La 4G boostera-t-elle le m-commerce en France ?

free-mobile-offre-4G

Question intéressante : en quoi la 4G pourrait-elle booster le m-commerce ? Si la réponse semble couler de source (ce serait plutôt oui, à en croire Eseller Mania [GB]), elle reste à modérer pour plusieurs raisons.

1) La 4G, c’est bien, c’est plus rapide que la 3G, mais ça n’est pas vraiment pour tout de suite  :

– la couverture 4G est encore loin d’être parfaite. C’est que UFC-ue Choisir reprochait notamment aux opérateurs sur Paris. Alors, … si c’est pas terrible sur Paris, qu’est-ce que ça doit être pour le reste de la France ?

– la 4G, ça fonctionne avec des appareils compatibles. Et là encore, on est loin du compte. Surtout qu’il s’agit en général de smartphones ou de tablettes hauts de gamme et qu’on apprend, par exemple, que la 4G de Free ne fonctionnait pas sur les derniers iPhone, on se rend compte que le nombre d’utilisateurs ayant accès à la 4G seront plutôt des riches, early-adopters et des gros utilisateurs de mobilité. Tout le monde ne sera pas concerné avant longtemps.

2) La 4G, c’est bien, encore faut-il que les sites soient adaptés correctement aux mobiles. Et de ce côté là, de nombreux progrès restent à faire. J’avais démontré dans un article ancien à quel point la vitesse influençait sur le taux de transformation d’un site web de bureau. C’est aussi vrai pour les mobiles et les tablettes.

Du côté téléphone mobile, on ne peut pas le nier, beaucoup d’efforts ont été faits par les ecommerçants qui offrent de plus en plus des sites webs adaptées à des petits écrans en mobilité. L’influence de la 4G se fera certainement sentir dans ce domaine là en facilitant les interactions.

Pour les tablettes, c’est un peu plus compliqué, car peu sont ceux qui ont déjà réellement fait l’effort d’adapter leur site à ces petites merveilles de la technologie. D’abord, certains pensent qu’il suffit d’afficher son site en version mobile sur tablette pour que ça « marche ». C’est une mauvaise idée, car cela revient à ne pas tirer parti de la taille des écrans de tablettes, surtout les grands écrans, plutôt utilisés à domicile pour des activités de loisirs. Ensuite, beaucoup se contentent d’afficher leur site web « PC » sur tablette, ce qui est une véritable hérésie ergonomique.

Pourquoi ? Parce que le sites conçus pour PC ne sont pas fait pour les tablettes :

– Ils présentent trop d’informations à l’écran

-Les zones de clics sont souvent trop petites et les espaces entre les zones de clics trop petites. Ce qui fait qu’on a souvent tendance à cliquer au mauvais endroit par inadvertance.

– Les pages sont trop lourdes. Il n’y a qu’à lire le Figaro.fr (oui, un journal de droite) sur un iPad 1 et vous verrez le résultat. Le site est très pénible à utiliser.

Et ce ne sont là que quelques travers parmi beaucoup d’autres des sites webs sur tablette.

Mais le pire n’est peut-être pas là et se cache dans des détails plus sournois encore. On l’apprend grâce à un audit mensuel réalisé aux Etats-Unis qui classe la vitesse d’affichage des sites sur mobile. Amazon y a toujours figuré en bonne place, sauf lors des derniers classements. Et pourtant, ce n’est pas faut d’avoir adapté son site aux mobiles. En effet, la trouvaille qui a été faite est d’un tout autre ordre. Elle est liée au code des pages affichées. Et notamment aux appels de codes javascript. Ainsi pour Amazon.com, il a été découvert que de nombreux script appelés durant l’affichage de la page n’existaient pas ou plutôt n’existaient plus. Ralentissant ainsi considérablement l’affichage des pages du site.

Conclusion : oui, la 4G va améliorer les choses, mais il faut encore continuer à modifier ses interfaces et son code pour proposer une bonne expérience utilisateur sur les terminaux mobiles : téléphones et tablettes.

Et vous, quel est votre avis ?

2 commentaires

  1. Merci Captain pour ce compte rendu !

    Je perçois la 4G uniquement comme une optimisation de son expérience mobile, c’est à dire pour les activités liées aux loisirs et non au m-commerce.

    Le m-commerce passe majoritairement par les applications et non par les sites web.
    Donc même si les applications sont de plus en plus gourmandes en bandes passantes, les consommateurs ne devraient pas voir la différence avec la 3G pour, une utilisation m-commerce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.