Soldes hiver 2014, 3 constats E-commerce clés en ce début de période

Une période de crise qui modifie la consommation

En 2013, Noël fut une période contrastée en termes de ventes.

L’activité a été régulière et soutenue entre la mi-novembre et la fin décembre mais sans être aussi puissante qu’en 2012. Cette décroissance s’observe d’ailleurs depuis 2011 en réalité. L’ensemble de l’activité (nombre de transactions, nombre de visiteurs) décroit un peu en volume. Bien qu’il soit complexe de déterminer si cela est une conséquence directe de la crise ou un retour en grâce des magasins physiques, la tendance est définitivement là.

Cependant les soldes ont quant à elles, progressées et plus particulièrement celles de janvier. Ce fait semble corréler une cause au moins partiellement due à la crise. Les soldes de 2014 sont en la matière, un record avec une puissance rarement constatée auparavant. La vague globale a atteint un niveau très élevé, de l’ordre de 20% supérieur aux soldes de janvier 2013.

Soldes hiver 2014
(Image : Lapadd)

Première journée de solde : un changement de comportement des visiteurs

Plus étonnant, les pics ont été bien moins nombreux car l’activité est restée très soutenue tout au long de la journée.

A titre d’exemple, le flot de visiteurs à commencé à se connecter dès 1h du matin pour les plus pressés et laisse un « blanc » jusqu‘à 7h00. Les plus matinaux se sont mis en chasse des bonnes affaires relativement tôt.

Le début du pic d’activité se situe vers 8h30 où les connections se sont multipliées jusqu’à 9h15 pour rester quasi constante en nombre jusqu’à 22h30. L’élément différenciant en 2014, c’est qu’auparavant, les pics de trafic s’estimaient à 9h30, 13h00 et le maximum arrivait à 21h30. Cette année, le souffle a été constant, comme si les internautes ne s’étaient quasi pas arrêtés pour déjeuner ou diner.

L’effet de pic extrême est moindre car les Internautes s’organisent aussi différemment et prévoient aussi peut être de surfer à des heures où les sites répondent mieux. Par ailleurs, les e-commerçants étalent aussi mieux leurs mailings.

L’augmentation moyenne du trafic que la société NBS System enregistre est de 62% sur l’ensemble de son réseau. Les plus grands gagnants montent à des trafics multipliés par 5, là où l’augmentation moyenne est en général de 2,5.

Des e-commerçants plus expérimentés

Les e-commerçants sont aussi plus expérimentés et ont mieux géré cet afflux de visiteurs avec, en moyenne, beaucoup moins de sites en surcharges, mal configurés ou ne répondant plus. Cette seule journée représente jusqu’à 20% du chiffre d’affaire de certains clients et l’importance de ce seul jour n’est désormais plus sous-estimé.

Traditionnellement le trafic du second jour diminue de 50% par rapport au premier et le troisième est également en recul jusqu’à n’être « que » 10 à 20% plus puissant qu’un jour « normal ». Ensuite, c’est un lent retour à la normal sur une semaine, sauf pour les « artistes » des soldes.

Ces « artistes », c’est-à-dire les e-commerçants les plus matures, sont eux capables de bénéficier de l’effet soldes pendant une, voire deux semaines en animant leurs ventes, en faisant progresser les discounts ou en soldant les articles par groupes à des dates différentes.

La société NBS System qui a observé ces 3 constats, utilise depuis 2009 les statistiques remontées par près de 3000 sites hébergés (dont la majorité en e-commerce) pour étudier les tendances du marché. Avec 3 millions d’adresses IP uniques vues sur les équipements réseau, 20 millions de pages servies et 36 To servis en 16 heures, le chiffre d’affaire généré en un seul jour (c’est-à-dire le premier jour des soldes, le 8 janvier dernier) est massif.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Mecano Commerce

Article de : Mecano Commerce

Alexis Sauvage aka Mecano est webmaster du blog Capitaine Commerce. Dans le civil, il travaille comme webmaster/intégrateur freelance pour des E-commerçants (PME et grands comptes).