Magento contre Prestashop : un faux débat ?

En ce jour de Bargento, auquel je n’ai malheureusement pas pu me rendre, la question que se pose encore beaucoup d’entrepreneurs au sujet de leur solution ecommerce est : « Vaut-il mieux prendre un Magento ou Prestashop ? ». Ce à quoi, il est impossible de répondre si l’on a pas fait un benchmark complet des deux solutions.

Malgré tout, je penche à croire que cette question n’est pas vraiment la première à se poser lorsqu’on veut se lancer dans l’aventure du ecommerce.

Site ecommerce ou pas site ecommerce ?

Eh oui ! Au risque de vous étonner, il n’est pas nécessaire d’invertir dans un site ecommerce pour faire du ecommerce. Prendre plusieurs mois de retard sur son business plan pour construire un site n’est peut-être pas la meilleure solution pour réussir.

Avez-vous pensé aux solutions hébergées ? Elles ont l’avantage d’être rapides à mettre en place et d’être très peu onéreuses. Elles suffisent à remplir le service minimum (et même maximum) pour la plupart des ecommerçants.

Avez-vous pensé aux places de marché ? Les places de marchés sont bien à la mode depuis quelques temps. Outre les incontournables Ebay, Price Minister Pximania ou Amazon, elles sont de plus en plus nombreuses et permettent de bénéficier rapidement d’un bon trafic. Gros avantage : elles permettent de tester son offre en temps réel. Et avec un logiciels de gestion de flux comme Lengow, il est relativement facile de gérer son offre sur toutes les plateformes.

Internalisation ou externalisation ?

Si malgré tout, vous choisissez quand même de faire votre site. L’autre question que vous devrez vous poser est : ai-je les capacités en interne à maintenir et faire évoluer mon site ? Si vous êtes un développeur émérite, pourquoi pas ? Et dès lors, vous devrez effectivement faire le choix de prendre une solution ecommerce. Dès lors, je trouve qu’il n’y a pas débat. Si vous êtes seul, ou si vous n’envisagez pas de créer une multinationale, Prestashop s’impose. Plus simple, moins onéreux, comme l’a démontré Ludovic Passamonti. Il est la bête de somme idéal pour travailler de chez vous et faire de la vente à distance.

Si vous êtes une PME plus importante avec quelques ressources internes, la question peut également se poser. Dès lors que choisir, sachant que les deux solutions sont en PHP et tournent sur MySQL ? Dans ce cas, cela dépendra certainement des préférences et des goûts des développeurs. Mais, là encore, Magento se distinguera sûrement par un coût en hérbergement plus onéreux et des temps de développements plus longs.

Si vous décidez d’externaliser, alors il vous faudra passer par l’incontournable agence ou indépendant.

Comment choisir son agence ?

Evidemment, on rentre là dans des débats complexes. Choisir une agence, ce n’est pas comme choisir des tomates à l’étal du fruits et légumes d’à côté. Cela demande un peu plus de temps et de jugeote. Voici quelques questions que vous pourriez intelligemment vous poser :

  • Cette agence travaille-t-elle avec des sociétés comparables à la votre (CA, type d’offre, nombre de personnes, etc.) ? Ne risquez pas de travailler avec une trop grosse agence sous peine de n’être qu’un « petit » client négligeable. Ne travaillez pas avec une agence qui vous aura fait une super offre, mais visiblement n’est pas dimensionnée pour le genre de projet que vous voulez lui faire faire
  • Cette agence a-t-elle une bonne expérience du ecommerce (on va dire au moins une dizaine de projets) ?
  • Cette agence a-t-elle une certaine longévité ? Qu’en disent ses clients ? Est-elle suffisamment staffée ?
  • Utilise-t-elle une solution courante sur le marché ? Et si non, quels sont les chances pour qu’une autre agence soit capable de reprendre sa solution ?

Ces questions éclipseront d’elles mêmes le choix de Prestashop ou Magento, car les agences auront déjà fait leur choix pour vous. Si vous considérez qu’elles répondent parfaitement à votre cahier des charges alors vous pensez qu’elle sera la bonne. Les écarts de prix ne devraient plus être trop grand à ce niveau là.

PS : pour ce qui est du débat Freelance ou agence, reportez-vous encore au blog de Ludovic Passamonti

Faites un cahier des charges !

On pourrait encore se poser beaucoup d’autres questions avant de choisir. Mais pour bien choisir, l’important est aussi de bien définir son besoin à travers d’un cahier des charges qui définira les grands traits de votre site :

  • Combien avez-vous de produits ?
  • Quel sera votre trafic la première année, la deuxième année, etc ?
  • De quelles fonctionnalités aurez vous vraiment besoin ? (ne tombez pas dans le syndrome du « je veux toutes les fonctionnalités »)
  • Combien comptez-vous dépenser en maintenance par an dans votre site ?
  • Quels connecteurs faudra-t-il développer ?
  • De quels moyens de paiement avez-vous besoin ?
  • Quels moyens de livraison ?
  • Etc.

Si vous en avez les moyens, dans de nombreux cas, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un consultant. Le métier est encore suffisamment nouveau pour qu’il vaille le coup d’investir dans un bon accompagnement qui vous évitera très certainement les pires déboires.

17 commentaires

  1. Hello Olivier

    Ben donc c’est pas un faux débat 😉

    pour ceux qui n’ont pas de sous, il vaut mieux faire « au moins cher ».

    Mais pour les plus gros sites, le débat est bien là, et la question n’est pas si simple que ça 😉

    François

  2. je remarque que tu emploies beaucoup « dès lors »
    est ce parce que tu vas soutenir Martine Aubry ou bien parce que tu essayes de faire passer le message subliminal qu’avec tes bons conseils on peut gagner de l’or ? ;-D

  3. Bonjour Olivier,
    Merci pour tes billets de qualité!
    Je ne crois pas que tu aies jamais cité Drupal commerce encore, probablement car nous n’avons jamais eu l’occasion de te présenter la solution 🙂
    Mon équipe et moi-même nous tenons à ta disposition pour une démo.
    Tu passes bientôt à Paris?
    Cordialement,

    Frederic Plais
    CEO commerce guys

  4. La réponse à cette question dépend du cahier des charges en grande partie, pour ma part je suis partie sans trop d’à priori et j’ai comparé les fonctionnalités : est proposé / n’est pas proposé / coût d’un dev spécifique si pas proposé, et hop, une fois le petit tableau rempli, on a la réponse à la question… 🙂

  5. Bonjour,

    J’aime bien cet article. Effectivement on peut démarrer avec un prestabox (ou autre) et même avec ebay (ou autre), c’est même parfois recommandé.

    Supposons que je souhaite 1 back-office pour 3 front-offices (BtoC, BtoB, discount), a part Magento, est-ce qu’il existe d’autre solution (hors dev dédié) ?

  6. Pour moi c’est tout sauf un faux débat.
    Ma réponse est encore plus simple que le « petit/gros ». Actuellement, prestashop ne gère pas le multi-boutique et gère mal le multi-lingue (système de cookies donc suicide SEO). Donc mon avis est le suivant :
    – multi-lingue/multi-boutique : Magento
    – France : Prestashop

    Evidemment, c’est simplifié, car il y a des éléments que j’aime sur Magento que je ne retrouve pas sur Prestashop (le système de layout par exemple) et réciproquement (la simplicité de déplacement des blocs). Mais pour celui qui hésite et n’est pas capable d’entrer dans els détails technique, je pense que ça fait l’affaire. ^^

    1. Quel intéressant débat… de nombreuses remises en cause ici et là des solutions e-commerce hégémoniques parsèment le web ces temps derniers. Une réflexion est clairement à encourager autour des outils, cependant prendre un peu de distance par rapport au sujet permettrai à tout un chacun de ne pas devenir réducteur quand à un choix aussi stratégique pour un e-commerçant que sa base technologique.

      Quels sont les acteurs à l’échelon mondial, comment évolue le marché, les acteurs…

      Par ailleurs, quels sont les indicateurs permettant un choix à la fois pertinent et pérenne, comment un produit peut accompagner le développement d’un e-commerçant.

      D’un point de vue purement technique aucune des deux solutions ne garantissent ce qui m’apparaît comme un fondamental : la qualité logicielle (Tests unitaires, montée en charge). J’ajouterai aussi la Vision…

      Quand à la pérennité de ces beaux projets portés par de larges communautés, ne soyons pas naïfs, la volonté de grandir si vite ne traduit à mon sens rien d’autre qu’une sortie confortable pour certains et surtout pas une entreprise philanthropique.

      1. Ma réflexion portait plus sur le choix à faire lorsqu’on hésite entre les deux. Cela signifie donc que l’on souhaite déjà utiliser ce type de plate-forme.
        Pour ce qui est de l’évolution du marché ou de la vision, il faut bien dire que personne n’a d’information fiable là-dessus, comme en témoignaient les discussions du Bargento, où personne n’avait un avis tranché sur la reprise de Magento par Ebay (est-ce une opportunité ? Une menace ? Les deux ? Je parle du point de vue de l’utilisateur)
        Mais il y a un moment où il faut trancher. Ma réponse est donc une proposition de critère pour le faire.

  7. Bonjour Olivier,

    C’est toujours un peu gênant de présenter le champs des possibles sous forme de « X ou Y »? C’est un peu comme si on faisait choisir une couleur à un peintre sous la forme: « Alors, vert ou jaune ton tableau? ».
    Le monde bouillonnant des solutions e-commerce ne se résume pas à ces deux solutions, Dieu merci !!!
    Par ailleurs, je pense que tu compares deux solutions qui correspondent généralement à des types de projets différents, avec des niveaux de complexité différents: Prestashop en général (je dis bien en général car certains -très rares- intégrateurs sont en capacité de rapprocher ces différences) sur des projets de taille petite ou moyenne (processus de vente « standard », peu d’interfaçages, fréquentation modeste,etc.), et Magento sur des projets de plus grande envergure (processus de vente très spécifique, interfaçages nombreux et variés, fréquentations élevées, etc.).
    Et une fois encore, Dieu merci, il n’y a pas que Magento pour servir des projets d’envergure. Il a même un concurrent français figurez-vous, qui renvoie régulièrement les yankees au vestiaire, lorsqu’il a la chance d’être benchmarké à la loyale, sur des bases objectives (ie sans Ayatollah magentiste en face ;o): à périmètre égal = moins de licence, = moins de temps, = moins de serveurs pour faire tourner le même site.

    A dispo pour en reparler ;o)
    Denis, IC, RBS

  8. tout dépend du volume de produits et des interfaces que l’on souhaite coupler derriere (passerelle..etc)
    Petite PME commencez partir sur prestashop moin cher investissez dan un bon référencement >> si cela marche passez à magento plus gros, plus fiable à partir 30 – 40 commandes jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.