11 questions posées à Thierry Klein, fondateur de Speechi.net

1/ Bonjour Thierry Klein. Merci d’avoir accepté notre proposition d’interview. Pouvez-vous vous présenter brièvement votre poste et vos missions ?

Photo_Thierry_Klein
Thierry Klein, fondateur de Sppechi.net – Solutions interactives et collaboratives

Bonjour et merci à vous pour cette proposition. J’ai fondé la société Speechi en 2004 et j’en suis depuis le dirigeant. Depuis, l’équipe de Speechi a bien grandi puisque nous sommes aujourd’hui 35. J’ai donc un rôle de manager permettant de faire converger les efforts des différentes équipes afin de pérenniser nos différentes activités. 

Les technologies évoluant très vite, mon rôle est aussi de conserver un esprit R&D pour sans cesse améliorer nos solutions interactives. Je reste en veille et continue d’être à l’affût de toute amélioration technologique.

Tout ceci, sans cesser d’analyser et de critiquer les évolutions pédagogiques contemporaines. La vente de solutions interactives et le développement de nouvelles technologies pédagogiques ne doit pas nous faire oublier notre mission fondamentale : comment apporter une vraie plus-value dans les domaines de l’éducation et de la pédagogie ? Et cette conviction me conduit souvent à prendre la parole sur les actualités de ce domaine lors d’un TEDx ou à travers mes billets de blog. 

2/ Pouvez-vous nous présenter rapidement votre activité ?

Historiquement, l’objectif de Speechi est d’améliorer la pédagogie grâce aux nouvelles technologies numériques. En 15 ans, Speechi est devenu le leader français dans ce domaine, équipant plus de 70 000 salles de classes. Depuis quelques années, nous avons étendu cet objectif à l’amélioration de la collaboration en entreprise. 

Pour atteindre ces objectifs, nous avons imaginé et commercialisé des solutions interactives universelles : écran interactif tactile, TBI (mobile et fixe), vidéoprojecteurs interactifs tactiles et logiciel d’évaluation en ligne développé par nos soins. 

Pour compléter notre offre et répondre aux besoins de nos différents clients, nous intégrons aussi des gammes de visualiseurs de documents, des caméras et des solutions logicielles pour la visioconférence. 

Depuis deux ans, nous avons entamé une nouvelle aventure : celle des robots programmables Ecole Robots. Avec nos kits de programmation et nos livrets pédagogiques, nous avons deux nouvelles aspirations : aider l’apprentissage de la programmation à l’école (primaire, collège et lycée) en respectant le programme de l’éducation nationale et initier les plus jeunes au codage avec des cursus extrascolaires avec les écoles d’apprentissage de la programmation Algora

3/ Quel est votre objectif pour cette année ? Et pour dans 3 ans ?

Notre cap restera évidemment le même : améliorer l’enseignement et la collaboration à travers des solutions interactives bien pensées et pertinentes. En ce qui concerne l’activité de Speechi, nous avons pour objectif de continuer à améliorer nos solutions, notamment nos écrans interactifs tactiles qui sont aujourd’hui au cœur de notre activité. L’année dernière par exemple, notre gamme s’est agrandie avec nos écrans interactifs SuperGlass Haute Précision et Capacitif. 

Nous allons continuer à développer des solutions complémentaires pour nos écrans interactifs, qu’elles soient matérielles ou logicielles. L’idée est de créer tout un écosystème technologique qui fonctionne et qui réponde aux besoins à la fois des enseignants et des professionnels de tous horizons. Nous allons aussi intégrer des formations à distance et chez le client dans notre offre. 

L’idée est de conserver le leadership de Speechi sur le territoire français mais aussi dans les 3 ans d’étendre notre dynamisme à l’international. Nos recrutements commerciaux se font actuellement en ce sens. 

Nous avons aussi de beaux objectifs pour Ecole Robots et Algora. Nous avons déjà ouverts avec nos partenaires plus de 100 écoles de programmation Algora en France métropolitaine, dans les Outre-mer, en Belgique et dans quelques pays d’Afrique du Nord. L’objectif d’ici 3 ans est d’ouvrir 500 écoles de programmation. 

Un autre grand objectif pour nos écoles Algora est la création d’un cursus pour apprendre la programmation aux adultes avec le langage Python. Ce cursus est développé en interne et testé par nos propres collaborateurs (hors équipe IT, of course). 

4/ Qu’avez-vous fait en interne et qu’avez-vous fait faire par des prestataires extérieurs ?

En interne, nous intégrons les fonctions commerciale, marketing, logistique, développement et administrative. Nos équipes sont riches, avec tous types de profils et la collaboration interservices est poussée. 

Notre force de vente est répartie entre nos commerciaux sédentaires, nos commerciaux terrains et nos partenaires distributeurs répartis sur toute la France mais également à l’international. Les commerciaux de Speechi accueillent les clients dans nos showrooms lillois et parisien pour des démonstrations qualitatives de quelques heures. 

Notre équipe marketing travaille aussi avec des partenaires externes pour renforcer ses compétences et améliorer son travail qui est principalement digital et événementiel. Nous travaillons aussi en collaboration avec une agence de relations presse pour valoriser et faire rayonner nos actions. 

Malgré la difficulté de construire une équipe IT pérenne et solide en France et notamment dans la région lilloise où nous sommes basés, nous sommes fiers de pouvoir développer en interne nos propres logiciels comme Je Lève la Main, un logiciel de quiz et de sondage à destination première de l’Éducation Nationale mais aussi des entreprises et des centres de formation. Nous avons aussi la possibilité de développer nos livrets d’apprentissage de la programmation en interne, c’est une chance !

5/ Concernant la communication de votre site, quels supports de visibilité privilégiez-vous ?

Notre site internet, très complet à mon sens, est mis à jour quotidiennement par notre équipe marketing : cela peut être une mise à jour des pages et des produits, un enrichissement permanent de notre shop, l’amélioration du parcours clients, etc. Mais le travail le plus riche est effectué sur le blog via des articles écrits quasiment quotidiennement et qui traitent de nos produits et de nos installations, de nos partenaires, de nos points de vue, etc. 

Chaque article de blog est partagé par mail aux abonnés en plus de newsletters mensuelles pour tenir au courant chacun de nos partenaires et de nos clients des améliorations que nous apportons à nos solutions. 

Nous maîtrisons aussi notre communication sur nos réseaux sociaux et notre chaîne YouTube, très importante. Elle regroupe en effet plusieurs vidéos tutorielles et de nombreuses mises en situations de nos solutions. Des témoignages clients sont également effectués très fréquemment.

6/ Qu’est-ce qui vous procure la plus grande satisfaction ?

Evidemment, la réussite de Speechi est une grande satisfaction. Passer d’une start-up commercialisant un logiciel à une PME performante et leader commercialisant des solutions interactives aussi pointues qu’un écran interactif tactile est une belle réussite. Le beau lancement de nos écoles de programmation Algora est aussi une réussite, qui je l’espère se confirmera dans les prochaines années. 

L’équipe Speechi s’est considérablement agrandie, et donc enrichie, ces dernières années mais toujours en conservant le même état d’esprit. Nous avons agrandi à plusieurs reprises nos locaux, c’est une bien belle croissance donc nous sommes fiers. 

7/ Vous avez plusieurs écoles de programmation de robots. Quelle est votre stratégie d’acquisition concernant vos élèves ?

Bien que l’apprentissage de la programmation dès le plus jeune âge (de 6 à 14 ans dans le cas de l’école Algora) soit une forte demande de la part des parents, il reste beaucoup de personnes qui n’en voient pas la nécessité ou qui critiquent (par peur, principalement). Ma première stratégie a été d’intervenir dans des salons ou publiquement sur des plateaux télés ou lors d’une conférence TEDx. 

Également, nous sommes très présents sur les réseaux sociaux comme Facebook et Instagram : cela nous a permis de remplir l’école pilote de Lille à son ouverture. Avec cette expérience, nous avons pu proposer à nos partenaires Algora une solution marketing clé en main avec un guide d’acquisition principalement digital. 

Nous avons aussi récemment développé en interne une galaxie de site internet mise à disposition de nos partenaires. Comprendre : chaque partenaire a son propre mini-site internet avec lequel il peut gérer sa propre école Algora en toute simplicité.

Notre stratégie est principalement digitale mais on ne va pas se mentir : le bouche à oreille marche très bien !

8/ Quels sont les principaux leviers d’acquisitions de trafic que vous exploitez ?

Au final, on en revient à la question précédente : notre site internet optimisé pour répondre aux attentes à la fois des parents-clients et des partenaires ainsi que la page Facebook Ecole Robots sont des éléments pivots dans notre stratégie d’acquisition. 

Nous avons également porté une attention toute particulière au référencement local pour capter les thèmes de recherche porteurs. Aujourd’hui, si un parent visite notre site internet, il vient majoritairement des réseaux sociaux ou d’une recherche Google. 

Ceci dit, je pourrais nuancer un peu ma réponse précédente. Nous utilisons aussi des “leviers offline” comme notre présence sur des salons spécialisés, des reportages télévisés (France 3, Gulli, Télématin…) et la relation presse. 

9/ Pouvez-vous nous parler de votre stratégie d’acquisition de vos intervenants ?

Nos animateurs en école de programmation Algora sont recrutés par chacun de nos partenaires. Algora est une solution clé en main que nous fournissons à des partenaires que nous laissons bien évidemment libres d’adapter selon leur mode de fonctionnement et leurs valeurs. 

Pour l’école de Lille, nous avons deux animateurs : l’une est un membre à part entière de notre équipe marketing (ce qui permet une expérience immersive particulièrement enrichissante) et l’autre est un élève d’une école d’ingénieur qui donne des cours de programmation sur son temps libre. Il a été recruté via une plateforme de recrutement classique et a été reçu dans nos locaux en entretien. 

10/ Développez-vous des outils de programmation de robots ou utilisez-vous des solutions existantes ? Et pourquoi ?

C’est un savant mélange de tout ça ! Nous sommes partis de solutions existantes : le langage Scratch au programmation de l’éducation nationale, le logiciel Studuino open source et les briques de construction Artec que j’ai moi-même découvert lors d’un déplacement au Japon et que nous avons fait breveter pour leur distribution en Europe.

En partant de ça, nous avons ensuite travaillé sur l’élaboration de kits robotiques à assembler et à coder. Nous nous occupons aussi de développer des cursus pédagogiques : un cursus Algora 6-9 ans, un cursus Algora 9-14 ans, un cursus primaire, un cursus collège, un cursus lycée… Et bientôt, un cursus Algora Adultes !  

Partir de solutions existantes, c’est permettre à ceux à qui nous enseignons la programmation de pouvoir réutiliser leurs compétences plus facilement. Par exemple, Lego a élaboré des robots programmables dans un écosystème très fermé. A mon sens, c’est peu pédagogique. Nous avons donc choisi d’utiliser un écosystème ouvert, pratique, et d’y apporter des solutions réfléchies et clés en main pour les professeurs. 

11/ Comptez-vous ouvrir encore d’autres écoles en France ? A l’étranger ?

Bien sûr, notre objectif étant sous 3 ans d’ouvrir plus de 500 écoles Algora, nous ne pouvons pas nous arrêter là. 

Cela inclut à la fois la métropole mais également des pays étrangers comme la Belgique, la Suisse ou la Tunisie où nous venons de signer un partenariat inédit avec le gouvernement pour déployer nos écoles Algora dans tout le pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Robin Commerce

Article de : Robin Commerce

Del, Robin ou encore Abdel ... certains pensent que je souffre d'un trouble dissociatif de l'identité haha. Vif et agile, votre Capitaine a fait de moi son compagnon d'armes dans sa quête sur le web :)