Tester à l’international : faut-il faire des tests utilisateurs avec des étrangers ?

Petite conversation avec un prospect qui a besoin de faire un test utilisateur pour ses sites à l’étranger.

« Est-ce que les utilisateurs se comportent différemment d’un pays à un autre ? »

Les étrangers surfent-ils comme les français ?

Bonne question ! Car, effectivement, on peut se le demander. Les allemands surfent-ils comme les français ? Et les grecs ? Et les anglais ? Et les espagnols ? Et les chinois ?

D’après mon expérience des tests utilisateurs, tant qu’on s’occupe d’utilisateurs européens, à profil égal, les différences ne sont pas flagrantes. En réalité, il y a plus de différence de comportement entre un senior de plus de 65 ans et un jeune de 23 ans du même pays, qu’entre deux personnes du même âge, de la même CSP et du même sexe de deux pays européens différents.

D’où la question : faut-il tester plusieurs personnes de plusieurs nationalités quand on teste un site pour l’international ?

Faut-il tester son site avec des étrangers ?

Oui, et il y a plusieurs raisons à cela :

Dans chaque pays, les us et coutumes ne sont pas les mêmes. Les internautes d’un pays sont plus habitués à tel ou tel type de parcours client en fonction de la manière dont les services sont vendus. Par exemple, en Allemagne, les clients ont l’habitude de payer leur commande à réception, ce qui fait que le paiement en ligne est moins courant qu’en France. Cela peut avoir un impact sur la rassurance et la manière d’organiser l’information depuis le panier, par exemple. Tester un même site pour plusieurs pays, c’est donc vérifier que votre interface ne s’écarte pas trop des conventions de chacun de ces pays.

La langue. De mon expérience, ce sont les problèmes de traduction qui pose le plus souvent des problèmes de compréhension de la part des utilisateurs étrangers. Je me souviens très bien d’avoir testé un jour un site en français et le même site en flamand (pour des belges néerlandophones). Il s’avérait que la version flamande n’avait pas été assez relue par les traducteurs ou par des natifs flamands, ce qui parfois avait créé des textes difficilement compréhensibles par les utilisateurs finaux.

La culture. C’est moins perceptible en test utilisateur, mais je suis certain que certains critères culturels rentrent en jeu dans la perception d’une interface. Notamment, par exemple, la couleur. Il suffit d’ailleurs de se ballader dans les rayons d’un supermarché étranger pour constater que, malgré l’homogénéisation par les grandes marques internationales, les couleurs ne sont pas forcément associées aux mêmes valeurs d’un pays européen à l’autre. Je n’ai qu’un exemple en tête, et je ne peux pas en citer le nom, parce que c’est un de mes clients, mais je connais un site de mode, dont les couleurs passent très bien pour ce qui concerne le pays d’origine de la marque, c’est à dire l’Allemagne, mais qui vont complètement à contre-courant de la perception des couleurs françaises. Dans ce cas, un test utilisateur pourra révéler la dissonance existante.

Et concernant les pays de culture non occidentale ?

Les hommes et les femmes de tous les pays sont constitués de la même manière (une tête, 2 bras, etc…), toutefois les pratiques de lectures, à titre d’exemple, et d’écriture, peuvent être très différentes de celles des pays occidentaux et cela crée forcément des différences pour appréhender une interface. La cas typique est celui des chinois. Les sites chinois sont, en général, beaucoup plus chargés en information que les sites occidentaux. Bien que je ne possède pas d’étude sur le sujet, j’affirmerai sans me tromper que pour tester un site chinois, il faut des chinois. Et surtout, il faut prévoir une version différente de la version principale du site.

Ma recommandation :

Pour tester un site international, mieux vaut utiliser un panel mêlant des personnes de plusieurs nationalités, et surtout, de culture différente. L’exemple auquel je pense (un site marchand qui sera présent dans plusieurs pays européens) me fera prendre pour mon test des natifs de Pologne, d’Angleterre, d’Italie et de France pour le réaliser, même si ces personnes ne vivent plus dans leur pays d’origine. Pour des raisons pratiques, et à moins d’utiliser les tests à distance, la seule solution, dans ce cas, est de parvenir à rassembler un panel vivant en France, mais étant d’origine étrangère récente. 

Par ailleurs, les tests devront, si possible, être menés dans la langue natale de l’utilisateur, ce qui n’est pas sans poser de problème s’il vous faut un facilitateur (celui qui guide le test) parlant dans la langue de chaque utilisateur.

Tout cela montre qu’un test international est plus compliqué et plus cher qu’un test en français. En revanche, il me semble indispensable si l’on souhaite pousser la logique du test jusqu’au bout, même s’il faut sans doute se préparer à faire quelques concessions.

4 commentaires

  1. Hello
    Très bonne question. Je pense qu’il est important pour un site d’envergure international de se poser ce genre de questions.
    Il est toujours important de tester et retester la disposition d’un site.

    Pour ma part je vis en Chine, et les comportements Internet sont différents, de même que la langue, mais c’est en train de devenir de plus en plus international.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.