Bargento 2014 : quelques chiffres et quelques nouveautés autour de Magento

bargento20141

Et voilà, je suis déjà revenu du Bargento qui reste et a toujours été un évènement convivial et à part dans la sphère « e-commerce ».

La FEVAD reste confiante dans la croissance du e-commerce

Cette année, c’est François Momboisse, Président de la FEVAD, qui a ouvert le bal avec une farandole de chiffres sur le e-commmerce qui ont confirmé ou renforcé certaines tendances à l’observation ces derniers mois :

 

  1. La croissance et la prédominance des places de marché se confirme avec une progression de 38% des parts de marché, ce qui n’est pas sans poser de problèmes, notamment au niveau du consommateur qui a du mal parfois à y voir clair entre la place de marché et le commerçant. « Qui fait quoi ? » et « Je me plains à qui ? » sont des questions qui se posent de plus en plus souvent au client et sont à la source de nombreux malentendus.
  2. Le mobile continue à tirer le marché avec une progression de 52% de ses parts de marché. Avis aux sites n’ayant pas encore leur version smartphone ou tablette. Il est vraiment temps de s’y mettre ! Phénomène intéressant, la part grandissante des tablettes et des phablettes dans ce chiffre, part qu’il est difficile de démêler, mais qui montre une préférence croissante des utilisateurs pour ces types de terminaux. Une donnée qui est à recroiser avec l’engouement des seniors et des retraités pour le e-commerce qui semblent adopter à grande vitesse la vente par Internet
    Trois acteurs se démarquent dans ce domaine : Vente-privee, la SNCF et Ebay. Tout trois pour des raisons propres à leur ADN : l’urgence et la mobilité. Mais il est intéressant de noter que Mr Momboisse souligne que, d’après lui, le smartphone reste un terminal d’achat par « défaut », autrement dit quand on a pas le choix. Cela tendrait à prouver encore une fois que le site pour smartphone ne devrait pas être le calque parfait du site web.
  3. L’insolente croissance d’Amazon. Là, il s’agit d’une tendance lourde du marché. Dans le TOP 15 des marchands en audience, Amazon se taille la part du lion. Et cela de plus en plus vite. On retrouve ce phénomène également aux Etats-Unis et, toujours d’après François Momboisse, et selon ce qui se passe déjà sur le continent nord américain, il ne serait pas étonnant que dans les prochaines années, le TOP 15 ne soit plus occupé que par des distributeurs et des marques brick & mortar avec Amazon loin devant tout le monde. Exit donc les pure players !
  4. Du côté des consommateurs, F Momboisse note un ralentissement ou un frein à la croissance du e-commerce dans les zones mal connectées à Internet (on s’en serait douté), mais plus intéressants sont les chiffres sur la livraison. Pour 52% des français, la gratuité des frais de port est le premier levier à l’achat et, plus encore, 78% considèrent que le le prix de la livraison est important pour la commande. « Grâce à Amazon », dixit F Momboisse, « qui a habitué les français à la gratuité des frais de port ».
  5. Confidentialité des données : c’est le gros sujet de l’année pour la FEVAD avec un volonté de l’Europe d’imposer une réglementation sur la protection des internautes qui pourrait nuire aux marchands. Ainsi, il semblerait que la commission mette sur le même plan Facebook et les e-commerçants. Débat houleux en perspective !

 

Autres choses vues et entendues sur le Bargento

J’ai eu le loisir de rencontrer et de discuter avec quelques prestataires présents sur les stand.

 Akeneo : le Hybris killer ?

AKeneo  est un « Hybris »- like, autrement dit un PIM (Product Information Management). Vous n’avez pas compris cette phrase ? Ce n’est pas grave. Je vous explique.

Pour beaucoup de marchands (grands et petits), il devient rapidement évident qu’un référentiel produit unique est une utopie. Ainsi, il n’est pas improbable que dans une même société, ce soit deux équipes différentes qui gèrent l’enrichissement des fiches produits. Ce qui entraîne des disparités de contenus. Pire encore, dans certains cas, c’est Magento qui finit par servir lui même de référentiel produits pour le catalogue d’une entreprise. Or, Magento n’est pas fait pour ça.

L’idée d’Akeneo est donc de centraliser dans une seul base de données l’ensemble des informations sur les produits, de les normaliser, des les enrichir de manière unique, et ainsi, par la suite, de pouvoir les distribuer sur différents canaux selon les besoins. Une solution directement concurrente d’Hybris, donc, mais totalement open source. Et qui plus est, développée et adoubée par un des fondateurs de Magento. On peut donc lui prédire un bel avenir.

Akeneo

Paylib : la paiement en 1 clic pour tout le monde

Il est toujours difficile de se tenir au courant de toutes les innovations dans tous les domaines. J’ai donc eu le plaisir de discuter avec les gens de Payline qui m’ont fait la démonstration de toutes les possibilité de leur système de paiement. Pour moi, et à ma grande stupéfaction, j’ai pu découvrir que Payline permettait simplement d’intégrer le paiement en 1 clic sur n’importe quelle boutique, mais également d’installer son module de paiement CB directement dans le site sans devoir en sortir. Avec cette solution, le paiement devient un vrai levier pour l’optimisation du taux de transformation, ainsi que le montre cette photo ci-dessous.

Infographie Payline

 

Antidot : le moteur de recherche où il n’y a rien à faire

Il est toujours sympathique de discuter avec les gens d’Antidot qui, cette fois, m’ont présenté leur plugin pour Magento. Enorme avantage de cette nouveauté : il n’y pas de configuration à faire ! Le moteur s’intègre naturellement avec Magento et il apprend tout seul à se configurer en fonction de la base produit du client. Cela est possible non seulement grâce à un algorithme auto-apprenant, mais également grâce au nombre de sites qu’Antidote accompagne et à la base de données de connaissance auquel le moteur a déjà accès. L’intérêt d’une telle solution tout en un est surtout de pouvoir épargner aux équipes en charge du site web le temps fastidieux et long de configuration du moteur de recherche et cela avec, d’après Pierre Col, le directeur commercial, une performance atteignant 80% de celle d’une configuration manuelle du moteur.

 

Voilà, that’s all folks ! J’aurais bien aimé rester plus longtemps, mais les sirènes du Nord m’appelaient et il me tardait de rejoindre mes pénates brumeuses et grises. A la prochaine !

 

A bientôt !

11 commentaires

  1. Merci Capitaine pour ce retour du Bargento. Une question concernant le PIM et son utilité. N’est ce pas aussi et avant tout le boulot de l’ERP de centraliser toutes les informations d’un produit ?
    Concernant la solution d’Antidot, j’avais suivi un webinar animé par la société, le reproche que je leur ferait est qu’ils ne proposent malheureusement d’addon que pour Magento à ma connaissance. Exit donc l’utilisation de leur solution puissante pour du Prestashop « facilement ».

    1. @Success Store : un PIM pourrait plutôt être un rouage d’un ERP en venant compléter ses fonctions de gestion de contenus pour la base produit et surtout pour son export multicanal. J’espère qu’un expert d’Akeneo viendra répondre à ce commentaire pour en dire plus

      Pour Antidot, la réponse est qu’il s’adapte à tous les sites, mais que le coût d’intégration peut varier en fonction du code source. Donc, oui, il peut aussi fonctionner pour Prestashop, mais effectivement « pas facilement »

    2. Hello!

      On constate souvent que l’ERP ne possède qu’un fragment des informations utiles à la constitution d’une fiche produit (la référence, le libellé commercial, le prix, le poids et de temps en temps une description). Et cela n’est pas anormal : l’ERP n’a pas vocation à stocker des données marketing, des médias ou certaines informations techniques (comme la composition ou les allergènes contenus dans un aliment par exemple).

      Il est peu courant de voir des équipes achat ou marketing rentrer directement dans l’ERP pour enrichir des fiches produits. D’abord parce que l’ergonomie de ce type d’outil ne s’y prête généralement pas et ensuite parce que l’ERP n’a pas vocation à être un outil très « ouvert ».

      1. Et souvent les ERP ne sont pas des systèmes ouverts, ou la moindre modif coute un bras.

  2. Bonjour,

    Pour info, Akeneo est une startup Nantaise et elle vient de lever 1,8 M€.
    C’est une solution hyper puissante qui répond bien aux problématiques du multi-canal : avoir un outil pour regrouper les données produits et distribuer des flux différents par canal (e-commerce, m-commerce, papier…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.