Airbnb : est-ce vraiment de l’hôtellerie ?

Page produit chez Airbnb.com
L’expérience client est contrôlé de bout en bout par Airbnb, à commencer bien sûr par
le merchandising somptueux et ergonomique

Deuxième fois que j’utilise Airbnb pour un déplacement. Deuxième fois que je suis entièrement satisfait !

Simplicité du site, simplicité de la mise en relation, attractivité du prix.

Et maintenant que je m’y suis frotté, un fait très important m’est apparu. Ça ne m’avait pas frappé auparavant et, sans doute, que de nombreux d’entre vous l’avaient déjà compris : Airbnb, ce n’est pas de l’hôtellerie. C’est plus que cela et c’est différent à la fois.

Certes, y louer une chambre vous permet d’avoir un abri pour la nuit, ce qui est typiquement le rôle de l’hôtellerie. Mais en plus de cela, ce qui est offert, c’est une véritable relation avec l’habitant. La possibilité de vous immerger à 100% dans la vie locale de l’endroit que vous visitez. L’idéal pour celui qui veut faire du tourisme autrement, sans passer par les « grosses machines » du tourisme de masse.

A chaque fois que j’ai loué une chambre, j’ai pu partager un verre ou un repas avec mon hôte. J’ai pu lui raconter ma vie ou écouter la sienne. Et il m’a donné ses meilleurs conseils, ceux qu’on n’a pas dans les guides ou qu’on a la flemme de chercher, pour trouver des endroits à visiter hors des sentiers battus.

Ça a été à chaque fois une expérience mémorable et, j’imagine mal que sans Airbnb cela eût été possible.

A l’inverse, si j’avais recherché la tranquillité, l’intimité, ou un service rapide et sans question, j’aurais sans doute, comme je le fais toujours, réservé une chambre d’hôtel.

Ce que je souhaite souligner, c’est que les services que créent Internet ne viennent pas forcément en détruire d’autres. Ils peuvent aussi venir les enrichir, les faire évoluer, sans que, pour autant ils disparaissent.

Mon cas particulier n’est pas à prendre comme une généralité. C’est une réflexion qui m’est venu suite à mes différentes expériences.

Et vous, que pensez-vous d’AirBNB ?

PS  : et si vous voulez en savoir plus sur l’expérience utilisateur chez Airbnb, lisez Analyse du nouveau site mobile d’Airbnb

10 commentaires

  1. Je suis assez d’accord avec toi, mais cela dépend beaucoup du type d’hébergement que tu choisis sur AirBnB.

    Si c’est une chambre chez l’habitant, il y a en effet une réelle proximité qui peut s’installer (sous réserve que l’habitant en question soit là).

    De notre côté, nous avons une fois réservé un studio complet pas loin des Buttes Chaumont et du Canal Saint Martin à Paris, et si les propriétaires ont été ultra agréables et facilitant pour que nous puissions récupérer les clef, nous ne les avons pas vu du WE, donc le côté interactivité n’était plus du tout là. Et ça ressemblait d’avantage à un appart-hôtel qu’à une chambre d’hôtes.

    Après, c’est vraiment en fonction de ce que l’on souhaite, mais c’est vrai que le tarif vaut la peine de s’y pencher 🙂

  2. Pour ma part je trouve que ces services relèvent de la piraterie sociale pure et simple. C’est de la concurrence déloyale face aux acteurs « légaux » (les vrai chambres d’hôte en font partie).

    J’ai déjà utilisé leur service, seul le prix fait la différence avec un acteur professionnel. Mais le professionnel paye 50% en charges diverses…

  3. Quand je parle de « ces services », je parle de tous les services sur le même principe : location de voitures entre particuliers, location de matériels diverses entre particuliers, location d’espace de stockage entre particuliers, …

    1. Bonjour Henri,
      Quand un nouveau service apparait, on ne peut pas simplement l’accuser de piraterie. Autrement, il n’y aurait jamais d’innovation ou bien elle serait la propriété exclusive de certains, ce qui va à l’encontre des lois du marché.

      1. Bonjour Captain’,

        Je ne suis pas un ayatola des corporations et suis moi même entrepreneur IT avec l’envie de faire avancer les choses.

        D’un point de vue citoyen, aujourd’hui, Airbnb est un site qui se rémunère en offrant un moyen à des gens de travailler massivement au noir. Le modèle tel qu’il est aujourd’hui n’offre aucune perspective viable socialement. On ne peux pas avoir le beurre et l’argent du beurre (des infrastructures publiques viables transport/santé/…, mais ne pas les financer).

      2. Bonjour Henri,
        D’après une première recherche, une taxe de séjour devrait, en France, être récoltée par l’Etat : http://www.rtl.fr/actu/economie/airbnb-le-bon-coin-le-fisc-pourrait-taxer-les-revenus-percus-par-les-particuliers-7778291124 (mais, c’est pour l’instant, la seule source que j’ai trouvée). A Paris, cet article laisse supposer que c’est déjà le cas à Paris, mais ce n’est pas clair : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/tourisme-loisirs/20150226trib49e361873/paris-ouvre-grand-ses-portes-a-airbnb-qui-promet-de-verser-la-taxe-de-sejour.html C’est vrai que c’est tardif et que ça ne règle pas le problème de la rémunération sociale du travail.
        Sinon, cet article, très intéressant, montre comment les pays adaptent lentement leur législation à AirBNB : http://www.challenges.fr/high-tech/20140930.CHA8323/airbnb-victime-de-son-succes.html

        Mais, je le redis, car je pense que c’est essentiel de le comprendre : pour moi, Airbnb offre un nouveau type de service d’hébergement et de service d’accueil qui répond à une forte demande d’une partie des gens qui voyagent. Ce n’est pas le cas de tout le monde et elle ne peut pas répondre à tous les besoins. Reste donc… à effectivement encadrer légalement ce nouveau service. Mais je suis sûr que Bercy ne manque pas d’imagination quand il s’agit de prélever de l’argent.

  4. En ce qui concerne le site il est impossible de trier par prix croissant/décroissant les résultats de recherche, ce qui me semble être le minimum sur une page liste en 2015.

    1. Je suis tout à fait d’accord ! Mais je pense qu’il y a une bonne raison à cela. Il n’est d’ailleurs pas non plus possible de trier sur les avis utilisateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.