Aubadestore.com : frissons soyeux

On ne peut pas dire que la home de Aubade fasse rêver
On ne peut pas dire que la home de Aubade fasse rêver

Retrouver des sensations d’enfance

Visiter un site de lingerie en ligne, c’est un peu retrouver cette délicieuse sensation d’enfance quand, comme tous les garçons de ma génération, je feuilletais en cachette (et parfois dans les cabinets) les fameuses pages de LaRedoute ou des 3 Suisses pour me procurer des émotions torrides à peu de frais (il y a un groupe Facebook pour nous, les amis). Alors quand j’ai appris sur Twitter la sortie de Aubadestore.com, mon sang n’a fait qu’un tour. C’était une bonne occasion de faire la revue d’un site tout en s’offrant une fine partie de plaisir oculaire d’une presque parfaite innocence malgré mon âge avancé. Car Aubade, c’est bien connu de tous nos lecteurs masculins, a toujours su rester dans les  limites du bon goût et de l’érotisme chic sans franchir la frontière ténue de la vulgarité tapageuse (à l’inverse d’un Agentprocateur, par exemple).

Aubadestore ne fait pas rêver et c’est dommage

Las, Aubadestore.com est plutôt une déception, tout au moins visuellement, les concepteurs du site n’ayant pas su (ou pas voulu) tirer parti de l’érotisme de bon goût promu par la marque depuis quelques années. Certes, un site de ecommerce est avant tout un automate de vente, mais il n’empêche que pour vendre, il faut aussi séduire et c’est bien ce qui manque ici. D’autant plus que l’interface n’est pas toujours au niveau de l’ambition de la marque (sans aller dans le détail, il y a quand même beaucoup d’erreurs d’ergonomie, comme, par exemple, des produits affichés sous la ligne de flottaison, un formulaire d’ajout au panier inversé, etc.).

Dans la fiche produit, les produits de la même catégorie sont sous la ligne de flottaison, donc invisibles. De plus, l'affichage des sélecteurs d'option (taille, couleur, qté) sont disposés dans un ordre qui oblige le regard à quelques contorsions inutiles

Un site doit-il être publié « malgré touté en fonction d’une deadline serrée ?

Alors ma question est : peut-on ou doit-on publier un site sous prétexte de respecter une deadline même si celui-ci de toute évidence ne remplit pas les objectifs de qualité qu’il devrait avoir ? Bien sûr, on ne peut pas juger un site uniquement d’après son interface, et, bien sûr, avec le web, il est toujours possible de corriger rapidement le tir. Du moins le croit-on, mais l’expérience m’a montré qu’une fois qu’un site était lancé, et à moins d’avoir initié un processus d’évolution itératif régulier, les mises à jour d’interface avaient tendance à se faire au petit bonheur la chance et les questions d’utilisabilité remises, dans 90% des cas, aux calendes grecques.

Force est d’avouer que la réussite d’un site ne tient pas qu’à son merchandising et son ergonomie. Mais si leur importance en phase de lancement est peu prépondérante (à supposer que des erreurs majeures ne viennent pas bloquer le processus d’achat, mais uniquement des tests utilisateurs peuvent le montrer), en revanche, elle devient critique avec l’augmentation du trafic et du volume des ventes, car un petit point de gagné sur ces critères, c’est parfois beaucoup de points de transfo en plus (cf l’article de Fred Cavazza qui récemment parlait d’un bon de 25% du taux de transfo des fiches produits de Darty grâce à l’emploi d’un superzoom).

Attention toutefois à ne pas mal interpréter mon propos. Ne pas avoir recours à un concepteur d’interface en phase de création d’un site est une erreur aussi grossière que de dessiner un plan de maison sans architecte.

11 commentaires

  1. « Dans la fiche produit, les produits de la même catégorie sont sous la ligne de flottaison, donc « invisibles ». »
    Est-ce vraiment un problème ?

    Pour le reste, OK pour dire Qu’Aubadestore est passé à côté et ne sait pas transférer sur le web, la séduction qui est suggérée sur le print.

  2. @Octave : j’ai bien mis le mot entre guillemets. Il ne s’agit donc pas d’un problème majeur. Toutefois lorsqu’on arrive sur cette page, on se demande bien où il faut cliquer ensuite (quand on est en 1024×768). Le texte évoque un produit, mais il n’y a pas de bouton « Ajouter au panier », ni de menu de sélection de taille ou de couleurs. Il n’y a pas non plus d’indication (à par la barre de scrolling latérale) qu’il existe des contenus sous la ligne de flottaison. Donc oui, je trouve que ça pose un problème de navigation.

  3. Salut, je confirme que l’excitation du print est complètement absente du web et l’ergonomie est plus que douteuse.
    Comment comprendre que l’on peut acheter des produits lorsque l’on est sur la présentation d’une collection ? Capitaine le dit, dans la fiche produit ce n’est pas grave d’avoir le reste des article en bas, mais sur la page collection c’est dramatique car on peut passer à côté.
    Le bouton ajouter au panier est illisible.
    Lorsque je choisi la couleur cela réinitialise la taille ce qui est dommage puisque l’on sait que dans l’habillement la taille est primordiale et que dans la lingerie avant même de regarder un article on regarde si il y a la bonne taille.
    Ce site semble créé avec magento, juste pour exister, sans faire trop de concurrence au boutique physique car c’est le vrai problème de toutes les marques, comment toucher une population plus importante sans détruire l’existante.

  4. Tu es bien sobre, Capitaine, sur ce site Aubade, qui n’a à l’évidence pas dû trop éprouver l’élasticité de ton collant (contrairement aux catalogues sus-nommés).
    Plus sérieusement, ce site renouvelle à sa façon le débat classique existant dans le e-commerce des belles marques, à savoir choisir entre « faire beau » et « faire vendre », en choisissant de ne faire ni l’un, ni l’autre.

  5. Tout à fait d’accord, personnellement je n’avais même pas vu les produits qui se trouvent également sous la ligne de flottaison lorsqu’on navigue dans les collections, aucun filtrage de recherche pertinent, une vraie déception 🙁

  6. Le site en lui même fait plutôt penser à un moyen d’occuper de l’espace sur le web plutôt qu’à vendre. La navigation est plutot confuse, et l’on sort assez facilement pour tomber sur un autre site du groupe, institutionnel ce coup ci.

    @Tanguy : oui, c’est sous magento.

    @Christophe : « …pas dû trop éprouver l’élasticité de ton collant… » <- j'adore l'image ^^

  7. Ergonomie faiblarde, séduction en berne, cela a été déjà dit.
    J’ajouterai :
    * optimisation du référencement naturel dans la même lignée du site -> Balises title identiques dans les fiches produits, pas de H1 / H2, tag alt à 2 balles, …
    * e-marketing proche du néant : animation commerciale en service minimum, rassurance et conditions de livraison oubliées, pas de cross ni d’up selling, pas de « frais d’envois offerts à partir de », …
    Vraiment le service minimum sur toute la ligne, sans doute effectivement, pour ne rien vendre à dessein.

  8. Oué vraiment très bof par rapport à la notoriété de la marque. Encore une erreur de casting dans le choix de l’agence ou alors, et je pense plutot à ça, un problème de budget alloué. Encore une grande marque qui a voulu faire des économies.
    L’agence conceptrice est http://www.fauxpas.ch … c’est le moins qu’on puisse dire.
    Dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

Merci de saisir ces caractères dans le champ
ci-dessous afin de valider votre commentaire.

Capitaine

Article de : Capitaine

Olivier Sauvage est le fondateur de Capitaine-commerce.com et de Wexperience, agence spécialisée en expérience utilisateur digitale.