Pourquoi les utilisateurs et les concepteurs d’applications mobiles ne voient-ils pas la même chose ?

How users see developers

Je suis content de me voir confirmer, dans une étude réalisée par l’EBG et Testapic, dans ma conviction que trop d’applications mobiles sont faites sans penser à l’utilisateur et répondent trop souvent aux désiratas de ses concepteurs sans tenir compte de la réalité.

Et je pense que c’est véritablement important d’en avoir conscience quand on crée une application ou un service en ligne.

  • Que veux l’utilisateur réellement ?
  • Comment se sert-il de son smartphone ou de sa tablette réellement ?
  • Comment utilise-t-il réellement ses applications ?

Les utilisateurs ne doivent pas vous dicter vos idées innovantes

Evidemment, il ne s’agit pas d’attendre des utilisateurs qu’ils vous disent quel service et quelle application ils veulent. Il s’agit, une fois l’idée accouchée de concevoir une application en accord avec les usages, c’est à dire en accord avec l’utilisation que font réellement les gens de leur smartphone.

Je crois que trop souvent, quand on conçoit une application, on part avec des idées préconçues sur la manière dont les gens interagissent avec une interface. On « s’imagine’, on base ses convictions par rapport à sa propre utilisation des applis mobiles, on demande parfois à ses potes, ses collègues « ce qu’ils en pensent », mais rarement on met en oeuvre une vraie démarche d’observation des utilisateurs pour pouvoir permettre de corriger par petites touches son application et la rendre proche des usages courants.

Mais vous devez les écouter quand il s’agit de concevoir une interface

Un des exemples de cela a été la mode des menus « hamburgers ». Pendant un an, tout le monde s’est demandé ou pas si c’était une bonne idée pour les sites et les applications mobiles. En fait, personne ne le savait, parce que personne n’avait vraiment essayé de voir si les gens comprenaient ce fameux menu. Or, au cours des tests utilisateurs que j’ai pu mener plusieurs fois avec nos clients, j’ai pu constater qu’il était parfois loin d’être compris. Mais puique le webdesigner et le développeur le comprenaient, on considérait que c’était acquis pour tout le monde.

Les idées fausses en terme d’usages se font très facilement, parce qu’elles relèvent souvent de ce que les gens justifient par ce qu’on appelle le « bon sens », ce sacré bon gros sens qui, en réalité, est un des pires ennemis de l’expérience utilisateur. Le bon sens vous fait dire que la terre est plate parce que depuis vos 1m70 ou plus, la ligne d’horizon vous parait horizontale et que par extension vous en déduisez la forme de notre planète. Or comme tout le monde sait, sauf les fanatiques et les théoriciens du complot, la terre est ronde.

Blague sur le bon sens

En ergonomie, c’est pareil. Ce n’est pas parce qu’un bouton est gros, rouge et en plein milieu d’un écran qu’il va être vu.

Pour les applications, qui ont des interfaces compliquées, c’est la même chose, le bon sens est souvent l’ennemi du bien.

Je vous laisse réfléchir à ça jusqu’à demain.

Bonne journée !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.