Le site du jour : maisonmartinmargiela.com

Lorsque vous allez arriver sur Maison Martin Margiela, vous allez vous dire pendant les premières secondes : « Oulà, le Capitaine nous donne des sites qui marchent pas bien… », mais après, vous allez penser que le concept est génial. Le site est spécialisée dans la mode plutôt haute couture.

En page d’accueil, on peut retrouver plusieurs fonctionnalités comme l’histoire de la marque, les détaillants ou les dernières nouvelles tendances. On peut même consulter les archives des collections précédentes pour les nostalgiques.

Il y a bien sûr la fameuse e-boutique, vendant des vêtements et autres accessoires de mode. Plutôt réussie lorsque l’on garde une telle charte graphique tout le long de la visite. Les articles sont certes chers mais d’une très grande qualité. De plus, la marque propose une gamme de collections toutes aussi originales les unes que les autres.

Page d'accueil de Maison Martin MargielaVous souhaitez paraître dans la rubrique du site du jour? N’hésitez pas à nous contacter via le formulaire.

13 commentaires

  1. Je trouve l’idée du site très bonne mais pas du tout adaptée aux produits. Ce serait un site qui vendrait des trucs pour les geek, ou mieux, des consoles type NEs, etc. ça irait bien.

    Pour ces produits, on s’attend plus à un site classe et sobre…

  2. Pas mal comme intro :
    « Bienvenue sur le site de la Maison Martin Margiela ce site n’est PAS en construction »

    Je suis plutôt d’accord avec Flo, quant au décalage entre le site et sa cible

  3. La navigation est intuitive pour quelqu’un de 50 ans et plus mais pour leur cible féminine, CSP+ entre 30 et 45 ans, addict à la Pomme… là je vois pas l’intérêt…

    Sans parler du son forcé, des références Apaches and co… ils sont complètement à côté de la plaque !

  4. C’est moche. Très moche.
    J’y réponds dans mon billet de blog : http://philrod.typepad.fr/buzzila/2011/06/site-web-du-jour-maison-martin-margiela-la-vanit%C3%A9-peut-tuer.html

    Un créateur doit nous convaincre qu’il produit du beau. En montrant du « moche » issu de la culture pratique et inélégante de l’informatique, MMM veut montrer que l’on peut être au-dessus des codes « classiques », mais patatra. Ce qui pêche dans l’exécution c’est le côté lourdingue. Le clin d’œil un peu appuyé. « Vous avez compris ? On a fait exprès ? C’est moche hein ? C’est fait exprès ! On est fort non ? »
    Si encore on y trouvait une pointe de nostalgie, un côté un peu vintage des années geeks du début de la micro-informatique, ou bien l’ambiance des terminaux des premiers systèmes unix, ou bien au telnet des débuts de l’internet… mais non pour le « sens » : c’est vide, c’est vain. Difficile d’être plus over-codé que ce site, un challenge d’être aussi lourd dans l’application d’un concept qui s’appuie sur des codes visuellement pauvres.

  5. Une boutique en totale adéquation avec les créations qu’elle propose : c’est l’idée, le concept qui prime, tout comme dans les collections de vêtements (on aime ou on aime pas !). Malgré ce concept poussé à l’extrême, la navigation reste facile, voire ludique, tout est bien pensé et maitrisé, sans dévier du concept de départ, même à la mise au panier… un beau challenge.
    Un concept branché/décalé/avant-garde à l’image du créateur Martin Margiela, pour un site un peu surréaliste (normal, on est en Belgique), très snob. Normal qu’il irrite et déconcerte.

    Merci Cap’tain de nous faire découvrir cette belle pépite, radicalement différente !

    Ps : j’ai regardé (jusqu’au bout) la vidéo du défilé dans collections/femmes : ça ne rigole pas ! Finalement, le site est bien moins austère et radical que la collection.

  6. Je tiens à bien faire comprendre que les sites du jour sont sélectionnés hors toute critique ergonomique ou efficacité commerciale. Ce sont des coups de coeurs, soit pour leurs produits, soit pour leur design, soit pour leur originalité.
    Oui, le site Maisonmartinmargiela.com est totalement provoc’ et c’est ça qui fait en fait son intérêt. De là à faire des ventes, c’est vrai qu’au delà du cercle des afficionados de la marque, il aura sans doute du mal à séduire et à convertir.
    Le ecommerce est une longue route 🙂

  7. A 200 € le legging transparent ou 700 € la moitié de veste, je ne suis pas sur qu’il s’agisse réellement de convaincre de nouveaux clients avec ce site mais plutôt de prolonger sur le net l’image de marque du créateur.
    Effectivement le concept n’est pas adapté aux produits mais reflète l’interprétation par le designer des codes du créateur de mode, ce qui n’empêche sans doute pas le site de vendre auprès de la clientèle déjà conquise.

  8. Difficile de savoir quoi penser…
    C’est nul ? Bah oui c’est nul.
    Des sites comme ca j’en croise quand je veux avec mes vhosts sans page html, juste ouverts avec les fichiers dont j’ai besoin…
    J’me dirais bien « hooo, c’est toujours pratique la visionneuse sur le coté ! » et c’est là que je comprends qu’il y a quelqu’un qui n’a rien trouvé de mieux à faire que de reproduire en html une arbo non html…
    Il avait du temps à perdre le gars quand même…
    Et là la colère commence à monter. On présente un truc pareil comme étant une boutique ? Le mec qui avait du temps à perdre a été racké pour ca ? J’espère qu’on l’a payé pour la technique, pas pour le design !
    Ben en fait j’suis sûr que si -_- »
    C’est de la haute couture, faut bien qu’il y ai un parti pris derrière ce design !
    C’est quoi dans le cas présent ? L’aspect décharné ? Un « retour aux sources » ? La négation du web(design) ?
    Après tout, le web c’est ca à la base, rien de plus ! Serait-on en train de nous faire comprendre que le graphisme n’est pas le web ? Qu’essayer d’en faire quelque chose de beau ne sert à rien ? Qu’au final ce n’est rien d’autre que des fichiers que l’on met à disposition, à la vue des autres et que faire un design « beau » n’est rien d’autre que masquer la réalité du web ?
    Je veux bien une explication parce que pour moi, le message qui passe c’est le mépris de MMM pour ce qu’on appelle le webdesign, voir même le mépris du web dans son ensemble.
    Le web n’est qu’un outil. Le web n’est pas la réalité. Le web n’est pas physique. Vous n’avez pas à vous y sentir à l’aise. La réalité ce sont les produits affichés. Vous voulez les voir ? Vous pouvez les visionner grâce à un outil très pratique. N’empêche, ca ne vaudra jamais le showroom, seul véritable endroit où nous mettons nos produits en valeur (et encore, je parierais pas !).

    Bref, c’est trop profond pour moi, je dois être con, et MMM le sait. M’en fous, je dois pas être le seul, au moins je m’ennuierais pas 😉

    1. Un créateur de mode semblable à aucun autre, qui joue avec les codes de l’habillement, avec originalité et décalage. Par exemple, la griffe Martin Margiella se limite aux 4 points de coutures qui habituellement fixent une grosse griffe avec le nom écrit gros. Lui, il n’y a que les 4 points blancs, rien au milieu.

      Un site web semblable à aucun autre, qui joue avec les codes de l’informatique, avec originalité et décalage.

      Non, ce n’est pas pour tout le monde. Oui, on peut le percevoir comme un certain mépris pour ce qui est « normal ».
      Non, ce n’est pas pensé pour être simple et accessible à tous, ni respecter les bonnes pratiques dictées par l’usage général.
      Non, ce n’est pas un site pensé d’abord pour son aspect commercial.
      Oui, ça a certainement coûté beaucoup plus cher qu’un site normal.

      C’est superbe.
      C’est parfaitement adapté à l’image de la marque.
      C’est techniquement assez réussi malgré la difficulté de la charte.
      C’est inimitable. Et rien que pour réussir à être inimitable sur Internet, ça mérite un coup de chapeau !

      Bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Article de : Jeremy

Passé par Infocom à Bordeaux et Web éditorial à Poitiers, Jérémy a assisté le Cap'tain et est aujourd'hui consultant webanalytics pour AT Internet. Il garde un grand intérêt sur le e-commerce et ses tendances. Son twitter @JeremyCastan