Rencontre avec des créateurs d’entreprise : Additiverse, à fond dans la 3D !

Yoann Notteau et Vincent Boulanger, les deux fondateurs d'Additiverse
Yoann Notteau et Vincent Boulanger, les deux fondateurs d’Additiverse

Où en est l’impression 3D ?

Quand j’ai commencé à entendre parler d’impression 3D il y a 3 ou 4 ans, j’avoue, j’étais sceptique. J’avais un peu de mal à voir les applications concrètes qui en ressortiraient pour le grand public, hormis les porte-clés sculptés à votre effigie ou des accessoires pour Lego. Mais étant donné le coût des matériaux, ça n’était pas du tout gagné. Mais aujourd’hui, les choses ont changé et l’impression 3D fait son chemin et trouve de nombreuses applications dans le monde professionnel.

Additiverse est une startup créée par 2 associés, Vincent Boulanger, autodidacte, et Yoann Notteau, ingénieur en génie industriel. Depuis le début, ils ont cru à ce marché et commence à en tirer des bénéfices. Leur plateforme de marché, Additiverse.com, est leur « bébé » et elle est le reflet de ce monde, en pleine croissance et prometteur, pour lequel de plus en plus d’entreprises s’investissent.

Les 3 piliers de l’impression 3D

Trois composantes constituent les piliers de l’impression 3D : les imprimantes elles mêmes, les matériaux et, enfin, et c’est là, à mon avis, que se trouve un des marchés les plus prometteurs, les modèles. Pourquoi les modèles ? Parce qu’à l’instar d’un grainetier qui brevète ses graines, si vous disposez des modèles vous disposez de la clé indispensable pour imprimer. Personne ne peut s’improviser modeleur 3D et il faudra bien que quelqu’un les fournisse. De plus, ce sont les modèles qui requerront la demande la plus récurrente de la part des utilisateurs, avec aussi, il est vrai, en grande partie, les matériaux.

L’avenir du métier pourrait donc être brillant. D’autant que de plus en plus de variétés de matériaux arrivent sur le marché, selon Vincent, qui m’a accordé quelques instants pour m’expliquer tout ça. Depuis le début, il n’y avait que le plastique, mais il est d’ores et déjà possible d’imprimer en métal, en béton (des maisons) ou bien même dans des matières organiques afin de recréer des organes ! (du coup, on va pouvoir fabriquer plein de robots :-)). Cela crée donc des champs d’application tout à fait inédits. J’ai vu par exemple que certaines pièces de la fusée Ariane seraient imprimée. De même, on peut espérer un véritable marché de la pièce de rechange pour l’électroménager (SEB a annoncé récemment qu’elle réorientait toute sa stratégie industrielle pour fabriquer à nouveau des appareils qui se réparent).

Faut-il apprendre la modélisation 3D à l’école ?

Vincent, qui est un passionné, espère aussi que l’apprentissage de la modélisation 3D rentrera bientôt dans les écoles, jusque dans les petites classes, tout en inculquant aux enfants une culture de la réparation. Culture qui a totalement disparu, les plus vieux s’en rappelle, à la fin des années 1970.

Additiverse ne se positionne pas comme un revendeur 3D, mais comme un intermédiare. On trouvera donc sur son site des offres pour les 3 composantes majeures de l’impression 3D, mais aussi des actus

Additiverse est une société basée à Blanchemaille dans les Hauts de France. Elle a été créé en 2013.

 

1 commentaire

  1. L’impression 3D, bien que ce ne soit pas véritablement de l’impression, est en passe de révolutionner l’ensemble des industries et des services.

    Les petites communes éloignées seront ravies d’en posséder, ou encore les collectifs d’immeubles (pour des « achats » groupés).

    Mais, comme toujours, subsiste une interrogation. Combien d’entreprise s’y sont préparées ? ou s’y préparent-elles en réfléchissant à leur organisation de travail, de production, etc. ?

    J’en parlais avec mon imprimeur voici déjà 3 ans.

    Je crains fort que beaucoup ne vont s’y lancer qu’à la dernière minute. Et ce sera trop tard, car des grosses entreprise des USA ou de Chine auront déjà mis au point leur modèle économique, leurs machines, leurs fichiers 3D, et leurs services de production.

    J’espère malgré tout que cette fois-ci, les petites entreprises et petits commerçants vont quand même essayer de voir au-delà des prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.