vous avez évoqué quelque de chose de très intéressant dans votre article.. vous avez parlé de cms..Vous avez dis, que l’un des 2 peut très bien sortir avec un cms et des template ..parfaitement et en plus il peut personnalisé.

    Pour faire un site internet il faut prendre un peu de temps. Il est important qu’un chef d’entreprise comprenne un mininum et surtout puisse vérifié le travail.. Beaucoup de prestataire freelance ou agence web font un travail baclé . Faudrai dire la vérité sur ce biz ! Bcp de site fait par ses gens revendu a prix d’or ne demande que quelques euros
    De plus les codes d’accès mot de passe etc si vous ne regardez pas un peu vous allez vous faire avoir, voir même espionner par l’agence ou freelance !

    Alors oui en le faisant avec les cms vous ne coderez pas mais le risque ne sera pas plus q’avec une boutique toute prete tel que oscommerce presta etc.

    Voici la 3eme solution faire un site pro pour quelques euros..

    il vous faut un nom de domaine. cela coute 6 euros ttc.
    Allez autant faire de la pub pour un hebergeur Ov*
    cela vous coutera un peu moins de 100 euros par an .

    dans votre pack vous avez droit a un nom de domaine. un cms déja installé. Ne reste plus qu’a faire votre boutique..

    Besoin d’un désign perso? des themes sont en nombre sur le web et sinon cela vous coutera 20 a 50 euros fait par un freelance..

    besoin d’intégrer un module technique? la encore soit vous trouverez le script sur le web soit payer qui reviendra entre 20 et 50 euros..

    resultat pour 100 euros par an on a une boutique pro ..tout compris

    a votre avis combien est vendu ce genre de prestation par la fameuse webgency et le freelance?

    dans les 2 cas ils vont vous endormir, vous faire croire qu’il faut du temps, que ca ne se fait pas comme ça, vont vous parler de truc technique ( souvenez vous du garagiste qui au lieu d’appeler une bougie par son nom va l’appeler d’un nom hyper technique lol ) ..l’agence va vous présenter plein de gens.( dont bcp ne servent a rien lol ) Alors il y a le fameux DA ( en gros lui cest le tchacheur mr qui vous vends du reve et qui a lu les mr bluff d’internet mais qui est incapable de faire quoique ce soit ..)après vous avez la personne technique, programmeur, codeur, lui le mec en général il parle pas trop, c’est un renfermé d’ou pourquoi le DA est la. En faite lui il applique la même chose a tout les clients et le DA transmet au client qu’il a eu quelque chose d’unique !

    Le cout de l’agence va tourner entre 2000 a 6000 euros ( voir plus ) pour une simple boutique de TPE et pme moins de 30 salarié.. plus de 50 salairié la son prix va augmenter ( ben oui son plus vous avez de salarié plus la webagency pensent que vous avez du fric …

    Le freelance..alors la vous avez un choix énorme et vous tombez sur tout et n’importe quoi..
    il y la webmaster qui dit qu’il faut tout lui meme de a à Z .. bon ben celui la fuyez le !

    j’ai remarqué que perso un programmeur, developpeur, codeur etc sait faire des sites ok mais franchement ils sont d’un hideux totale.. pour eux ce qui compte c’est le coter technique ..et la encore bizarement il y a des choses suprenante ! même des ingénieurs informatique n’arrive meme pas a faire des sites qu’un autodidacte arrive.. waou c’est flippant

    pour le coter graphisme la si vous rencontrez le webdesigner prenez unjour ou vous avez du temps et de l’aspirine.. le mec ou elle cest un artiste .. il ou elle parle blablalblabla certe fait semblant de vous écouter regarde comment vous etes habillé si vous portez du bleu et du rouge il va vous dire style de rien , je verrai bien la charte graphique faite de rouge haut ( comme votre pull ) et de bleu en bas ( comme votre jean ) ..et la vous , vous vous ermerveillez disant waouu oui jaime bien ..

    3 heures après ou il vous aurez bien pris la tête vous vous rendrez compte que l’entretien aurai pu durer 10 minutes ..

    vous avez droit aussi au webmaster qui se dit webmaster car il a fait un site soit avec un petit log trouvé sur le web ( genre mapageperso ou bien cappela voir nvu euh quoique non trop pro pourl ui ) ou pire même il se dit webmaster car il a fait un blog sur sky ( si si je vous assure il y en a sans pitié lol )

    vous avez le webmaster qui dit moi je te fais tout ( avec un certain accent ..) et donc le site est fait ..comme un certain dicton ..

    le prix ? alors le freelance ça va de 30 euros pour le webmaster genre qui le fait avec un petit log tel que netlor etc ( log que lon trouve gratuit ou payant ) d’ailleurs celui la est incapable de faire avec un cms ..

    ensuite pour 100 euros celui avec le cms ( attention tout les prix ne comprennentp as lhebergement auquel le freelance rajoute apres ( vous dis ça c’est a vous de payez .. ou bien dans certain cas il est capable de vous mettre sur free voir multimaina avec del a pub..

    ensuite vous avez le freelance avec une formation lui ca commence a 400 euros et ça va jusqua 5000..voir certain délirent totalement si si je vous assure certain n’hesite pas a vous présentez un devis pour une simple boutique de commerce avec un prix entre 3000 à 20 000 euros !! ( oui oui 20 000 euros mdr
    le cout de reviens je vous rappelle sera de 100 euros a l »année votre boutique ..

  67. @thinka : Tu fais quoi dans la vie ????

    Ta vision du milieu est plus que pessimiste et totalement éperonnée.

    Même si il est vrais que certains abus existe, je ne crois pas que tout le monde soit pourris, pas plus que dans un autre milieu.

    Après tu as oublié le principale, le temps. Car à preuve du contraire je prend le premier péquin et je le met devant l’ordinateur en lui disant fait un site internet professionnel avec blog et boutique intégré et faisant du commerce à l’international, je ne suis pas sûr qu’il y arrive rapidement, car à preuve du contraire tu as obligatoirement un délais d’apprentissage pour toute solution, qu’elle soit comme tu les appelles, CMS ou non. Donc ce temps d’apprentissage à un coût, plus ou moins important en fonction des gens.

    Donc dans une prestation qu’elle soit informatique, ou non, tu paye aussi le savoir de ton interlocuteur et si tu ne veux pas tu peux toujours apprendre comme un grand personne en empêche les gens de le faire.

    Mais bon, savoir écrire pour le web cela s’apprend, savoir optimiser une image aussi, savoir faire de la mise en page aussi, comme référencer un site ou tout activité. Mais quelque soit le choix d’une agence, d’un freelance ou de plusieurs ou encore de le faire soit même, tout cela aura un coût.

    Mais tu dois surement vivre dans un monde ou l’on acquière le savoir gratuitement et sans effort. Perso je crois que j’y passe 50% de mon temps de travail, cela s’appel de la veille et les gens me payent pour le faire à leur place car ils ont souvent autre chose à faire, par exemple rester aussi au top dans leur métier.

  68. @thinka comme le dit une fameuse pub, c’est pas parcque c’est déja fait qu’il ne faut rien faire. Et ce n’est pas parcque tu utilises un CMS qu’il ne faut pas faire un design personnalisé, un travail sur le contenu, sur les images, l’ergonomie, le référencement, ça prends du temps.

    On est tous d’accord pour dire qu’une entreprise peut très bien se dépatouiller toute seule et pour virtuellement zero euros !! l’hébergement ça peut être zero, en passant par free.
    Utilisation d’un CMS, c’est gratuit, se former tout seul, c’est gratuit, et même se faire référencer c’est gratuit.

    Prend l’exemple des maisons en kit, on te pose la structure et tu t’occupe de l’intérieur, on te file la notice de montage, et tout le matos.

    A part le coût « apparemment » intéressant, crois tu que les gens ont monté aussi vite leur intérieur que si c’était un pro qui l’avait fait ? est-ce que le résultat obtenu est conforme au règles de l’art ? Combien de soirée et de we à ne faire que ça ont-ils passé, en combien d’années ?

    Après quel est le temps que tu vas mettre à monter en compétences par rapport à quelqu’un du métier ? Pendant ce temps tu crois pas que tu serais plus efficace à faire ce que tu fais le mieux ? Prendre une société pour le faire, c’est un transfert de charge souvent moins couteux pour l’entreprise, on va te donner un condensé en te fournissant l’essentiel. Combien te coûterait un poste salarié par rapport à une prestation pour faire le même job (ou même en occupation de ton temps que tu prends sur ton activité) ?

    Après on est d’accord aussi, il y a des rigolos, les beaux frères, les amis qu’ont un fils étudiant.

    Pour l’hébergement, ça aussi c’est un métier différent, c’est comme si t’avais une caisse de ferrari et que tu mettais un moteur de 2CV, qui va vouloir monter dedans ? donc l’hébergement ça a un coût aussi.

    Au fait j’ai un accent marseillais et des origines asiatiques !

  69. @Thinka :
    Ton message est désopilant… c’est un florilège de perles de haut vol digne d’un best of du bêtisier du e-commerce. Je n’ai qu’un conseil à te donner : vas-y, fonce, bille en tête, et reviens nous faire un topo sur ton positionnement sur les moteurs de recherche, ton taux de conversion et la rentabilité de ton bricolage et on en reparlera.

    Comme le dit fort justement Laurent, ça pourra te servir à te faire une expérience et dans quelques années tu auras appris et tu pourra sans doute construire un site qui tient la route. Tu me fais penser au mec qui regarde un Picasso et qui dit « ma petite soeur peut faire pareil »… tes concurrents ont de beaux jours devant eux.

  70. Article intéressant toutefois vous indiquez que pour une agence « tenant la route » il faut compter un mini de 10 000 € pour un site e-commerce (je suis assez d’accord avec vous).

    Il faudrait toutefois afin que l’analyse soit pertinente indiquer un montant pour un site e-commerce réalisé par un freelance…

  71. @thinka : je rejoins ce que disent @laurent Jean, @françois et @Tanguy. Tu ne dois probablement pas avoir une grande expérience de la création de site e-commerce ou même vitrine pour avoir une vision aussi fausse et amateur de ce métier.

    Je te mets au challenge de nous citer une seule entreprise qui a réussi à créer un site d’e-commerce pour 100 euros et qui réussi à vendre des produits avec. Peut-être peux tu nous montrer tes références dans ce domaine ? 😉

  72. @john_b : il n’y a pas de montant minimum pour faire un site d’e-commerce avec un freelance. Leur travail a fondamentalement la même valeur que celui d’une agence. Un freelance a juste une « configuration » plus souple pour offrir des prestations moins chères avec des avantages et inconvénient différents de celui d’une agence.

  73. Je viens de lire la suite des commentaires, et je tenais à remercier chaleureusement @thinka pour la bonne tranche de rigolade qu’elle m’a offert !!
    Évidemment je rejoins les autres commentaires… c’est une vision incomplète et simplifiée à l’extrême d’un sujet qui est complexe – preuve en est les différents avis exprimés sur cette page.

    Je pense que si l’internaute lambda pouvait aussi facilement faire lui-même rapidement un site e-commerce beau, ergonomique, pratique, et par dessus le marché qui fonctionne… Ca se saurait (et nombre d’entre ceux qui commentent ce sujet n’aurait pas de boulot !)

  74. Vincent…oui ça se sait.. mais l’internaute lambda et d’ailleurs le voila le mot lambda.. va sur internet pour être passif et non actif .. ils ne se donnent pas la peine de quoique ce soit … d’ou le succès de facebook qui donne a ce genre d’internaute un tout compris facile sans rien a chercher a faire.
    maintenant pour les autres oui ils peuvent faire un très joli site pro sans connaissance technique, sans trop moyen financier ..sauf que il faut chercher se démener etc ..et la cest une autre histoire.. un peu comme lhistoire de la tv .. ilsp réfèrent rester sur leur canapé a regarder qu’a faire

  75. Bonjour,

    Déja je crois que vous faites tous une confusion. Entre faire un site e-commerce et le suivi du site.
    Je maintiens que pour faire le site cela revient a 100 euros ( hebergement+ nom de domaine exemple ovh ou amen ou autres..)
    Tout est déja installé donc même le lambda peut se le faire lui même. S’il veut personnalité il peut trouver par le web pour 20 euros une charte perso, module etc..

    @ tanguy… je suis d’accord avec toi qu’il faut du temps encore que .. tout dépend di site e-commerce que l’on veut faire ..une TPE voir PME en 1 WE le site est fait. D’ailleurs que ce soit une agence web, freelance , ou fait par lui meme vous ny verrez rien qui différencie en ce qui concerne un site tpe pme ..
    tu dis que je paye le savoir de mon interlocuteur.. oui et non, c’est surtout payer comme je disais un interlocuteur qui fait style de savoir.. oui lui il fait ce que c’est un cms , connait les log pour créer un e-commerce, il sait ce que c’est un domaine, hebergement etc… mais est ce que cela mérite d’être payer ? n’est pas charlatant?
    que vont ils faire l’agence et le free? sans doute le faire avec une solution e-commerce gratos donc..encore si cette solition était écrite par eux .ce qui n’est pas le cas..

    @ laurent Jean , je suis globalement d’accord avec toi. en disant 100 euros c’est parce que l’on parle d’entreprise ( maintenant c’est vrai qu’une entreprise de 1 ou 2nqui ne fait pas du net n’a pas besoin d’un vrai hebergeur mais comme on parlait de e-commerce.

    maintenant tout dépend de la personne, vous allez l’air tous d’avoir oublier une chose, l’auto didacte.. certain sont au dessus des fameux école d’ingénieur d’ailleurs si cela était si performant il y aurai plus de milliardaire dans le monde de ces gens non?

    maintenant pour le temps on est d’accord mais comme je disais en 2 heures un e-commerce est en ligne
    si on est pas regardant sur le style et désign
    maintenant sur le web ya des sites moche, amateur etc et qui pourtant marche très bien..
    et d’autres qui ont dépensé plusieurs centaines xe milliers d’euros 100 000 etc plus meme et qui font un flop alors oui ils ont beau , un sacré désign, les soit disante dernier techno , un web 2.0 voir le 3.0 allez le 4.0 ..et qui ..et qui pourtant ne décollle pas lol

    Maintenant tous vous vous trompez sur une chose faire le site et le suivi !

    après il faut un webmaster..là c’est une question d’organisation de tpe pme ..soit le boss lui meme , soit il met quelqu’un .. maintenant rien n’empeche si c’est un webmaster de peaufiner le projet de base.. donc la pour revenir au sujet freelance qui dit programmeur, désigner ou agence web, aucun des 2 le webmaster s’aura faire certe pas aussi pointu et avec de la débrouille sans doute mais lui connait tout ca.

    @ françois… tu confonds tout. référencement? c’est un autre sujet on parle de faire un site commerce ici non? maintenant pour le référencement certes on peut le faire en manuel mais cela prends du temps et faut connaitre qq ti truc ..maintenant l’agence ou le freelance revendront plus cher les googles ad etc exemple au lieu de 75 euros l’agence fera par 2 .. sympa hein? ce qui est désopilant c’est de faire croire que l’agence ou le freelance il ny a qu’eux qui peuvent le faire.. ce qui n’est pas le cas puisque n’importe qui peut le faire ( je ne parlep as de programme, codeur pointu etc on parle de faire un site e-commerce ok?( tpe pme )

    Ludovic, sur le web il y a des sites réalisaient avec les solutions que j’ai dis ( d’ailleurs je n’ai pas parlé des USA mais aux USA bcp d’entrepreneur se font eux même leur site par go daddy ou autre qui offre une solution clé en main et peut personnalisé.. et ses sites sont parfaitement rentable..

    Ludovic par contre ton article est vaste. Tu t’adresses a qui? aux sté qui veulent faire du e-commerce QUE sur le web , un nouveau biz pour eux etc ? ou bien déja la sté existante ?

    la sté existante dans le reel internet est un + certe mais ce n’estpas une fin ..donc elle veut quelque chose de sympa et peut meme comme je le dis se le faire elle meme et ca vaut pas 10 000 euros..

    pourle genre de sté qui ne veut faire que du e-commerce soit ce sont des gens qui sont déja la dedans soit ce sont des gens qui viennent d’un autre commerce ( exemple jeannerie etc )

    Mais bon de toute façon la vrai question c’est qu’en faite sté ou pas certain préferons déléguer et ne mettrons jamais la bonne volonté pour essayer de comprendre un peu , donc il y aura toujours des vendeurs de site a 10 000 euros ..

    maintenant soyons sérieux entre nous 10 000 euros mdr pour faire un site e-commerce..

    alors TOUS allez y dites moi donc pour 10 000 euros ce que cela comprends vraiment .
    D’abord je voudrai savoir pour 10 000 euros le coté technique obligatoire ok? je suis le seul dans mon post a avoir énuméré un hebergeur, un nom de domaine, ( voir on peut rajouter référencement maisce netait pas le sujet je crois car c’était le départ n’est ce pas? )

    bizarrement personne n’a vraiment détaillé .

    Vous me parlez et vendez du vent comme je le disais.
    vous me parlez de DA .. ben oui c’est plus un vendeur de vent ..

    allez 10 000 c’est ça en faite
    le nom de domaine et hebergement cout pour l’agence? soit rien du tout car ils ont des partenariart soit ils prendront sans dire au client un lien trafic qui remboursera .. donc zero en faite ..bon on va dire qu’ils ont pas été douté je reprends mes 100 euros donc …

    ensuite? il y a quoi a payé?

    allez on va dire que le client veut un super désign? quil nest pas content des templates et autre du web et qu’il naime pas essayer de faire lui meme..
    combien le cout? moi j’estime pour qq d’honnete entre 50 et 400 euros ..ok?

    ensuite le client veut un programmeur .. ok sil veut .. allez soyons fou on va dire 1000 euros pour le programmeur ( je sais pas ce qu’il va programmer de plus mais bon..
    donc totale 2000 euros (estimation largement au dessus mais ca va faire plaisir ici hein?)

    donc l’agence web a 10 000 euros …
    8000 euros c’est quoi?

    bon faut pas se leurrer les 8000 euros supplémentaire c’est pour les branleu* de l’agence qui raconte de belles histoire et le boss qui est parti avec la secretaire en rendez vous resto .

  76. Je pense que thinka ne paye pas encore de charges. 10 000 € si il faut payer un chef de projet, un développeur et un graphiste; à la fin il ne reste pas grand chose et il faudra vendre plus d’un site e-commerce pour payer tout ça et avoir du bon boulot

    Quand au freelance, c’est comme pour tout il y en a des bons qui savent s’entourer et des moins bons.

  77. Je suis affligé, après la difficile lecture du dernier post de Thinka qui ne dois pas être français ou ne doit pas être bien vieux, mais bon passons sur ce point qui n’est autre qu’un détail fasse aux âneries énoncées.
    Je ne comprends pas que l’on puisse ignorer autant de chose et le mettre par écrit.Je voulais encore mettre des arguments mais j’ai vraiment la flemme d’intervenir car j’ai du boulot.

  78. Bonjour,
    Thinka à mon avis tu oublies beaucoup de paramètres dans ton argumentation et je rejoins Ludovic : es-tu en mesure de nous présenter des sites qui permettent de confirmer ton argumentaire quelque peu…. ? Thinka tu n’as jamais fait de web ou tu le découvres aujourd’hui. Alors bienvenue parmi nous, mais tu vas vite te rendre compte que ce que tu viens d’écrire est très loin de la réalité.

    Sinon je rejoins Ludovic, sur le coût des développeurs free. 400 €/j ça me parait beaucoup. Moi même freelance avec 6 ans d’expérience dans le e-commerce je ne peux pas me permettre de pratiquer ces prix, car on trouve quand même des agences web à 450 €/j, en revanche avec 300 €/j en free on se rapproche plus de la réalité du marché freelance.

    Bref, tout ça pour dire très bon article et commentaires.

Comments are closed.

Ludovic Passamonti - Conseil e-commerce

Article de : Ludovic Passamonti - Conseil e-commerce

Ludovic Passamonti est Consultant e-commerce freelance. Il partage ses conseils issus de 13 ans d'expérience dans la conception de site web et les stratégies de développement sur internet sur son blog e-commerce Ludovicpassamonti.com et sur Twitter @LudoPassamonti.