N’attendez pas l’ouverture de votre site pour en parler à Google

Aujourd’hui, c’est un billet du great Ludovic Passamonti (peut-être futur Favori de la FEVAD) que je vous propose. Ludovic nous explique tout le potentiel des pages de site en construction.

Les futurs créateurs de site e-commerce qui me lisent vont se dire : « Mais de quoi il parle ? Comment je peux référencer mon site alors que je ne l’ai pas ! ».

Et bien si ! Justement !

Il y a une chose qui m’étonne toujours dans les projets internet ou e-commerce, c’est la frilosité des entreprises et surtout des entrepreneurs à faire la promotion de leur site tant qu’il n’est pas en ligne.

Par « promotion », je pense particulièrement à 2 choses :

1. En parler activement autour de soi. Bien que la nouvelle génération des entrepreneurs du web a bien compris le pouvoir du « buzz » sur la réussite d’un projet naissant, les autres cultivent encore le secret autour de leur « concept révolutionnaire » par peur de laisser filtrer trop d’information à la concurrence (mais quelle concurrence ? Puisque c’est un truc révolutionnaire….), de peur de se faire doubler, de peur d’être déceptif le moment venu (ça, je peux déjà mieux le comprendre), et pleins d’autres raisons plus ou moins justifiées.

2. L’autre point important, sujet principal de cet article, c’est la préparation du terrain pour le référencement naturel. Comment ? En réservant et en activant le nom de domaine le plus tôt possible, renvoyant sur une belle page d’attente. Même si surtout si votre site ne sort que dans 6 mois.

Pourquoi la page d’attente est importante ?

Quand je parle de page d’attente, je suis sûr que vous avez tous en tête la mythique page blanche « Site en construction » avec le gif animé du p’tit gars de chantier qui creuse son trou à la pelle 😉

Séquence « nostalgie » :

en_construction_09.gif

gif_anime_site_en_construction_11.gif

Maintenant on fait beaucoup mieux dans le style graphique :

Mais ce n’est pas encore là où je veux en venir.

En fait, je vous parle d’écrire du contenu pour Google. C’est lui le mieux placé pour vous aider à bien démarrer si vous savez bien lui parler. Si vous prévenez Google du lancement de votre site au dernier moment, Google prendra son temps pour vous envoyer vos premiers clients.

En effet, le travail de référencement d’un nouveau site met des mois avant de produire ses premiers résultats significatifs (je parle d’être en 1ère page sur des expressions avec un bon potentiel de trafic). Surtout si vous êtes dans un domaine concurrentiel, il est dommage d’attendre le dernier moment pour s’y mettre, alors que vous aviez eu tout le temps pour préparer le terrain.

Mais aussi parce que cette page vous permet d’amorcer une communication avec les visiteurs qui tomberaient par hasard sur votre site. Elle vous offre une opportunité de « vendre » votre idée, jusqu’au jour où vous serez prêt.

Que mettre dans la page d’attente de votre site ?

Votre mission est de donner du grain à moudre à Google, et à vos premiers visiteurs pour qu’ils ne soient pas trop déçus.

  • La base : faire une page techniquement optimisée avec des balises Title, Description, et Keywords bien renseignées.
  • Votre logo si vous l’avez déjà, avec votre slogan.
  • Un texte de présentation de votre site qui tient sur plus de 3 lignes. Expliquez ce que pourront trouver les visiteurs qui reviendront. Ne soyez pas narratif. Soyez vendeur ! Parlez d’avantages et de bénéfices. Vos produits sont exceptionnels, sont uniques, sont de très bonne qualité, sont écologiques, sont pas chers ? Écrivez-le.
  • Un compte à rebours dynamique si l’échéance de l’ouverture n’est pas trop lointaine.
  • Ajoutez un champs d’inscription pour être informé par email de l’ouverture du site, et drainer tout de suite du trafic.
  • Éventuellement, proposez déjà une offre pour récompenser les futurs premiers clients, et pour inciter à l’inscription à votre newsletter.
  • Si votre projet concerne un domaine où vous êtes très impliqué, un domaine assez communautaire (un sport, une activité créative, une passion) ne vous privez pas d’afficher votre page Facebook créée pour l’occasion, et incitez à devenir fan.
  • Idem si vous avez déjà un compte Twitter personnel. Construisez une communauté qui adhère à votre projet dès maintenant. Le jour où vous serez prêt, vous trouverez peut-être parmi ces personnes vos meilleurs ambassadeurs.

Ce qui peut donner ça :

page-attente-ecommerce.jpg

Vous voyez, ce n’est pas compliqué de prendre un peu d’avance 😉

Mais pour en prendre encore plus, il y a une autre astuce… à découvrir dans le prochain article. ll y a un indice dans le wireframe ci-dessus.

44 commentaires

  1. De mon expérience, j’ajoute que la présence du compteur est importante car une page d’attente statique, qui reste longtemps en place présente plusieurs inconvénients.
    Elle décoit les internautes qui risquent de ne pas revenir sur le site si ils se sont déja fait « piéger » plusieurs fois par la page d’attente.
    De même coté SEO, il faut mettre en place une mécanique d’indexation pour la mise en ligne du site afin « d’oublier » le plus rapidement possible la page d’attente.

  2. L’astuce serait-elle le blog ? 🙂
    En tous cas, aux Etats-Unis c’est une technique très développée le blog afin de drainer du trafic. J’ai pu découvrir durant un stage que la plupart des entreprises IT ont un blog intégré directement à leur site et elles y mettent des actus régulièrement contenant les mots-clés qu’il faut, en rapport avec leur métier 🙂

  3. @Chafik @Lapinlove404 : l’astuce ne sera pas restée longtemps secrète ! 🙂

    Oui, c’est bien du blog dont je vais parler dans le prochain article avec le témoignage de 2 e-commerçants pour illustrer le propos.
    Chacun a lancé son blog avant de lancer son site, et le retour d’expérience est très intéressant.

  4. Le blog et en particulier la plateforme wordpress ont la particularité d’être très vite indexés par google et permettent de se positionner assez facilement et rapidement sur des requêtes de type longue traine (l’idée un peu paradoxale étant de développer une longue traine avant de se consacrer aux requêtes principales).

    C’est ce que j’essaye de faire pour mon futur projet POKAPOK.NET en utilisant le concept de devblog.

    J’explique un peu la démarche ici : http://devblog.pokapok.net/2010/10/16/pourquoi-un-devblog/

  5. Effectivement, parler du concept et du site a de nombreux avantages :
    > Une base de donnée de mail de potentiels clients
    > Un trafic déjà en progression
    > Un SEO qui prend de l’avance avec la longue traîne
    Mais aussi :
    > Des propositions de partenariat ( partenariat sous forme d’échange de liens, mais aussi article de promotion, et pourquoi pas, partenaire économique )
    > Des partages d’idées ( les visiteurs comme les ecommercant sont souvent enclins à proposer leurs idées et à développer des critiques pré-ouverture )
    > Un test du marché ( rien qu’avec le blog, on peut déjà savoir approximativement quels seront les produits phares etc.. )

    Concrètement, le blog de SexyFood ( http://blog.sexyfood.fr ), en à peine un mois, à permis de recueillir 120 visites quotidiennes ( de 7min en moyenne ), d’avoir 100 fans sur FB et TW en constante augmentation, de créer une base de futur clients de 65 mails, de prévoir de nouveaux produits et quelques modifications du site avant l’ouverture, et enfin, 8 personnes ont d’ores et déjà proposé de parler de la boutique lorsqu’elle ouvrira ses portes.

    C’est enfin un bonne façon d’ancrer un projet dans la réalité.

  6. Slt David,

    mais… mais… ARRETE CA TOUT DE SUITE !!! J’aurai plus rien à dire dans le prochain article si tu commences à tout raconter ! 🙂

    Sérieusement, merci pour ton témoignage qui va bien dans le sens de ce que je souhaite démontrer.
    J’espère que ton rétablissement se passe bien.

    A tous les autres lecteurs, allez jeter un oeil au site de David http://www.sexyfood.fr, vous allez adorer ce qui va bientôt débarquer dans vos assiettes… 😉

  7. Merci pour ce joli article très intéressant. J’avoue ne pas l’avoir fait quand j’aurais dû le faire. Mais je le ferai pour le prochain site (j’y avais déjà pensé mais j’aurais probablement manqué quelques éléments, cette liste m’est donc très utile).
    Juste un problème sur Sexy food… Pourquoi toutes les descriptions de produits ne veulent rien dire ?

  8. Très bonne article, merci pour l’information !
    Par contre, pourquoi lancer un site comme Sexyfood avec du texte de substitution au grand publique ?
    Je suis d’accord que ça permet de se référencer sur google, mais la notoriété du site en prend un coup, ça fait pas sérieux…

  9. Le point que vous soulevez dans cet article est effectivement très important pour avoir la meilleure position possible sur les SERP.

  10. @Ludo :
    Merci ! 😉

    @Julien S :
    Tu fais référence aux fiches produits en latin ? Si c’est le cas, le texte ne sert en aucun cas au référencement, juste à tester l’intégration du design et les diverses fonctionnalités de la boutique. En outre, les fiches produits définitives ne devraient pas tarder à être en ligne, et en attendant, le trafic sur la boutique est minime ( le travail se fait particulièrement sur le blog ). Enfin, les visiteurs peuvent tout de même avoir une idée générale du type de produit grâce aux photos.

  11. Olivier Andrieu préconisait cela il y a 2 ou 3 ans…. faire une page d accueil provisoire riche en contenu et en y incluant déjà l univers sémantique qui va bien…le facteur temps dans le référencement est si important pourquoi se priver ….

  12. Pas mal, je mais ça sur mon Facebook et sur un site pratique pour diffuser les informations (Digg France), si ça peut servir à d’autres c’est cool, car votre page a l’air mal référencée quand même, le lien que j’ai mis c’est http://www.digg-france.com

  13. Depuis des années, je bloquais l’accès du site en développement avec un htaccess.

    Finalement, il est dans notre intérêt de présenter judicieusement la prochaine mise en ligne d’un site afin de susciter la curiosité.

    Vraiment très intéressante comme astuce.

  14. Le risque avec le compte a rebours c’est de ne pas pouvoir avoir le site pret pour le mettre en ligne le jour j. Je prefere mettre une période moins précise afin d’eviter le probleme (ex : ouverture juin 2011). En effet il arrive tres souvent que techniquement le site soit prêt mais pas les contenus.

  15. Très bon article, j’ai mis en pratique ces conseils pour mon site http://www.avenuedeladeco.com de e-commerce.
    Le site est en ligne avec les images des produits mais ils sont « hors stock ».
    J’ai ajouté un pop-up informant que le site ouvrira fin septembre. Manque plus qu’à permettre aux visiteurs d’être prévenu par mail.

    1. Le principe du blog permet de donner une idée au client potentiel… Je me permet de répondre au commentaire de Potiocom car je serais à la recherche d’impression sur toile pour un projet assez consequent en region lyonnaise …
      Merci de me tenir informer !

  16. Ah Capitaine Commerce et ses fidèles acolytes!
    Que ferait-on sans eux?
    Sans déconner, j’en ai eu vu des blogs et lu des articles, mais je ne me souviens d’avoir vu de contenu aussi indigent que celui présenté plus haut.
    Et dire que ces personnes prétendent être des professionnels du web…

    1. Merci Paul, pour cette remarque constructive ! Continuez à nous lire et je suis certain que vous aurez encore plein d’occasion de cracher votre bile contre les pseudo professionnels que nous sommes. Quelle est votre spécialité, au juste, pour vous permettre de porter de tels jugements ?

Répondre à DavidN Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Ludovic Passamonti - Conseil e-commerce

Article de : Ludovic Passamonti - Conseil e-commerce

Ludovic Passamonti est Consultant e-commerce freelance. Il partage ses conseils issus de 13 ans d'expérience dans la conception de site web et les stratégies de développement sur internet sur son blog e-commerce Ludovicpassamonti.com et sur Twitter @LudoPassamonti.