5 conseils pour muscler son taux de transformation

perfect body building
Mr Arnold : un taux de conversion impressionnant !

La conférence que je donnais aujourd’hui portait sur l’augmentation du taux de transformation des sites ecommerce. Pour ceux qui n’auraient pu y assister, voici quelques conseils de bon sens tirés de cette présentation (que non, vous ne pourrez pas télécharger, car elle ne présente aucun intérêt sans la voix du bonhomme qui va avec).

  1. Pour muscler son taux de transfo, il faut s’y connaître en ergonomie (et pas qu’un peu)
    L’ergonomie joue un rôle essentiel dans l’optimisation du taux de transformation. Oui, mais à la condition de vraiment s’y connaître. Il ne s’agit pas juste de jouer avec les couleurs et les formes, mais bien de pouvoir comprendre comment un internaute réagit à une interface et savoir appliquer les solutions qui permettront de l’améliorer en toute bonne conscience (et non pas à l’arrache ou au feeling, comme on peut le voir encore trop souvent). Cela passe par un minimum de formation et d’expérience.
  2. Pour muscler son taux de transfo, il faut analyser avant votre site
    Une campagne de test ne peut se démarrer sans une bonne phase de compréhension de votre site. Cette phase passe par une étude qualitative, mêlée à une étude quantitative. Mélangez les techniques, mais n’oubliez surtout pas de comprendre ce que font vraiment vos utilisateurs, par des tests utilisateurs, mais également en mesurant finement vos web analytics.
  3. Pour muscler son taux de transfo, il faut tester, oui, mais pas dans n’importe quel ordre
    L’optimisation d’un site passe nécessairement par des tests A/B et/ou multivariés. Mais attention, il ne s’agit pas là non plus de tout faire au hasard, mais bien de se fixer des règles de priorisation basé sur une étude approfondie de votre site. Vous verrez certainement rapidement se dégager des axes de priorisations souvent liés à la rapidité de votre ROI
  4. Pour muscler son taux de transfo, il faut un outil qui soulage votre équipe IT
    L’inconvénient des premiers outils de tests A/B était qu’ils obligeaient à intégrer de nombreux tags sur les pages testées. Ce n’est aujourd’hui, plus nécessaire. La plupart des (bons) outils d’AB testing ne nécessitent que l’intégration d’un tag sur votre site et c’est tout. Tout le reste du développement des tests se fait ensuite sans avoir à recourir à votre équipe technique qui a déjà sûrement du travail jusqu’à ras la gorge.
  5. Pour muscler son taux de transfo, il faut tester petit, mais régulièrement
    Il ne s’agit pas de faire un grand test pour tout changer mais de conduire des séries de tests itératifs et progressifs qui vous font avancer pas à pas dans la bonne direction. Les tests A/B sont une question de patience.

5 commentaires

  1. Merci pour cet article, qd tu parles de tests, tu veux dire tests utilisateurs ? avec différents types d’utilisateurs ? ou bien test unitaire de l’application ?

  2. Merci des conseils ! D’un autre côté, tester ça paraît assez évident. Mais que conseilles-tu réellement en terme d’ergonomie ?
    Je dis ça parce que j’organise a fiche produit en trois blocs qui me paraissent super clairs :
    – Média à gauche
    – Infos de base au centre
    – Infos du produit (prix/couleurs/etc) + bouton ajouter au panier à droite

    Et pourtant, les clients me font souvent des remarques comme quoi c’est pas clair… Alors oui il y a le concept de « Fools proof » (à l’épreuve des cons pour les moins anglophones d’entre nous), mais je pensais avoir atteint son niveau 0 !

Répondre à Nicolas Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.