Interview de créateur: LimitedPix

Cette semaine nous avons interviewé deux créateurs d’entreprise, pour Limitedpix, un site de galerie d’art communautaire. Une galerie branchée car elle est tendance mais aussi branchée car elle est physiquement connectée: elle s’appuie sur le web 2.0. Merci à Julien et Jeremy d’avoir répondu à notre interview.

Page d accueil LimitedPix Art Digital

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?

Julien, 26 ans et Jeremy, 27 ans. Nous nous connaissons depuis plus de 20 ans.
Nous avons tous les 2 suivis des études en commerce puis nous avons travaillé en finance au Luxembourg. Julien a un profil plutôt ingénieur et a réalisé l’intégralité du site Limitedpix.

Pouvez-vous présenter votre site ?

Limitedpix.com est une galerie d’art communautaire intégrant une plateforme de cotation pour la Photographie et l’Art Digital (illustration, design, manipulation de photos…art encore peu connu en Europe). Limitedpix a pour but de rassembler tous les artistes talentueux, qu’ils soient amateurs ou professionnels et les amateurs d’Art.

Les œuvres sont exclusivement vendues sous forme de tirages encadrés ou contrecollés sur aluminium dibond (qualité d’exposition et prêt à accrocher). Nous avons des œuvres en édition limitée et en édition « open ».

Limitedpix intègre une plateforme de cotation basée sur la popularité. Sur Limitedpix c’est le succès d’une œuvre qui fait son prix. Les prix ne sont pas strictement définis et fluctuent suivant la popularité des œuvres.

Faites plaisir à vos murs, offrez leur une oeuvre d’art Limitedpix!

Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans le e-commerce ?

L’envie d’entreprendre, la passion de Julien pour l’art digital, la passion de Jeremy pour la photographie et l’envie de créer une communauté.

Vous êtes-vous fait aider ? Avez-vous fait appel à des organismes ?

Jusqu’à maintenant non, nous nous sommes autofinancés. Notre prochaine étape sera de rechercher des financements extérieurs afin de financer notre extension en Europe. Nous voudrions également participer au programme « mentorat » du Moovjee afin de bénéficier d’un accompagnement. Nous sommes conscient qu’un accompagnement dès le départ aurait pu nous faire gagner beaucoup de temps mais il fallait remplir beaucoup de dossiers et nous n’avions pas forcement le temps à la création.

Qu’avez vous fait faire en interne et qu’avez vous fait faire par des prestataires extérieurs ?

Nous avons réalisé notre site internet entièrement en interne. Par contre, nous avons fait le choix de sous-traiter le tirage de nos œuvres à un laboratoire partenaire afin de bénéficier de son savoir-faire et d’avoir une qualité irréprochable.

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour vous aujourd’hui ?

L’acquisition de trafic et de clients. Le plus dur quand on lance un site ecommerce est sans aucun doute de se faire connaître. A la différence du monde réel, lorsqu’une nouvelle boutique ouvre dans votre rue, vous passez devant tous les jours et si la vitrine est sympa, vous rentrez. Sur internet, c’est différent, il y a pas vraiment de rue où tout le monde passe et il est difficile de montrer qu’on vient d’ouvrir. Il est cependant vrai que beaucoup de personnes passent par Google avant de venir chez vous et être sur Google est un peu comme avoir une vitrine sur les Champs Élysées.

Et qu’est-ce qui vous procure la plus grande satisfaction ?

Recevoir des mails de remerciement des premiers clients et avoir le sentiment de créer une communauté. Après des mois de travail, voir que tout fonctionne, que les clients sont ravis de l’œuvre qu’ils viennent de recevoir est une énorme satisfaction.

Quel est votre objectif pour cette année ? Et pour dans 3 ans ?

L’objectif pour la fin d’année est d’avoir un chiffre d’affaires suffisant afin de pouvoir nous verser notre premier salaire et pouvoir embaucher. Ensuite d’ici 3 ans, nous voudrions devenir un acteur majeur de l’art digital et de la photo en Europe. Nous souhaiterions également avoir nos propres magasins ou être vendu chez des grandes enseignes.

Si c’était à refaire, le referiez-vous ?

Oui, sans aucune hésitation! Nous n’avons plus de vacances, nous travaillons tous les jours de la semaine, nous faisons attention à tout ce que nous dépensons mais cela vaut le coup.  Parce que l’on bosse pour soi, parce que l’on a beaucoup de possibilités et d’idées pour l’avenir, parce que ce côté aventure de entrepreneuriat est passionnant, et parce que l’on est finalement beaucoup plus heureux.

Une petite phrase “historique” pour la fin ?

Comme l’a dit Steve Jobs lors de son discours à Stanford en 2005, « faites ce que vous aimez. Si vous n’avez pas encore trouvé ce que vous aimez, alors gardez espoir vous allez trouver ce que vous aimez ».

5 commentaires

  1. Bonjour Miss Panti,
    Aime, Suiveurs, suit pour ce que la personne aime, qui la suit et ce qu’elle suit. Un peu comme sur twitter, je ne sais pas si vous êtes familière avec cette plateforme.
    Si vous aimez un artiste par exemple, vous pouvez le suivre et vous serez ainsi notifié lorsqu’il met en ligne une nouvelle oeuvre. Avec notre système de cotation, en étant le premier à acheter une oeuvre, vous faites généralement une bonne affaire car elle n’est pas encore populaire (donc à un prix plus abordable).

  2. Pour bénéficier de 10€ de réduction sur le petit format et 20€ sur le grand format, entrez le code suivant lors de votre commande: « JAIDELACHANCE ».

Répondre à fred Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Article de : Superpam

Fervente amatrice d'e-commerce, Paméla Bonneau est étudiante en Webmarketing. Elle travaille chez Diginex aux côtés du Capitaine, en tant que Traffic Manager et Chef de Projet Web.