Interview de créateurs, Philippe & Christian de monEchelle.fr

Par Robin | juillet - 19 - 2013 | 8 commentaires  
Auteur de ce billet : Alexis Sauvage aka Robin est l'assistant du Capitaine pour la gestion technique et éditoriale du blog. Dans le civil, il travaille comme intégrateur pour des e-marchands (PME et grands comptes). Twitter : @alexissauvage
» Voir tous les articles de Robin

Bonjour Philippe et Christian, pouvez-vous vous présenter ?

Nous sommes deux professionnels d’internet ayant passé plusieurs années à diriger ou conseiller des entités dans le domaine des loisirs sur internet. Nous sommes diplômés de l’EDHEC – avec quelques années d’écart – et passionnés de bricolage.

Philippe : j’ai commencé ma carrière dans une banque d’investissement à Londres avant de devenir investement manager chez Otium Capital – anciennement groupe Smart&Co -, un fond d’investissements spécialisé dans les modèles de distribution de l’industrie des loisirs.

Christian : Pour ma part, j’ai débuté dans le conseil en France et en Grande-Bretagne avant de créer en 2005, ma première entreprise de vente de formation : Planète Formation. En 2010, j’ai rejoint le groupe Smart&Co pour diriger certaines des filiales, c’est dans ce groupe que j’ai rencontréPhilippe.

Entrepreneurs dans l’âme et à l’affut de projets innovants, nous avons naturellement trouvé dans nos occupations favorites un projet à la hauteur de nos ambitions. Il faut également parler du 3ème associé de monEchelle.fr qui est Denis Fayolle – fondateur du site de réservation de restaurant Lafourchette.com.

Pouvez-vous présenter votre site ?

Lancé en mode bêta en février 2013, notre site est la première place de marché spécialisée dans le bricolage et le jardinage. Nous avons une offre de 50 000 produits sur notre site web avec une vingtaine de marchands. Notre ouverture officielle date de juin 2013. Notre business model est de présenter l’offre des marchands que nous agréons sur notre place de marché.

Notre catalogue va des outils de bricolage et jardinage, jusqu’aux matériels de plomberie et du sanitaire, en passant par les revêtements, l’électricité et la quincaillerie. Nous avons à ce jour, la plus grande offre du marché et monEchelle.fr n’a rien à envier aux plus grandes surfaces de bricolage.

Nos deux principaux avantages sont : la densité de notre catalogue et nos petits prix (15% à 20% moins cher que le marché en ligne actuel).

Nous avons également mis en place une interface permettant de répondre aux questions des internautes et ainsi de mieux les conseiller sur le produit recherché.

La partie conseil est importante pour nous.

monechelle_fr

Qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans le e-commerce ?

Nous nous sommes lancés dans la vente en ligne d’articles de bricolage et de jardinage car nous y avons vu une réelle opportunité. En effet, ce marché représente 30 mds d’euros de dépenses annuelles pour les français et il y a encore très peu d’offre sur le web.

Nous répondons donc simplement à un besoin précis de la part du bricoleur qui cherche un produit en particulier, pour un usage bien identifié et qui ne souhaite pas perdre du temps et de l’argent à essayer de trouver ce produit en Grande Surface de Bricolage.

Notre constat a été que l’offre sur internet était quasi inexistante et que le gros du trafic étaient orienté vers le site de grandes marques de distributeurs qui proposaient peu de choix à des prix exorbitants. Le rôle de ces sites internet étant principalement de faire de l’avant-vente en incitant les acheteurs à venir en magasin.

Vous êtes-vous fait aider ? Avez-vous fait appel à des organismes ?

Nous avons eu recours à deux levées de fond auprès de business angels. Une première en juillet 2012 à hauteur de 150 000€, puis une seconde plus important en mai 2013 auprès de investisseurs historiques et d’un nouvel business angel.

Qu’avez-vous fait en interne et qu’avez-vous fait faire par des prestataires extérieurs ?

Pour le moment, nous avons pu nous appuyer sur nos compétences respectives ainsi que sur celles de notre équipe pour tout faire en interne. L’expertise de Denis Fayolle, fondateur de lafourchette.com, nous permet également d’être déjà expert sur beaucoup de sujets.

Qu’est ce qui est le plus difficile pour vous aujourd’hui ?

Comme tous les nouveaux venus sur internet, le plus difficile pour nous aujourd’hui est d’arriver à toucher un maximum d’internautes sans que cela nous coûte trop cher. Nous avons les bons prix et les bons produits, il ne nous reste plus qu’à se faire connaitre du grand public.

C’est pourquoi nous développons en ce moment nos différents canaux tels que le SEO, SEM, réseaux sociaux pour augmenter notre visibilité sur le web.

Et qu’est ce qui vous procure la plus grande satisfaction ?

Notre plus grande satisfaction est de voir chaque jour l’impact du travail de notre équipe sur la hausse des visites et des ventes quotidiennes.

C’est toujours très agréable de voir que le travail paye !

Quel est votre objectif pour cette année ? et pour dans 3 ans ?

L’objectif pour cette année est d’arriver à 100 000 produits référencés sur notre boutique et de continuer progressivement d’augmenter nos ventes.

Sur le long terme nous avons l’ambition de devenir la place de marché de référence du bricolage et du jardinage online.

Si c’était à refaire, le referiez-vous ?

Evidemment ! L’entrepreneuriat est avant tout une passion pour nous. Même si les débuts ne sont jamais faciles, la sensation d’être partis de rien et d’avoir créé une structure bientôt rentable est irremplaçable.

Une petite phrase « historique » pour la fin ?

Le succès est une échelle sur laquelle on ne peut pas monter les mains dans le dos.

 

Je partage cet article sur Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInDigg thisPin on PinterestShare on Tumblr

8 commentaires pour l'instant.

  1. Vincent dit :

    Il serait intéressant de pouvoir obtenir quelques chiffres… comme par exemple le nombre de visiteur actuel ainsi que le nombre de vente moyen , car le site est très récent…

    Merci

  2. Arnaud dit :

    C’est vrai que quelques chiffres seraient intéressant ! Je viens de les contacter, j’ai l’impression qu’on entend de plus en plus parler de ce très bon site, l’audience devrait suivre !
    Félicitation pour l’idée !

  3. Roger Casla dit :

    Bonjour

    Je suis surpris pas le site Mon échelle, en effet a quoi sert mon échelle si ce n’est que prendre de l’argent sur le dos des sites internet qui ne trouvent pas leurs place sur la toile, il est facile de vendre à prix bas mais quelles conséquences, j’ai été contacté par mon echelle en tant que site web et j’ai été surpris par leurs façon de faire, vous allez me dire on le fait ou pas ( of course) mais moi dans mon cas sa sent a une pyramide de panzi, vous achetez sur le site ensuite le site envoie la commande au client, lui le vendeur est payé le 15 du mois suivant, imaginez vous une baisse d’activité avec les charges courantes qui va payer les vendeurs, je trouve cela déplacé et pour moi je réédite cela ressemble a une avance de tréso pour faire travailler l’argent et régler le vendeur le 15 fin de mois, un peu dangereux en cas de chute d’une échelle (non) plus haut sera la chute plus elle arrivera—- bissness angels

  4. Brice dit :

    Bonjour,

    le marché du bricolage est effectivement un marché suffisamment important pour attirer les entrepreneurs.

    Je vous cependant deux défauts majeurs et à mon sens irrémédiables pour Monéchelle :

    1/ ils n’ont pas de trafic au départ, il va donc falloir le créer cela veut dire : adwords, contenu, et surtout adwords…,

    2/ ils font une promesse de prix bas intenable face à Amazon…

    Donc à mon avis, une fois qu’ils auront « cramé » leur cash en frais de personnel (ils sont 14 personnes en plus des deux fondateurs !)et en comm’, (ce qui va très très vite !) l’échelle va tomber…

    • jean-pierre dit :

      Le market place est un effet de mode, il profite surtout pas au vendeurs, pour moi sa va glisser et se casser les dents, prenez le cas de Pixmania—- qui à vraiment du mal a s’en remettre—-enfin bonne chance aux vendeurs rêveurs.

      • Brice dit :

        OUI, Jean-Pierre, mais le principe d’une « market place » c’est de « monnayer » un trafic que l’on a DÉJÀ. Et là, ça peut (je dis bien ça « peut ») avoir du sens.

        Or le problème avec Mon Échelle c’est qu’ils partent de ZÉRO. Z-É-R-O !!!

        Donc il faut dans l’ordre (a minima):

        1/ SEO/SEM : ils achètent le trafic, (ou le créent mais dans un premier temps c’est la même chose car ils devront allouer des ressources pour faire du contenu etc…),
        2/ Prospection : ils cherchent des vendeurs intéressés par ce trafic (là y’a déjà un problème car CE trafic est DÉJÀ sur les sites de ces vendeurs ou alors ce sont des vendeurs qui n’ont pas de trafic…donc certainement pas des vendeurs de premier plan…donc avec des prix et des prestations moyennes etc…),
        3/ Vendre : là il faut qu’ils tiennent leur promesse de prix bas , et là boum patatras, y’à Amazon.

        Et voilà, CQFD…:-)

        …à mon humble avis.

        Je suis surpris qu’il y ait encore des investisseurs pour se faire bananer par ce type de projet, mais bon, c’est la vie !!!

        Allez, bonne chance quand même mais gare à la chute de l’échelle !

    • Philippe dit :

      Bonjour Brice, Bonjour Jean-Pierre,

      Merci pour votre intérêt concernant monEchelle.fr.
      Je suis Philippe, l’un des deux fondateurs de la société.

      Je partage votre analyse sur l’importance et la difficulté de l’acquisition de traffic. C’est justement l’expertise que nous apportons à nos marchands grâce à des technologies informatiques développées en interne et la raison pour laquelle nous sommes rentables aujourd’hui, avec bientôt 1M de VU par mois. Nous apportons à nos marchands du volume et des ventes pour un coût très souvent moindre que leurs propres coûts d’acquisition sur internet.

      La comparaison avec Amazon est intéressante : la plupart de nos marchands qui sont également présents sur Amazon vendent plus chez nous que chez Amazon. En effet, nous sommes des spécialistes du bricolage/jardinage. Ce n’est pas le cas d’Amazon.

      Enfin, en ce qui concerne les paiements des clients, ceux-ci sont versés sur un compte séquestre à la BNP conformément à la règlementation de l’ACPr à laquelle nous sommes soumis. Le marchand est donc garanti de toucher le paiement dès que le client a été livré et monEchelle.fr n’utilise pas ces fonds.

      Si vous avez d’autres questions, je serai ravi de continuer cette conversation avec vous de vive voix. N’hésitez pas à nous contacterai notre site.

      Cordialement,

      Philippe

  5. jean-pierre dit :

    L’avantage du bouillon, il se décline en plusieurs catégories.
    L’alimentaire
    Dans la culture
    Pour finir, dans les mauvaises affaires.

Rédiger un commentaire


Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.



Blogs ecommerce et sites amis à visiter : Ecommerce Squad - Exciting Commerce - I Love Web - Ludovic Passamonti - Pauline Pauline - Rich Commerce - Tablette Tactile - Ziserman.com

Site hébergé par NBS System, spécialiste de l'hébergement ecommerce NBS System

Copyright © 2006 - 2014 Capitaine commerce - Le Blog du Commerce Digital - Ce blog utilise WordPress - Webmaster (et contact PRESSE) Alexis Sauvage aka Robin

[ Capitaine Commerce SARL - RCS Lille B 789 520 046 - SIRET 78952004600010 ]