Des innovations marquantes qui ont changé la consommation

L’attention portée à l’innovation n’est pas nouvelle : depuis toujours, commerce de détail et innovation vont de pair. Chaque nouvelle technologie change à sa façon la manière dont nous faisons des affaires : le paiement sans contact, le commerce mobile, l’Internet des objets, etc.

Prenons l’exemple du code-barres. Il y a un peu plus de soixante ans, cet alignement de lignes noires et blanches promettait de changer radicalement la manière dont les commerçants géraient leurs stocks et servaient les clients. Au dépôt du brevet, en 1952, tout le monde n’y croyait pas, loin de là. Les plus sceptiques craignaient que la lecture d’un code-barres s’avère moins précise et exacte qu’un employé de caisse qui tape le prix à la main.

Les avancées technologiques et les nouveaux comportements des consommateurs induits par l’arrivée de nouveaux appareils et moyens de communication continuent encore de transformer le fonctionnement du commerce de détail. Voici huit autres innovations de ces 40 dernières années qui ont changé l’expérience de la vente au détail ou qui sont en passe de le faire.

Les places de marché en ligne

L’invention du Web, il y a vingt-cinq ans, restera peut-être dans l’histoire comme ayant eu le plus de retentissement sur le commerce de détail. Cette année, les consommateurs du monde entier vont dépenser plus de 1200 milliards d’euros en ligne, et ce chiffre est en progression permanente.

L’augmentation des achats sur le Web doit beaucoup au développement des places de marché en ligne qui permettent aux marchands de vendre à l’international, de s’ouvrir à de nouveaux publics et de rivaliser avec des concurrents historiques, établis de longue date. Les places de marché virtuelles permettent aujourd’hui aux petits marchands de se positionner en ligne et d’exister aux yeux d’une base de clientèle bien plus large, en s’appuyant sur une infrastructure robuste sans laquelle ils ne pourraient vendre.

Les médias sociaux

En l’espace de dix ans, des sites comme Facebook, Twitter et Pinterest, ont transformé les modes de communication des consommateurs entre eux et avec les marques et sont une aide formidable pour la recherche de produits. Plus de 40 % des consommateurs dans le monde recommandent sur les réseaux sociaux les produits qu’ils ont testés. En plus d’influencer les décisions et les habitudes d’achat des consommateurs, les médias sociaux sont aussi un bon moyen pour les marchands de se faire une idée de l’accueil réservé à tel nouveau produit ou service. Sachant que Facebook a séduit plus d’un milliard de membres depuis son lancement le 4 février 2004, il est clair qu’il va falloir compter longtemps avec les médias sociaux.

Le commerce mobile

500 millions de consommateurs dans le monde vont faire des achats sur leur smartphone ou sur leur tablette cette année, ce qui représente plus de 190 milliards d’euros de ventes. Et ce chiffre pourrait bien doubler pour atteindre 500 milliards d’euros d’ici à 2017, quand le commerce mobile fêtera son 20ème anniversaire. En France, selon une récente étude réalisée par Rakuten, l’achat via des tablettes et mobiles a connu une marge de progression de 41,9 % par rapport à l’an dernier. Cette tendance est aussi mise en avant par la FEVAD qui estime à 19% le chiffre d’affaires réalisé grâce au m-commerce par les sites français. Le premier achat effectué au moyen d’un téléphone portable date de 1997. C’était à Helsinki, en Finlande, où deux distributeurs automatiques de Coca Cola acceptaient pour la première fois les paiements par SMS.

Le Big Data

On pourrait penser que l’analyse d’énormes volumes de données est une pratique récente rendue possible par les progrès de l’informatique, mais en réalité elle existe depuis des décennies. Dans l’industrie du commerce de détail, le déclic date du 13 février 1995 avec le lancement par la chaîne de grande distribution britannique, Tesco, du premier programme de fidélité à carte capable d’identifier des séquences intéressantes du comportement des consommateurs. Près de 20 ans plus tard, les marchands du monde entier sont en mesure de collecter et d’analyser plus de données que jamais auparavant, et les renseignements extraits de ces données influencent tous les aspects du monde du commerce, ils orientent toutes les décisions, depuis la gestion des stocks et l’agencement des supermarchés jusqu’aux promotions marketing. Il sera difficile pour les marchands de s’en passer, l’innovation technologique provient de la démocratisation de l’analyse des données, et les marchands ne font que commencer à en profiter.

L’Internet des objets

C’est Mark Weiser qui a évoqué en premier la possibilité de connecter à Internet les objets du quotidien, dans un article de la revue Scientific American publié en septembre 1991. En un peu plus de vingt ans, l’Internet des objets, ou IoT (Internet of Things), est devenu réalité. L’an dernier, le marché mondial des objets connecté a généré 1 500 milliards d’euros. Et comme le panel des objets connectables ne cesse de se diversifier, ce marché pourrait bien peser 6 800 milliards d’euros d’ici à 2020. Pour les marchands, l’IoT offre de multiples perspectives de rationalisation de la gestion des stocks et de la chaîne d’approvisionnement, mais aussi d’amélioration de l’expérience client sur le point de vente, et d’optimisation de la surface commerciale.

Les Beacons

En 1994, des chercheurs de la société Ericsson inventaient le moyen de connecter en sans fil des appareils mobiles et des accessoires, ce qui allait devenir le Bluetooth. Vingt ans plus tard, une version basse consommation d’énergie de la technologie Bluetooth permet à des capteurs (ou Beacons) d’émettre des messages de positionnement géographique à l’attention des téléphones portables. Ces petits capteurs installés dans les magasins adressent des offres et des promotions ultra ciblées et pertinentes aux clients, en fonction du rayon où ils se trouvent.

Les drones

Les forces armées utilisent des véhicules aériens télécommandés depuis des décennies. Le premier cas recensé date du 22 août 1849, quand des ballons chargés d’explosifs ont été largués au-dessus de Venise. Le marché des drones grand public est en train de décoller à présent que l’on se rend compte de leur utilité dans de multiples applications, pour les livraisons ou encore pour équiper des zones reculées avec l’Internet sans fil. Pour le commerce de détail, les livraisons par drones, potentiellement plus rapides, coûteraient également moins cher. Des perspectives qui expliquent que le marché des drones pourrait bien atteindre les 350 millions d’euros en 2020.

drone_livraison
Un drone de livraison actuellement testé par la société allemande DHL. Il devrait initialement servir à livrer rapidement du matériel médical léger dans des lieux difficiles d’accès. (Image Getty Images)

L’impression 3D

Depuis que Charles Hull a créé la première imprimante 3D fonctionnelle en 1984, ces équipements n’ont connu qu’un essor limité du fait de leur coût prohibitif. Mais maintenant que le prix des imprimantes 3D devient plus accessible et qu’un certain nombre de brevets arrivent à expiration cette année, on voit arriver sur le marché un nombre croissant de produits d’impression 3D. Les perspectives commerciales sont formidables puisque les marchands vont pouvoir fabriquer sur place des produits personnalisés à la demande. Mais, des voix s’élèvent qui alertent sur le risque que l’impression 3D serve aussi à produire des contrefaçons. Commerçants et constructeurs auront intérêt à coopérer pour concilier impression 3D et protection de la propriété intellectuelle.

Conclusion

Certaines de ces innovations et tendances ne font que commencer à transformer l’industrie ainsi que les habitudes d’achat des consommateurs. Les marchands ont intérêt à surveiller les avancées technologiques de près et à envisager ce qu’elles pourraient leur apporter dans les années à venir. La technologie ainsi que son impact dans les consommateurs est toujours en marche.

Source : PriceMinister – Rakuten

1 commentaire

  1. La révolution qui sera, à mon avis, la plus marquante dans les années à venir est l’impression 3D. Car si les perspectives pour les commerçants sont citées dans l’article, il ne faut pas oublier ce que pourrait faire le consommateur final d’une telle technologie.

    Car, si en effet ce type d’imprimante n’est pour l’instant pas accessible au grand public, la technologie sera sans aucun doute miniaturisé, simplifiée, démocratisée,… dans les années à venir. Il ne sera donc pas improbable de voir le consommateur lambda disposer d’un tel équipement chez lui.

    Le commerce en sera alors métamorphosé. Par exemple, Nike pourrait très bien ne plus vendre de vêtements en tant quel tel, mais plutôt des modèles à imprimer chez soi, qui pourront être personnalisé via logiciel. Une dématérialisation du commerce sans précédant pourrait très bien être à nos portes et un monde où il suffirait de cliquer pour obtenir instantanément le bien acheté n’est peut-être pas totalement surréaliste.

    Bien sûr, cela dépendra du bien, il sera surement difficile « d’imprimer » un smartphone ou un ordinateur. Mais dans le cas d’un vêtement ou d’une décoration, c’est tout à fait possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Mecano Commerce

Article de : Mecano Commerce

Alexis Sauvage aka Mecano est webmaster du blog Capitaine Commerce. Dans le civil, il travaille comme webmaster/intégrateur freelance pour des E-commerçants (PME et grands comptes).